24
nov

L'espoir a un territoire - Un paese di Calabria

un paese di calabria.pngHier soir, à CFS (Collectif-Formation-Société), une projection suivie d'une rencontre. Un film qui dit le possible et le réel. Un documentaire qui situe un accueil, une solidarité qu'on rêve ailleurs, ici et là. Sauf que ce village le fait de manière structurelle, institutionnelle grâce à une volonté d'abord de lutter contre la mafia calabraise, de reprendre possession de sa voix et de ses déterminismes et de réfléchir aux migrations que ce village de Calabre a subi (beaucoup sont partis)... Un maire, un jour, suite à l'arrivée d'un bateau de "nouveaux migrants", ramène 10 kurdes dans la maison familiale. Un impact individuel qui devient force collective et organisation d'une transformation sociale ET politique. Ce film montre que rien n'est gagné, que tout est rude, que les causes de migrations sont souvent les mêmes, de l'Antiquité jusqu'au jour d'ici.

Ce film est un enchaînement de poses, d'images longues, des paysages, des tableaux et des récits de toute sorte. Un composite alternant les voix des nouveaux habitants, des "anciens", de celleux qui passent, de celleux qui restent, de celleux qui sont parti.e.s, qui reviendront, qui ne reviendront jamais. Riace, ce village en bord d'horizons, est devenu Ithaque ou la Crète de Minos. Lieu d'arrivée ou de départ. Territoire d'accueil cependant. Un vrai bout d'espoir qui devrait injecté en intraveineuse, vaccin subsidié par l'OMS.

En termes d'accueil, il est possible, déjà à Bruxelles, d'héberger des personnes arrivées au parc Maximilien, en prenant contact avec la Plateforme Citoyenne d'Aide aux Réfugié.e.s.

 

09:17 24/11/2017 | Lien permanent | Tags : poly-tiques |  Facebook

Les commentaires sont fermés.