9
oct

Sun (is) down (Adi Lavy)

Là.

adi lavy campdown sun.jpg

sundown info.jpg

21:10 09/10/2011 | Lien permanent | Tags : arts, healfff |  Facebook

8
sep

connaître Sarah Small et mourir...

sarah small bruize.jpgsarah small dancing.jpgsarah small nudes.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.sarahsmall.com/

et le tableau vivant que je regarde presque en boucle.
Ritournelle.

22:55 08/09/2011 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

Les Batis, allez-y.

LES BATIS.jpgclic...

22:44 08/09/2011 | Lien permanent | Tags : arts, lis tes ratures |  Facebook

1
sep

Mother-of-All

In the Kabbalah it says that unmarried women are forbidden to spin under the moonlight, as it is seen as a brazen display of one’s sexual potential. In the piece, there is an emphasis on the rhythmic, hypnotic motion of the spinning wheel and the movement of the body.
The moon is a helium-filled light balloon. Commonly used on television/film productions to create moonlight, hovering just out of frame.

12:33 01/09/2011 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

21
aoû

retour de danse...

du 23 au 29 juillet, dans une salle des fêtes au parquet non flottant, dans un village dont le nom porte goûts et rossignol, dans une Dordogne vibrante ou morne, selon l'ouverture de l'obturateur, nous avons dansé.

Claude Magne est un danseur moine (ZEN) Pierre Richard homme de taille moyenne et de mains crues. Doux et maladroit, juste et infini. C'est lui qui DONNAIT le stage.

Il a donne (de) l'air. Nous avons respiré.
Nous? un groupe de trop de gens à mon petit goût mais chacun était de trop donc nous étions tous là pour une bonne raison. De totue façon, on se fait à la foule tant qu'elle ne nous écrase pas les genoux.

Cinq jours de roulades, de chamboulements, de tentaculaires approches de soi, de confrontation à l'autre comme passerelle ou comme obstacle.
J'ai été l'observatrice, je crois, celle qui aime le groupe de loin, le conçoit mais ne l'avale pas. (trop de gens vus, sentis, attendus cet été). Je suis restée à côté mais ne suis sortie que pour pisser dans le pré, pas pour m'extirper du monde. J'ai donc été dans ce groupe, emplie d'une unité volontaire et agréable.

Il a fallu que je regarde pour voir. J'ai cependant senti les choses simples monter et descendre dans le corps pendant la semaine. J'ai aimé comprendre que ça vient (présent de généralité) de dedans, vous savez, le geste. Et que parfois, s'il émerge, ce n'est pas de toute notre responsabilité, de toute notre volonté.

Par exemple. D'abord, m'assoir. Prendre les deux jambes à mon cul, tenter de comprendre la chute volontaire.
Lever les bras, ne pas les lever pour dire je suis grande mais bien pour atteindre un point d'ancrage invisible. Former une puissante cloche exponentielle autour de soi et dire: j'y suis. (ou mieux, j'y vais).

Bien sûr, il n'y a pas que le collectif que j'ai observé de "loin", j'ai aussi rejeté la danse, celle qui se voit, celle qui se procure en chorégraphie, en organisation (remake de Fame, Flashdance... le geste qui lance le corps en l'air sur un air de Priesner. cliché), en gestes suivis, au suivant, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, ...9. Du tout cuit (apparemment).

Suivre, être derrière, faire comme, à la manière de... parce que quand le geste est dit, il vient plus vite. Oui mais moi, en manque d'être seule, en manque d'être loin, c'était un peu trop. J'ai regardé, l'ironie sous l'aisselle mais les yeux dans ma vision. (égoïste de mes élans, peureuse d'être à l'aise dans un schéma, trouillarde de danser comme les autres, aussi, de réussir, quelque part à être parmi/avec/comme...).
On apprend de son ridicule, parfois, juste après de souffrir.

Ce que je retiens, là, après un peu de vide et de trop plein (familles, patrie...), c'est une conscience du geste quotidien, un état de danse pour les phalanges, les genoux et le périné.

S'étirer dans le lit est danse.
Prendre mon enfaon par la main est danse.
Embrasser un autre que soi est danse.
Enfiler une robe est danse.
Marcher sous le soleil est danse.
Croire en son pas est danse.
Danser "mal" est danse.

Cette liste... Une évidence pour ceux qui dansent, un détail pour les élégants, les talentueux, les instinctifs... un labeur paysan, un travail à la chaîne en usine des corons pour moi.
Une sculpture de l'âme... sans évoquer le corps, mon pauvre corps, que je lamine, auquel j'assène tant de coûteuses infamies.

De quand date les doutes du bien fait? Je me rappelle le martinet, la gifle et la honte, ils n'étaient pas danse mais vipères au poing. Mais ils étaient des gestes et quand je danse parfois, je me lève comme l'aspic et fonce sur la vitre de la voiture qui m'emporte chez le pharmacien, me retirer ma sève... souvenirs d'enfance et répercutions répétitives, comme un passage à vide à fond de Terry Riley.

DSC05672.JPG

Claude n'a pas été un maître pour moi, mais un guide encourageant, chercheur et attentif. Les autres du groupe ont alterné de fragilités en puissances, d'aboiements en soupirs, de rires en fusions.
Je suis sortie avec l'onde qui provoque les résolutions. Depuis, l'oscilographe perdure, un peu, en soutien face aux retours malhabiles à une forme de réalité.

Je regrette cependant (ici, je parle en tant qu'animatrice de groupe) qu'il faille "toujours" terminer sur une apogée de l'intime, une apothéose du parcours. Une transe obligatoire après un cheminement et une fatigue ne conclue pas nécessairement pour moi. Le dernier exercice a eu trop l'allure du dernier exercice. Du coup, les pleurs fondent sur le bois, l'émotion à son comble, les mots et les yeux troubleraient même un corps de pierre.
Oui, j'aime qu'on m'accompagne dans la possible descente de l'après "tout ce qui a été vécu" mais pas dans la largeur, plutôt le rétrécissement, (quitte à me faire faire des gammes ou du Qi Qong
氣功 pour me calmer l'âme, bref, qu'on ne monte pas la sauce juste à la fin, ça me rappelle B-/H-ollywood....

DSC05583.JPG

Voilà, la danse entrée dans mon corps riche de nature morte, la danse comme outil de propagation de ma pensée, la danse comme évitement du psychique omnipotent, la danse comme vertèbre sensuelle, la danse comme parade sexuelle, la danse comme nombre premier.

Mais encore, une flagellation de dernière minute:
J'ai encore bien trop peur de danser depuis que je m'use en trops de corps et peu de sens... (suis corporelle pas physique, voici la conclusion en dernier mot entre Claude Et moi sur le parking)... Pourtant, je sens la verve de la chimie se taire dans le thorax avant que la main ne la frotte, cette rage de danser n'émerge qu'en cas d'extrême urgence.
Je devrais danser. Je devrais danser seule ou accompagnée, en fond et improvisé mais je...
C'est ailleurs, avec d'autres, avec un moi ultérieur que je sens la danse aux premiers temps de la valse.
Je ne trouve pas ici la base d'un travail à effectuer, et ceci ne concerne pas que la danse mais la sacrifier me ronge. (procrastination/paresse/peur/manque... et autres épines sempiternelles).

J'ai depuis fait de nombreux rêves de danse, d'allégresse, de transport aérien, d'enthousiastes sauts à travers l'eau, le feu et l'autre. Des élans fétiches, des rages décomposées, des libertés d'herbes fraîchement coupées, d'herbes d'eau claire. Ces rêves viennent du début de ma sensation, celle de faire comme je veux.

Je dois trouver d'autres lieux pour apprendre à apprendre. L'acquis est une quenouille. Le doute, son venin. Je cherche le fil tissé.

DSC05512.JPG

(photo prise par un apprenti voyeur, ceci n'est pas un gibet mais un filet de secours)


22:55 21/08/2011 | Lien permanent | Tags : ego trip-e, arts |  Facebook

15
jui

Latent - Invado

INVADO Teuk Henri.jpg

Là.

Teuk Henri latent.jpg

13:52 15/07/2011 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

27
jui

Christine Beau, c'est ...

Beau travail:

christine beau greffes_5.jpgchristine beau  greffes_2.jpgchristine beau surfaces_n10.jpg

 

 

 


christine beau surfaces_n11.jpghttp://www.pixtil.net/christine beau surfaces16.jpgchristine beau peaux1.jpg

12:27 27/06/2011 | Lien permanent | Tags : arts, humoeurs |  Facebook

7
jui

Imaginer le temps comme un point... expo collective encore en cours.

L'expo collective http://tempspoint.blogspot.com/ à laquelle je participe est encore en place jusqu'au 25 juin (jour des 3 ans de mon ogre blond).

Pour la visiter, il faut accorder vos violons et horloges avec l'Atelier210 qui n'ouvrent que ses portes que les soirs des représentations théâtrales (ou pendant le stages de danse, mais c'est moins facile de décoder les horaires).

du 03 mai au 25 juin: L'exposition est accessible gratuitement les soirs de représentation (généralement du mardi au samedi, à partir de 19h30).

http://www.atelier210.be/programme_information-A210-57.html

J'y ai installé un cabinet de mes curiosités.. des valeurs et des choses de l'ordre du symbolique, de la conservation vaniteuse et du jeu avec les choses qui meurent et qui ne disent pas grand chose. On peut s'assoir et se confronter. On peut ajouter ce qu'on y aurait placé. On peut sentir l'odeur des putréfactions.

Quelques photos prises le jour de l'installation pour vous mettre le haut à la bouche.

IMG_0002.JPGIMG_0019.JPGIMG_0021.JPGIMG_0042.JPG

 

14:19 07/06/2011 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

6
jui

Quand on s'appelle Cendrillon...

media_file_78164.jpg


tirer le fil...

14:14 06/06/2011 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

Suites de Eric Vilasco.. au musée d'Art Spontané... (si, si)

vilasco mail.jpg

11:33 06/06/2011 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

2
jui

AAAAAaaaaaaaarrrrrrrrrrrrrrrrrgggggggggggggh Lyzane... Meine Lyzane.

http://www.youtube.com/watch?v=cd0r8e3WYm4&feature=youtu.be (déjà)

arts

21:38 02/06/2011 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

We can be heroes (yes we can)

On y sera...

We can be heroes - Arnaud Pirault / groupenfonction - 3 > 4.06.2011 – 18h30 & 20h30

PROJET-QUARTIER - Place du Jeu de Balle

Il y a les super héros, les héros de guerre, les héros romantiques… et les héros du quotidien qui cherchent le rassemblement, le désir, les émotions d’un projet tel que We can be heroes. Cet événement a été créé par le groupenfonction, un groupe de théâtre multidisciplinaire de Tours (France) qui tente de rapprocher l’art et la vie. En faisant cohabiter des « héros », le créateur de ce projet Arnaud Pirault a le désir de rassembler un groupe de personnes toutes générations confondues dans un espace délimité.

Sur la Place du Jeu de Balle, des dizaines de pieds de micro accueillent des « héros » des Marolles désireux de participer à cette performance qui sera précédée d’ateliers préparatoires. Une playlist de neuf chansons pop-rock connues de tous est chantée en play-back par les participants et devient le théâtre d’émotions qui crée du mouvement et des sensations propres à chacun. Mais justement comment peut-on être soi-même en étant ensemble ? Ou inversement comment être ensemble en restant soi-même ? C’est à ces questions que We can be heroes veut répondre : cette performance est une tentative d’individuation collective. L’interprétation en play-back reste complètement libre au plus proche de soi-même : c’est ça l’individu dans la pluralité, dans le groupe, dans le chœur !

We can be heroes est un projet fédérateur, un geste collectif généreux, ironique et festif qui se déroulera pendant deux jours au cœur des Marolles.

Conception et réalisation : Arnaud Pirault - Héros formateurs : Zoé Bennett, Emilie Hamou, Claire Picard, Hélène Rocheteau

Son : Guillaume Patissier - Logistique : Claire Picard

Accès gratuit mais réservation souhaitée reservation(at)lestanneurs.be - 02/512.17.84 - Une création du groupenfonction en coproduction avec pOlau / pôle des arts urbains. Le groupenfonction est subventionné par la ville de Tours. Avec l'aide du CPAS de la Ville de Bruxelles -  www.groupenfonction.net

We_can_be_heroes.jpg

© Photo: Nicolas Joubard

21:14 02/06/2011 | Lien permanent | Tags : arts, muse-hic |  Facebook

25
mai

des aventures de Johan Legraie en Angola

Johan filme, photographie, voit et partage...
"Quelques mots et quelques images de ce double tournage en Angola. Le Death Metal angolais (LM docu) et la reconstruction de l'ancienne mythique voie de chemin de fer par les chinois (trailer). En un mois... Intense, éprouvant, compliqué, surprenant et jouissif.

des pouces lever à chaque bonjour, comme un optimisme de résistant
des "fantômes" silencieux et des ombres criantes 
des restes des 27 ans de guerre civile, des bâtiments criblés
un désir d'expression très fort de la part des angolais 
des écarts économiques criants
des moustiques qui disent bonjour de leur petite trompe malarianne
des visages ne se ressemblent pas, mixité déroutante
des institutions zélées au désordre et à la hiérarchie nous poussant à l'improvisation et l'adaptation quotidiennes
des conditions roots mais joyeusement hippies aussi
la langue portugaise qui me séduit dans la rue et dans les voix rauques des rockeurs que nous rencontrons
mes yeux et mes sens surchargés 
des ciels pour se noyer 
...

ci joint, qq captures d'ecran aléatoires du tournage et qq photos (si peu de temps pour capter tt ce qui im pressione)

https://picasaweb.google.com/cabula6/EARLYSCREENSHOTSANGO..._________________________

Johan Legraie"

20:16 25/05/2011 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

Sébastien Rien | ANIMALS

animals-seb-rien.jpg

Sébastien Rien |ANIMALS
27.05.11 – 25.06.11

Bourse COCOF MAAC 2010

vernissage
jeudi / donderdag 26.05.2011 | 18 - 21 H / U

exposition / tentoonstelling

jeudi > samedi / donderdag > zaterdag | 14 - 18 H / U
en présence de l'artiste les samedis

Maison d'Art Actuel des Chartreux
rue des Chartreux 26-28 1000 Bruxelles

info
003225131469
maac@brucity.be
www.maac.be


--

14:51 25/05/2011 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

11
jan

encore des visions...

Voilà, j'avais mis mon oeil en ligne parce que j'avais finalement des périodes moins notées, des envies d'images pour amplifier les mots qui sortaient moins.

Du coup, c'est devenu une forme d'obsession.

Alors, après encore déjà dorénavant, un autre lieu s'invite. Il est un lieu à deux, avec l'ami, le bon vieil ami Thomas Burion (il a illustré mon second bookleg publié chez Maelström). Lui, de son côté place des chromophores: http://chromophores.blogspot.com/

 

Mais donc. Nous sommes partis un mois d'août en voiture et en goguette dans une France d'en bas. Des clichés de nos échanges non salivaires, de nos sillons sont visibles. Chacun notre tour, nous postons, avec une forme de confrontation preums deuz preums deuz preums deuz... voyez, vous cliquez sur les images, ça grandit... c'est simple: http://tiques-et-taques.blogspot.com/

09:53 11/01/2011 | Lien permanent | Tags : act-u, arts |  Facebook

7
jan

Remua - Réseau des musiciens intervenants - stages et ateliers

Cette année encore, je participe en tant qu'auteur et animatrice d'ateliers d'écriture à la merveilleuse aventure des Choeur à l'école: http://www.remua.be/choeur_ecole_fr

Remua est une jolie maison dans laquelle la musique et les jeux et le lien au monde sont les fondations.

Voici la liste de leurs ateliers pour l'année à venir. Remuez-vous.

 

banner Remuahttp://www.remua.be


Rentrée 2011 en musique

 

Nous vous souhaitons un grand crescendo pour 2011 !

 

                 

 

Instrument dans les bras et cordes vocales bien réveillées, il est temps de se ReMuER !!!!

Nouveautés, ateliers et stages 2011, quelques nouvelles fraiches

Les ateliers Tous les ateliers réguliers reprennent à partir de lundi 10 janvier, avec quelques nouveautés :

  • un cours de guitare le jeudi de 16H30 à 17H30 pour débutants, 
  • les ateliers voix pour adultes ont été regroupés en un seul atelier "voix et mouvement" le jeudi soir. 
  • Deux places sont à nouveau ouvertes pour les cours de piano du lundi.
  • Tous les ateliers...

 

  • L'orchestre abracadabrant se concentre sur un projet théâtral. L'atelier est gratuit et aura lieu deux fois par mois.

S'inscrire... 

 

Les stages 

Les stages 2011 sont en ligne : vous pouvez à présent vous inscrire pour les stages de Carnaval, de printemps et ceux d'été.

 

  • Carnaval : Histoires de création... composition de musique sur les animaux.
pour les 4-12 ans, du 7 au 11 mars 2011 
  • Printemps I : Composition de musiques pour films muets

pour les 4-12 ans, du 11 au 15 avril 

  • Printemps II : Autour de Carmen

pour les 4-12ans, du 18 au 22 avril

  • Eté I : Sentiers, gouttelettes et voies lactées 

pour les 4-12ans, du 4 au 8 juillet 2011

  • Eté II : Arts plastiques, danse et musique

pour les 4-12ans, du 11 au 15 juillet 2011

  • Eté III : Créer un opéra en une semaine

pour les enfants de 4 à 12 ans et les ados de 13 à 16 ans, du 22 au 26 août 2011

Descriptions, dates et horaires des stages 2011... 

S'inscrire aux stages... 

Très bonne rentrée à tous !
 

Au plaisir de partager ces moments musicaux et humains avec vous.

 

Sarah Goldfarb
         

Directrice artistique
Espace ReMuA
36 rue du Métal
info@remua.be
02/537.74.38 ou 0484/62.08.23

 


 

                                 

           

 

18:14 07/01/2011 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

tiens, un samedi prochain, je serai l'une des particules de LA VIGILANCE SECRÈTE

« Les Grands lunaires » vous invitent à LA VIGILANCE SECRÈTE

• Samedi 22 janvier de 14h à 18h

En opposition au phénomène Facebook, un réseau sort du virtuel désincarnant et prend chair le temps d'un après-midi.

Organisme en soi, à la manière des bancs de poissons, des abeilles ou des vols d'étourneaux, ce réseau est constitué d'individus multiples, aux intérêts divers mais reliés les uns aux autres par un fil sensible et invisible.

Qu'ils soient écrivains, comédiens, humoristes, ventriloques, performeurs, plasticiens, enseignants, responsables d'un secteur culturel, relecteurs, conteurs, correcteurs, éditeurs, animateurs d'ateliers d'écriture, musiciens, chanteurs, critiques, créateurs textiles, marchands de bière, encourageurs, désinhibeurs, sourires de connivences, bons tuyaux, mentors, petits mots discrets, silences... Ils sont tous des amis et ces amis vous invitent à les rencontrer pour des moments de lecture et de projection, pour voir un bout de spectacle, pour écouter un morceau de musique, pour vous laisser surprendre, pour écouter un conte, pour manier un fil et une aiguille, pour un cri à pousser, pour déguster une bière...

Avec, notamment, Lorette GOOSSE (comédienne), Colette NYS-MASURE (écrivain), Françoise-LISON LEROY (écrivain), Anne LELOUP (éditions Esperluète, graphiste), Jean-Louis MASSOT (éditions Les Carnets du Dessert de lune, bricoleur de mots), Milady RENOIR (poète organique), Luc DUMONT (dramaturge), Marie-Andrée DELHAMENDE (pédagogue, agendiste, oraliste), Martine VERCRUYSE (chanteuse, petites coutures slow tenables), Thierry VAN ROY (musicien), Jean-Luc GEOFFROY (écrivain, ventriloque), Bruno ALAIN (comédien, plasticien), Michel HANIQUE (photographe), Nasser EFTEKARI (bières artisanales), Ariane CHARRIÈRE (paysanne), ...

Animation : Christine VAN ACKER (auteur)

Petite restauration et choix varié de bières artisanales.

P.a.f. : 4 euros, 2,5 euros étudiants et chômeurs, entrée libre pour les sans-papiers

Qui sont les grands lunaires, http://www.lesgrandslunaires.org/

17:51 07/01/2011 | Lien permanent | Tags : act-u, arts, lis tes rature |  Facebook

7
déc

Marie L s'expose.

Exposition collective
autour des éditions Collection Mémoires

Jeudi 9 décembre à partir de 18h

Galerie Virgile
56, rue de l'Université
75007 Paris


Y seront présentés : 
le livre One Day ainsi que 3 autoportraits couleurs d'après polaroïds

INV_SML_VIRGILE.jpg


14:25 07/12/2010 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

16
nov

Expo « tu ne vois pas, alors regarde… » de Véronique Vercheval


Voir sans être vu. Un vieux rêve. Être au milieu de yeux noirs, de cannes blanches, de chiens jaunes, de nappes bleues. Couleurs, formes, voix au pays des paupières creuses. Ici, c’est l’expo photo « tu ne vois pas, alors regarde… », regarde un peu [1]. Véronique boit du vin rouge. Je sais qu’il y a du thon dans le sandwich mou plutôt que du mou de chaton. Je peux éviter de marcher sur la queue de quelqu’un.

J’ai de la chance.

Là. Devant nos yeux, des drames dédramatisés ? Pas vraiment.

Une scénographie sobre, oui, aucun pointillés en relief jusqu’aux murs, comme ceux dans le métro pour éviter de s’envoyer en rail. Le parcours n’est pas fléché. Demmerde toi si t’as pas d’yeux.  Allez, c’est quand même pas drôle d’être aveugle, surtout quand on n’a pas le chien qui va avec. Remarque, j'ai appris que statistiquement, les Golden retrievers sont les chiens qui mordent le plus (parce que c'est le chien que tout le monde a, normal... je veux dire, statistiquement). 

La dame à la rétinite pigmentaire s’appelle Eliane Wouters, elle pose devant son portrait. 

-         Dis-moi où je dois regarder !

Elle lance en l’air.

-         Où tu veux !

Répond l’autre œil, celui qui clique, son élastique vocal dans l’espace. Au-delà d’un réel connu. Dialogue de sourds.

 

Moi, j’ai les questions qu’on se pose. J’ai d’la chance. J’écris, je lis, je mate, je reluque, je zyeute, je voyeuse, je vole un regard, je dissimule, je plisse les paupières, je cligne, je fais la biche, le bisou d’papillons, j’ouvre grand… eux ? 

-         Vous êtes voyante?

-         Oui, moi, je suis voyante. 

 

Mais pas médium hein. Je réponds à Célestin Makeu, l’aveugle écrivain noir qui dit qu’il est dans le noir total. On papote. Je fixe ses lunettes noires des années 80, je tente de mesurer un regard, une réponse en plus du sourire et de ses poils de nez qui frémissent quand il cause ce nez en l’air. Il ne sait pas que je mate ses poils de nez instamment. Si le Vivre Ensemble est un but ultime, inabordé, que faire d’un Ecrire Ensemble. Voilà, je suis animatrice d’ateliers d’écriture pour super-voyants et j’aimerais réfléchir à un atelier d’écriture mixe.

Je cherche une piste illustrant l’envie. Ecrire dans le noir, les yeux bandés, avec une presse en braille, dans le sable blanc ? Célestin a ma carte de visite, j’ai son numéro de portable. Il ajoute quand on cause projets en coure qu'ill a dit à la dame du CPAS le mois dernier :

 

-         Vous ne me reverrez plus !

 

Il n’est pas ici pour chômer. Chômeur et aveugle et noir, c’est pas de cul.

Allez, je me rattrape de ma boutade made in Coluche ringard avec une phrase sympathique ?

Au royaume des borgnes, les aveugles sont rois. 

Tu vois ?

Allez, je le dis. L’émergence d’un atelier aussi fortement, aussi précipitamment arrive souvent. Là, j’aborde une crainte intense, profonde, ancrée face au manque, à l’handicap.

 

Elevée par une-qui-marche-plus-ni-ne-respire-plus-seule, entourée d’un-qui-n’a-plus-toute-sa-tête-sauf-le-jour-du-seigneur, aimée souvent d’un-qui-ne-va-pas-mieux-un-jour-sur-deux, adoptée par une-qui-a-perdu-un-sein-mais-qui-le-vaut-bien, je dois être celle avec les maux « normaux », les maux "allô maman bobos"; une séance psy, un massage aux pierres chaudes, un gommage à l'huile d'argan, un chocolat 89% et hop, ça repart.Je me dis ça, comme ça. Ah si, juste une malformation génétique aux yeux, justement, mon épicanthus à tendance télécanthus, j’en suis si fière que j’en ai remercié mes parents dans une lettre, surtout que mon fils en a hérité. C’est mon défaut qui trompe les apparences. On me croit Eurasienne quand je suis Bourguignonne à tendance Banlieusarde. 

J’ai x fois rêvé de perdre quelque chose, quelqu’un, la face. Ai-je déjà rêvé que je perdais la vue ? Comment deviennent les rêves quand les images s’emmêlent ? Se brouillent ? Les aveugles perdent la face de l’autre ? Du monde ? C’est être ivre sans lumière ? Saoul sans répit. Sophie Calle a demandé ce qu'était le bleu à un aveugle de naissance. Il a répondu, lui.

 

Et ceux qui sont là… d’où leur vient cette forme de compensation ? De vie revisitée ? Emilio Messina, obturé du nerf optique s’est ‘récupéré’ quand il a perdu le 2ème œil, comme si la certitude du manque, de l’absence ne pouvait que créer le remplissage, l’invasion salvatrice (même si j’imagine là un manque de choix, presque, une évidence pleine, sûrement). Quand on a plus rien, on descend pas plus rien.

 

Je reviens à mes yeux. L’empathie ou la trouille ou la curiosité ou l’incompréhension ou la naïveté ou le désir, tous là, à la sortie de ce centre de la jeunesse, digne des outrages urbains de Ceauşescu. Un lieu perdu en plein Bruxelles. Personne n’a jamais vu cet immeuble, une dizaine de personnes cherchait l’endroit quand je suis arrivée.

 

Je suis au Monk, j’écris dans les rabats du livre de l’expo (15€). Tout le monde fume dans ce bar. Je vois le brouillard persistant, son possible, une brume sur la rétine, son possible, un filtre dans l’iris, son possible. Si je perdais ma vue me resterait-il ma vision ? Apprendrais-je à danser le long d’une barre de pompiers? Serais-je ‘enfin’ tactile avec mon fils avec toute sa peau qui pousse et avec ses yeux bleu gemme ? Pourrais-je reconnaître l’empreinte d’un chevreuil juste en plaçant mes doigts dans la boue ? Y a t’il un Braille des horizons ? Une loupe des paysages ? Le shakra du front peut-il s’ouvrir à répétition ?

Ok, je ferme les yeux quelques secondes. Je joue à l’aveugle.

Seulement, je me souviens que mon sac est ouvert. Et si on me pique mon portefeuille. Et si on me verse du Rohypnol dans mon Bailey’s on ice ?

Si je perdais les yeux, je courrais vers la méfiance ? La perméabilité ? L’idée d’un monde extensible ? D’un moi malléable ?

Tout est ouvert.


S’offrir un costume d’aveugle pour Noël mais récupérer ses visions sans dommage au nouvel an. Une obturation d’emprunt.

Comment ça fait ? Comment ça se fait ? Comment fait-on quand on …

La page blanche est couverte, reste la place pour une phrase. Faudrait qu’elle soit dramatique, théâtrale, pimpante, presque étincelante (on approche Noël et ses guirlandes).

Une morale ?

Du genre, y aurait bien dans le monde plus d’aveugles que de non-voyants.

Ouais, pas mal.

 

 

[1] Copyright P. Bruel

 

 

kimberley par véronique v.jpg

Expo: Tu ne vois pas, alors regarde...

30 Portraits de personnes non ou malvoyantes.
Salle de la Jeunesse, Place Sainte-Catherine à Bruxelles
www.v
eroniquevercheval.net
http://veroniquevercheval.blogspot.com/2010/11/tu-ne-vois-pas-alors-regarde.html

20:52 16/11/2010 | Lien permanent | Tags : arts, humoeurs |  Facebook

14
oct

Performance littéraire de Thibault Delférière

Thibault Delférière vous invita à assister à sa performance littéraire.

"Deux ou trois mots à vous dire"
N'hésitez pas à faire suivre pour ceux susceptibles d'être intéressés par ce genre de réjouissances

Trente et unième création scénique, seconde collaboration avec Paul Metzger et première performance presque entièrement d'expression orale. Oui, cette fois, je ne me contenterai pas de vous montrer des choses, je vais surtout vous en dire.

J'interpréterai des textes que j'ai écrits ces dernières années et rassemblés dans deux carnets. Le carnet I (2006-2007), imprimé et diffusé en 2007 et le carnet II (2008-2010) imprimé et diffusé en cette fin d'année 2010.

J'y ai rassemblé des réflexions sur des sujets divers comme la mort, la nourriture, l'érotisme, la pratique artistique, le pouvoir, le commerce humain les putes, les mères de famille, les enfants, les animaux, la nature, les écologistes, les végétariens les militaires, les flics, les curés, les médecins, les infirmières, le pape,  les infirmières, les tyrans d'États et domestiques,...

Je serai donc accompagné par mon ami, l'excellent musicien américain Paul Metzger avec qui j'ai déjà collaboré il y a un an.

Ulrika wedding performance du 28 septembre 2009

Il joue essentiellement des instruments à cordes qu'il a, soit fabriqués lui même, soit transformés pour ses besoins spécifiques. Ses influences sont multiples : folk d'Amérique du nord, tradition indienne et d'Asie en général.

Je vous invite donc à assister à une forme de performance que je n'ai jamais pratiquée jusqu'ici. Cependant, je pense que les gens qui me connaissent et qui connaissent un peu mon travail devraient percevoir la continuité dans la différence. Quant aux autres, ils découvriront une part de mon univers par un biais principalement vocal et musical.

Date :
22 octobre 2010
Lieu :
Ferme du Biereau scavée du Biereau, 8, 1348 LOUVAIN-LA-NEUVE (Bel.)
Heure :
21h


         
Thibault DELFERIERE                          Paul METZGER
Pour en savoir plus sur mon travail : http://thibaultdelferiere.be

11:20 14/10/2010 | Lien permanent | Tags : arts, lis tes ratures |  Facebook

30
jui

Tout seul?

Anne Treal Bresson deboitement
ah oui






(illustration de Anne Treal Bresson)

13:26 30/06/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

"Monsieur X : Behind The Locked Door" au théâtre ce soir

"Monsieur X : Behind The Locked Door" est une pièce écrite par une amie, Violine. La pièce sera jouée ce soir encore à la Salle Delvaux de l'ULB à 21h. Vous pouvez écouter un peu de ce ça sur BruitDeMots de Maxime Blanpain : http://bruitdemots.blogspot.com/ et découvrir son site: http://latente-violine.e-monsite.com

Monsieur_X_promoo(clic on pic)

 

Bonne chance à cette embellie.


09:17 30/06/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

21
jui

Collectif Anonyme(s) - livre distribué le 3 juillet et film projeté

Place de la Monnaie à Bruxelles


Le Collectif Anonyme termine son aventure en beauté.

Depuis 6 mois, nous récoltons et diffusons tous les jours des histoires de rencontres inattendues et éphémères. Elles existent aujourd’hui sous plusieurs formes : bulles sonores, livre voyageur, film.

C’est le moment de les retourner vers l’espace public, là où tout a commencé...

Ce sera le 3 juillet de 14h à 24h, place de la Monnaie, à Bruxelles. Profitez-en, ça n’arrivera qu’une fois !

 

Little Gallery - JPEG - 195 ko

Déstockage avant liquidation

Ce jour-là, nous serons en pleine période de soldes (la place de la Monnaie est au bout de la rue Neuve ;-). Alors, on a décidé de jouer le jeu. Après tout, nous aussi on solde. Mais attention, nous on fait tout à -100%.

Tout sera gratuit : Ecouter les bulles sonores Passeurs d’histoires en différents points de la place, regarder le film Anonyme en plein air une fois la nuit tombée, et lire le livre voyageur Anonymes, qui sera distribué gratuitement à celles et ceux qui le souhaitent (N.B. Nous n’aurons que 400 exemplaires à donner ce jour-là).

Avant de détailler le programme de la journée (voir affiche A4 ci-dessous, et affiche A3 ici), un bref rétroacte du Collectif Anonyme.

"Collectif Anonyme", qu’est-ce que c’est ?

Collectif Anonyme est un projet pluridisciplinaire d’un an (2009/2010). Il a été créé à la suite du film Anonyme, tourné entièrement place de la Monnaie, en 2008.

Le Collectif Anonyme pose la question hautement politique de l’espace public aujourd’hui à travers une notion a priori anodine, celle de larencontre inattendue et éphémère. Depuis un an nous récoltons et diffusons tous les jours des histoires de rencontres dans l’espace public (rue, tram, train, parking, etc.).

Ces histoires ont été diffusées sous formes de bulles radio (max 5 min.) sur un large réseau de radios associatives en Belgique, de janvier à juin 2010. Certaines d’entre elles existent désormais aussi sous forme écrite, dans un livre voyageur, collectif, gratuit et entièrement anonyme. A l’origine de tout ceci, il y a le film Anonyme, réalisé par Eric Smeesters, dont l’argument était le suivant : "seul avec une caméra sur une place publique, pendant 1 an".

Le programme de la journée de clôture, en bref

  • 14h… Diffusion de toutes les bulles sonores Passeurs d’histoires en différents points de la place sous des cônes de chantier

JPEG - 184.3 ko

JPEG - 5.5 ko

  • 22h15 Projection du film Anonyme en plein air (69 min - VO st FR/NL)

JPEG - 6.9 ko

GIF - 42.7 ko

14h... Diffusion localisée des bulles sonores

Inonder une place avec de gros HP n’a dans ce cas-ci aucun sens. Ces histoires traitent de l’intime dans l’espace public. Le mode de diffusion sonore se devait de refléter ce paradoxe au cœur de notre travail.

Cela dit, diffuser localement du son dans l’espace public est loin d’être simple. Des systèmes performants de cloches sonores existent. Ils sont évidemment hors de notre budget, et finalement en totale déconnexion avec ce que nous sommes et ce que véhicule ce projet.

Alors nous avons finalement opté pour de minuscules HP cachés à l’intérieur de cônes de chantier orange et blanc. Nous en accrocherons 10 aux branches de plusieurs arbres de la place, à la vertical des bancs, comme l’illustre le dessin ci-contre.La diffusion n’est pas aussi localisée qu’on l’avait espéré, mais ça marche. Venez écouter !

  • Un petit avant goût ? Toutes nos bulles sont écoutables en ligne sur ce site, mais on vous l’assure, sur banc au soleil sous un cône de chantier, c’est encore mieux...






16h... Distribution gratuite du livre Anonymes

JPEG - 31.4 ko

Ce livre regroupe une soixantaine d’histoires de rencontres inattendues et éphémères. Il est anonyme, collectif, voyageur et gratuit. Explications...

"anonyme"  : L’objet livre est 100% anonyme. Aucun nom nul part ! Ni dedans, ni derrière. Même l’éditeur et les pouvoirs subsidiants ont accepté d’être anonymes. Seul le n° ISBN (obligatoire pour une diffusion en librairie) permet de remonter le fil d’Ariane... jusqu’à ce site où tout ce qui concerne le livre voyageur est expliqué ici.

"collectif" : Ce livre est le résultat d’un processus pleinement collectif. Au départ, c’est Michel D., l’une des personnes qui a raconté une histoire, qui a proposé aux autres de faire un livre, ensemble. Une trentaine a répondu présent. Cela nous a pris plus d’un an. Ce fut passionnant.

"voyageur" : Ce livre a pour objectif de circuler, de passer de main en main. C’est en pleine cohérence avec les histoires qu’il contient. Il contient plusieurs pages blanches. Ce jour-là sera pour nous un véritable lâcher de livres, comme un lâcher de ballons. Le rêve serait de retomber dans 10 ans sur un exemplaire de ce livre griffonné de nouvelles histoires dans une brocante du sud de l’Italie.

"gratuit" : Retirons à ce livre toute valeur commerciale ! Il est totalement gratuit, grâce à un soutien public. Il n’y aura que 1500 exemplaires. Sa valeur se mesurera au nombre d’histoires de rencontres qu’il fera naître...


22h15 Projection en plein air du film Anonyme

« Une place publique, un lieu commun, du temps, des passants. Le réalisateur s’y arrête, pendant un an, pour regarder l’infime dans le brouhaha. Sur ces images, muettes, des histoires de rencontres inattendues, éphémères... » (Documentaire 69 min, Belgique, 2010, Eric Smeesters, Prod. GSARA)

La place publique c’était la place de la Monnaie, en 2008. C’est là que le film a été tourné. Le projeter là, dehors, au gré de l’envie des passants sera une expérience passionnante. On verra qui s’arrêtera, qui restera, qui tournera la tête pour reconnaître un coin de la place, qui partira...

La projection sera sous-titrée en français et néerlandais, elle commencera dès la tombée de la nuit, vers 22h15 environ.

JPEG - 73 ko

L’affiche (A4)

PDF - 1.2 Mo

13:36 21/06/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

20
jui

évidences - rappel

une incroyable densité de création, imprévisible me prend quand je regarde ce film.

merditude

22:00 20/06/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

Art Brut du Japon

Lors de mon dernier séjour parisien, en mai dernier pour le stage de Butô animé et adroitement mené par Gyohei Zatsu, j'ai eu la chance de visiter l'exposition Art Brut japonais à la Halle Saint Pierre à Montmartre...

voici les infos pour s'y rendre et s'y plaire si jamais vous comptez Paris bientôt:

http://www.telerama.fr/scenes/l-empire-du-soleil-dement,56247.php

securedownload
Art Brut Japonais jusqu'au 2 janvier 2011
tous les jours (7/7j) de 10h à 18h

Halle Saint Pierre
2, rue Ronsard - 75018 Paris
Métro Anvers/Abbesses
Tél : 01 42 58 72 89
www.hallesaintpierre.org


et du coup, si après, vous avez encore faim et que l'éternel hot dog moutarde emmental râpé local ne vous satisfait pas, il est encore temps de visiter la galerie de l'art du rien http://www.art-de-rien.com/ espace sombre gothico-branché-doué, à 5 min de pavés de là.

 

freaks

01:43 20/06/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

Ondine

David Lachapelle bathroom
« Les poissonniers des environs firent ma connaissance (...) Je n'énumérerai pas la liste des espèces achetées : sachez seulement qu'il était inutile de les préparer. L'ondine les dépeçait. Ses petites dents rieuses se chargeaient de la besogne. Toutes baveuses, elles les perçaient. De trous en arrachements, la chair était à vif. Cette vie, qui avait connu l'agonie dans les bateaux puis les étals, s'achevait définitivement dans la gueule de la créature. Le sol était jonché d'organes disséminés non sans grâce : d'aimables peintures de variétés marines. Une bonne partie flottait à la surface de l'eau : elle en avait aussi foutu des morceaux sur les dalles de la piscine. Joueuse, l'ondine en jetait parfois un bout en l'air, le regardait tomber à la surface l'eau avec indifférence puis se jetait dessus, l'emportant vers le fond. Je ne parvenais pas à voir ces dévorations sous-marines tant la saleté avait envahi le lieu, sans oublier les nombreux remous que provoquait l'adorable monstre. Quoique transparente à l'origine, et non glauque comme celle de l'étang où j'avais pêché (sans hameçon !) ma belle, l'eau ressemblait à ce corps mythique : déployant des plis comme les lames d'un éventail. »


Marc Blanchet, "L'Ondine" (L'Arbre Vengeur, 2010).

(illustration by David Lachapelle)

00:29 20/06/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

13
jui

when you're strange

People are strange when you're a stranger 
Faces look ugly when you're alone 
Women seem wicked when you're unwanted 
Streets are uneven when you're down 

When you're strange 
Faces come out of the rain 
When you're strange 
No one remembers your name 
When you're strange 
When you're strange 
When you're strange 

People are strange when you're a stranger 
Faces look ugly when you're alone 
Women seem wicked when you're unwanted 
Streets are uneven when you're down 

When you're strange 
Faces come out of the rain 
When you're strange 
No one remembers your name 
When you're strange 
When you're strange 
When you're strange 

When you're strange 
Faces come out of the rain 
When you're strange 
No one remembers your name 
When you're strange 
When you're strange 
When you're strange

(THE DOORS)

WALDEMAR SWIERZY apocalypse-now

http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Video/VIDEO-When-you-re-strange-Tom-Dicillo-Beaucoup-de-betises-ont-ete-ecrites-sur-les-Doors/(gid)/2343299

15:19 13/06/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

7
jui

decorate decorate (ad lib.)


C
lic Claque on Pic.

Antoine d'Agata

16:33 07/06/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts, humoeurs |  Facebook

Interlude douxdurdoux

pose longue 1
La Guerre des Boutons en concert à Excellence, donc, je viens de vous le dire, mais aussi ailleurs, avant et après, avec La Pose Longue.

pose longue 2
Voir ça et cliquer et/ou ici.

pose longue 3
Vivement.

16:16 07/06/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

la Guerre des Boutons en concert à l'expo un plus un de mon oeil

fly-xl-ence-gdb-02-07-10

Chers Gens Bons, 

voici donc le programme du vendredi 2 juillet à vivre et à annoncer dans mailing + bouches à oreilles:

Vendredi 2 juillet 2010:
14h59: ouverture normale de la vidéothèque Excellence - chacun vient louer un DVD, regarder l'oeil de Milady Renoir exposé dans la Mezzanine (jusqu'au 21 juillet), vaquer aux occupations d'un vendredi en forme d'accalmie.
17h48: un macaron framboise datant de la veille est grignoté face à une jaquette d'un film coréen.
19h58: Présentation du festival (18/09) et expo ReCycle par certains membres de l'équipe de l'asbl UrbanConcept: http://www.urbanconcept.org/
20h31: concert de La Guerre des Boutons qui déclare "Parmi les gargouillis électroniques et les envolées de canards sauvages, de sereines vagues de lamellophone donnent  la réplique aux ondes multi-morphes de la boîte magique, pour donner naissance à d'étranges paysages de Science-FictionWorld-Music."
21h45: un trou noir apparait au dessus de la Bourse, certains témoins disent qu'ils ont été tentés d'y plonger.
22h03: la grille d'Excellence descend doucement. Derrière la porte vitrée, un oeil sur deux se ferme. Dehors, quelques orteils se croisent épris de délice, Bruxelles et ses lumières font écho à la journée enJUILLETée.

Au plaisir de...

Milady

16:09 07/06/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts, muse hic |  Facebook