23
sep

chacun.e cherche sa recherche...

Cette semaine, je suis devenue chercheuse.

Dans une tentative d'éprouver l'aspect moral, militant, méthodologique de la lutte que je côtoie. 
C'est aussi "re-prendre" des études (arrêtées "trop tôt" comme je dis parfois).
C'est aussi une tentative de formaliser en dehors de la fiction (mon médium habituel et structurel de ma pensée) un regard qui passerait de mon témoignage personnel (dont on se fout finalement) à un ouvrage (publié ou pas) de narrativités partagées.

Du coup, ma question de recherche touchera(it) la valorisation des récits de personnes dites sans papiers sous l'angle migratoire, socio-économique, politique, personnel.

Strates du travail sur le prochain semestre:
* Un repérage de dates et lieux historiques des luttes et présences de SP en Belgique. 
* Une collecte de récits individuels en gardant une vigilance intersectionnelle, inclusive, déhiérarchisante et détypologisante des premier.e.s concerné.e.s. selon des outils d'éducation permanente (acquis et à acquérir).
* Une tentative de pointage d'outils de transmission entre les "premier.e.s" SP en Belgique et les "dernier.e.s" arrivé.e.s.
vers
* (idéalement...) Une mise en commun politique et militante par et avec les premier.e.s concerné.e.s de récits, d'outils (de diffusion, de travail, de partage) et de lieux d'écoute, de réflexion, d'écriture collective des histoires (au sens historique et au sens narratif) des Sans papiers.

mots encore un peu abstraits en mon corps-esprit.
mots encore frais vis-à-vis des premières étapes de travail.
mots encore illégitimes vis-à-vis de travaux déjà effectués, déjà pensés, déjà récoltés.

à suivre.

 

22:42 23/09/2017 | Lien permanent | Tags : ego-tripes |  Facebook

Les commentaires sont fermés.