22
nov

post moderne

anthony duchene Le pendule 2012.jpgLes sociétés traditionnelles assignaient à leurs membres une identité, et plus précisément une appartenance – à une caste, un ordre, une classe, un statut… – et leur enjoignaient de s’y tenir. Leur cohésion et leur solidité dépendaient de cette fixité. La société moderne, elle, ne tient, comme un vélo, que dans et par le mouvement ; celui qu’engendre la mise en crise permanente, qui est le destin et, pour ainsi dire, la compulsion profonde qui meut la société capitaliste depuis son origine.
Daniel Blanchard

15:27 22/11/2017 | Lien permanent | Tags : poly-tiques |  Facebook

Les commentaires sont fermés.