27
jui

C'était mieux avant...

textes

Oui, nous en parlions, souvent. Les mots enflés des évidences qui nous encerclaient.
Oui, nous en parlions énormément. Il était sans cesse question des corps violentés, intimidés, mis de côté. C'était à la fois reconnu et inconnu.
Oui, nous en parlions, évidemment. Certains d'entre eux rapportaient les récits que nous avalions dans nos gorges exsangues et obsolètes. C'était cru, bien trop cru.
Oui, nous en parlions, à tout moment. Même au creux de nos silences amers, nous ne faisions qu'être dans ces états là, amoindris par les nouvelles autorités.
Oui, nous en parlions, pourtant. Certains d'entre nous espéraient qu'une étape retournant vers le vivant serait franchie, d'autres luttaient avec leurs idées entre les dents tandis que leurs abdomens pourrissaient, d'autres enfin, savaient que la gangrène morale faisait office de mérule dans les rues, les bureaux et sous les tables des instances.
Oui, nous en parlions, comme des enfants. Parce que nos jeux n'étaient pas tous ternis, parce nos amours n'étaient pas encore tous corrompus, parce que nos yeux n'étaient pas encore tout à fait cousus.
Oui, nous en parlions, absolument. C'est difficile de se souvenir de tous ces moments d'avant, j'en conviens.
C'est au moment où nous n'avons plus su en parler que nous avons compris que l'effondrement humain couronnait nos touts. C'est à ce moment que nos corps n'ont plus su marcher, pleurer, évoquer. Mais je jure que nous en parlions. Peut-être n'étions nous pas assez? Peut-être n'étions nous pas entiers? Peut-être n'étions-nous pas parés contre l'horreur? Peut-être aurions-nous dû fermer nos mots et attaquer en premier?
Aujourd'hui que tout est clos, qui peut dire ce qui était possible? Mais je crois me souvenir... oui, nous en parlions.

(c) Milady Renoir

Illu de Gabriel Von Max - Les Singes critiques d'art

19:58 27/06/2017 | Lien permanent | Tags : textes |  Facebook

Les Salopes pirates et moi... ;-) Samedi, on y s'ra.

19575347_1934929623416166_1035857323652408783_o.jpg

19441983_10155475246359539_514879621675908683_o.jpg

HOP.

19:55 27/06/2017 | Lien permanent | Tags : act-u, agendada |  Facebook

15
jui

Marche pour les Migrant.e.s et label UNITED STAGES - 18 juin

Capture d’écran 2017-06-15 à 10.46.35.png> SALUT A TOI ! / HALLO JIJ ! / HELLO TO YOU !

Marche citoyenne et solidaire pour une vraie politique d'accueil
Een mars van soldaire burgers voor een echt opvangbeleid
Citizens solidarity march for a truly welcomming immigration policy

> 14h , près de Fedasil / ter hoogte van Fedasil / next to Fedasil
Boulevard de Dixmude / op de Diksmuildelaan /
Bruxelles / Brussel

FR / Concerts, spectacles, animations concluront ce rassemblement festif !
NL/ Deze feestelijke bijeenkomst wordt afgesloten met concerten animatie en spektakel !
EN / Concerts, animations and shows will conclude this festive gathering !

Une initiative de :
United Stages : Action Sud CCR, Choux de Bruxelles, Globe Aroma, Kaaitheater, La Bellone, La Vénerie, La Tentation, Le Boson, Les Midis de la poésie, MET-X, Passa Porta, Théâtre de l’Ancre, Théâtre la Balsamine, Théâtre Océan Nord, Théâtre Varia, Théâtre 140 )
- Brice Cannavo, Sabine Durand, Patrick Masset TJ1, Marie-Hélène Rabier

> Dimanche, le secteur culturel belge rejoindra les citoyens, les ONG, les associations de migrants et les syndicats pour promouvoir ensemble un projet de société progressiste et respectueuse des droits humains.
Refuser l’indifférence et le repli sur soi, proposer des alternatives comme le renforcement de voies d’accès sûres et légales vers le sol européen, c’est le message qui nous réunira dans cette marche colorée et festive !
> Rejoignez-nous dimanche 18 juin à 14h , boulevard de Dixmude !
À écouter, l’appel de secteur culturel /ici/.

 

On y sera, Ali Talib, et des Sans Papiers et moi et des gen.te.s il-légaux ou pas, n'importe qui... #NoBorder / #NiemandIsIllegal

 

10:50 15/06/2017 | Lien permanent | Tags : act-u, agendada |  Facebook

Illégal, illégale, est-ce que j'ai une gueule d'illégal.e?

Capture d’écran 2017-06-15 à 10.36.36.pngZinneke Parade et MEDEX - Musée éphémère de l'exil viennent, parmi tant d’autres, de gagner les Mixity Awards de Visit.brussels. Afin de célébrer les mixités et le démarrage de l’aventure Illegal, un rendez-vous attend les gen.te.s devant Zinneke, sous le porche et sur nos pistes de danse à Masui le vendredi 16 juin.

>>> A partir de 16h <<<
Goûter festif in/out - jeux illégaux

>>> A partir de 19h <<<
Taboulé et BBQ à plusieurs services et jusqu’à 23h

>>> A partir de 21h <<<
Zinneke & Medex préparent le plus brillant des dance floors de Belgique, jusqu’à pas d’heure...

Une scène poétique est ouverte et j'y participerai, en langues et voix, avec des textes illégaux. J'accompagnerai également Ali Talib, ami venu d'Irak devenu illégal en Belgique, qui lira des silences.

Pour l'heure de la scène, on dira entre le taboulé et le dance floor.

10:41 15/06/2017 | Lien permanent | Tags : act-u, textes |  Facebook

13
jui

Marina, Marina... tout ce qui a un nom brûle...

Lettre de Marina Tsvetaeva à un destinataire inconnu

Tsvetaeva1913

9 juillet [sans date]

À force d’attention (tension) j’ai subitement et violemment eu sommeil. Je guettais vos pas, je ne voulais pas qu’un jour je puisse me dire que je vous avais manqué — dans le triplement-triste sens de : manquer une chance, manquer à une Altesse et — comme une mère manque à son enfant — ne fût-ce qu’une seule fois — par ma faute. Je m’étendis par terre, la tête sur le pas du balcon, bien à plat, bien au dur, pour ne pas m’endormir. Je lève les yeux, es deux battants de la porte et tout le ciel. Il y avait beaucoup de pas, j’ai bientôt cessé d’écouter, quelque part quelque chose jouait, j’ai bientôt senti ma bassesse (celle de tous ces derniers jours avec vous — oh ! sans offense ! j’étais lâche, vous étiez vous). Je sais que je ne suis pas telle, ce n’est que parce que j’essaie de vivre.

Vivre, c’est tailler et infailliblement manquer et puis rapiécer — et rien ne tient (et rien n’est tien, et on ne tient plus à rien — pardonnez-moi ce triste, ce grave jeu de mots).

Dès que j’essaie de vivre, je me sens une misérable petite couseuse qui jamais ne fera de belles choses, qui ne sait que gâcher et se blesser et qui, laissant là tout : ciseaux, lambeaux, bobines, se met à chanter. À une vitre où il pleut pour l’éternité.

Je suis encore toute pleine de ce ciel vide. Il passait, je restais, je savais que moi, rivée, passerais, que lui, passant, subsisterait, persisterait. Le ciel passe éternellement, incessamment — sur moi qui passe incessamment, éternellement. Moi — c’est toutes celles qui sont restées et ont regardé ainsi, resteront et regarderont ainsi. Vous le voyez, moi aussi je suis « éternelle ».

La moi de ce matin ? Je ne la connais même pas. Est-ce que moi, je puis biaiser et ruser ? Ce que je puis, moi, c’est clamer — oui ! — comme un enfant clame : vers toi ! — c’est lancer mes bras l’un à l’Orient et l’autre à l’Occident, mais plus… mais moins… C’est la vie, cette forceuse d’âmes, qui me force à jouer cette farce.

Ramasser à genoux les bribes qui nous restent après la coupe ?… Non, non et non. Mes deux mains derrière le dos. Et le dos bien droit.

Comment pourrais-je avoir besoin — fût-ce du Royaume des Cieux ! — dans une telle réalisation — à un tel prix ? Mon ami, il doit y avoir un ciel aussi pour l’amour. Un ciel autre que le ciel de lit. L’arc-en-ciel.

Mon ami, vous n’êtes pas venu ce soir parce que vous aviez à écrire (aux vôtres). De telles choses ne me font déjà plus mal, vous m’y avez habituée, vous et tous, car vous aussi vous êtes éternel : innombrable (comme l’autre moi, par terre et dans le ciel). C’est toujours le même vous qui ne vient pas vers la même moi qui l’attend toujours.

10:56 13/06/2017 | Lien permanent | Tags : textes |  Facebook

9
jui

Communiqué pour Médoune Ndiaye

poly-tiquesVoici le communiqué de presse qui servira également
d'interpellation auprès des autorités sénégalaises (au Sénégal
Et sa représentation en Belgique) et des autorités belges,
avec l'intention de toucher les instances européennes.
La sensibilisation auprès des individus vivant en Belgique et ailleurs est un objectif premier, aussi.
Votre relais auprès de vos réseaux est apprécié, aussi en soutien
à Médoune Ndiaye et les autres personnes enfermées
en centres fermés pour raison "administrative" et/ ou expulsées (déportées) violemment
par la Belgique, à l'encontre du droit et de la dignité.
++ Si vous désirez rester informé.e.s des possibles suites et de la situation
des sans papiers en Belgique, plusieurs voies sont possibles: Via Facebook: Devenir ami.e avec le profil de
La voix des Sans Papiers de Bruxelles - https://www.facebook.com/voix.sp.7

ET/OU suivre la page de l'asbl SOS Migrants https://www.facebook.com/groups/320...
ET/OU celle de la Coordination des Sans Papiers de Belgique qui rassemble les différents collectifs
et associations de sans papiers: https://www.facebook.com/Coordinati... celles d'autres
associations / plateformes soutiens des luttes pour la régularisation / contre les lois racistes: MRAX (https://www.facebook.com/mrax.mrax/), Coordination CRER (https://www.facebook.com/crer.regul...), ...
++ Via les listes de soutiens qui vous tiennent au courant des appels à solidarité.s
(logistique, politique, économique, sociale, symbolique, ...), des situations des sans papiers, ....

Pour la liste "Soutien à la Voix des Sans Papiers de Bruxelles - VSP"
ET/OU Pour la liste "Soutien aux sans papiers de Belgique", merci de renvoyer par mail votre désir
d'être ajouté.e à l'une et/ou l'autre liste. (miladyrenoirmiladyrenoir@gmail.com) ++

Communiqué de Presse & Interpellation aux Administrations/ Autorités :
Violences policières, torture psychologique, enfermement, déportation illégale :
l’histoire de Médoune Ndiaye et de beaucoup d’autres sans-papiers…

Le mardi 6 juin 2017, un ressortissant du Sénégal nommé Médoune Ndiaye, membre de la Voix des
Sans Papiers (VSP) de Bruxelles, a été expulsé par un vol Brussels Airlines vers Dakar. Il a été arrêté
fin mars à Virton, puis enfermé au centre de rétention pour étrangers de Vottem (Liège). Des conditions d'enfermement carcérales, le manque d'informations lié à son incarcération, son arrestation pendant
laquelle il a été molesté (doigt cassé), l’absence de soins médicaux (refus de donner des antalgiques),
la rétention d'informations sur son dossier médical, les intimidations répétées du centre fermé
et de la police... Les centres fermés pour étrangers sont des machines à expulser.
Pour préparer ces expulsions, il faut casser la résistance des détenus, par l’enfermement,
par la torture psychologique, jusqu’à appliquer une mesure d’isolement, ce que Médoune a subi
pendant plusieurs jours.
L’Office des Etrangers a très rapidement émis un ordre d’expulsion.
L'ambassade du Sénégal a ensuite octroyé un laissez-passer sans aucune enquête ni même de contact
avec l'intéressé. Après une première tentative d’expulsion avortée, Médoune Ndiaye a été emmené le 6 juin
à l’aéroport. Une douzaine de policiers l’attendaient. Il a demandé à parler à son avocat, dans le cadre
d’une procédure de plainte qui été déposée contre la Police de Liège. Ce droit lui a été refusé, sous prétexte
que la plainte aurait été annulée, ce qui est faux. S’ensuivirent des menaces, des violences. Un policier
l’a maintenu au sol, un autre s’est assis sur lui et plusieurs l’ont frappé, l’empêchant aussi de respirer,
jusqu’à ce que Médoune perde connaissance. Pendant ce temps, il a été sanglé, menotté sans qu’il s’en
rende compte. Contraint de monter dans l’avion avec deux policiers qui le menacent.
« Même si tu meurs, tu vas rentrer chez toi ». Le commandant de bord surenchérit.
Il les entend parler avec le commandant de bord en néerlandais. Médoune s’est alors débattu, a cassé
des objets autour de lui. Les deux policiers l’ont alors battu à nouveau. Personne dans l’avion, ni le personnel
de bord ni les passagers, n’est intervenu. Une hôtesse de l’air lui a demandé de se calmer, mentionnant que récemment un autre homme avait été battu, qu’il avait eu les dents cassées et que même en perdant du sang,
ils l’avaient expulsé. Avant d’atterrir, les deux policiers ont parlé d’une éventuelle prise en charge médicale
une fois à Dakar. Menotté, il a été mené aux autorités sénégalaises représentées par la gendarmerie.
Mention a été faite d’un dossier mensonger le concernant, l’accablant de diverses accusations de vol
dans les marchés, de cambriolages en Belgique. Ce document était écrit en néerlandais. Médoune a demandé
une copie, ce qui lui a été refusé. Il a aussi questionné la gendarmerie, qui ne s’oppose pas à la réception
d’un document dans une langue étrangère, qui l’accepte sans questionner son état physique
évidemment déplorable. Médoune s’est alors énervé contre les gendarmes, lesquels l’ont, à leur tour,
menacé d’enfermement. Deux passagères sont intervenues pour le défendre afin qu’il puisse sortir
sans autre charge. Les gendarmes ont refusé d’appeler une ambulance, lui demandant de déguerpir
et de se débrouiller pour aller à l’hôpital.
Deux côtes cassées, le corps molesté et meurtri, il a aussi subi le vol de la moitié de l’argent
qu’il avait avec lui et de son portable, sans savoir à quel moment ça s’est passé.

poly-tiquesVoilà les résultats concrets de la politique mise en œuvre
par Théo Francken, qui consiste à fermer les frontières,
et à expulser 1000 personnes supplémentaires chaque année
en augmentant les détentions, en en prévoyant même au moins
deux autres centres fermés en Belgique dont un où les familles
avec enfants pourraient être enfermées! Nombre de décisions
qui touchent les sans papiers directement sont émises par
des instances européennes et nationales dont le caractère
peu transparent et peu démocratique n'est plus à démontrer.

Les membres du collectif VSP, dont Thierno Malik (toujours détenu à Vottem) et Médoune Ndiaye,
en paient les conséquences directes. Ces derniers temps, d'autres collectifs de sans-papiers ont également
fait l'objet d'une répression réaffirmée. Quand les dirigeant.e.s européen.ne.s se targuent de promouvoir
la paix, les droits de l'homme à travers le monde, les sans-papiers d'Europe se terrent et longent les murs.
Cette politique se moque en fait de la dignité humaine et de droits qui sont, en théorie, inaliénables.

Nous interpellons les autorités sénégalaises, belges et les instances européennes
sur ces faits graves, et nous appelons les citoyen.ne.s et toutes les personnes résidant
en Belgique à dénoncer à nos côtés ces rafles, ces conditions d’enfermement,
ces rétentions « administratives » et ces expulsions (que nous nommons déportations).

Nous soutenons Medoune Ndiaye ainsi que tou.te.s les détenu.e.s en centres fermés
dans le combat pour la justice, la liberté et la dignité mené courageusement
par ces hommes, ces femmes et ces enfants, en Belgique et en Europe.

La Voix des sans papiers Bruxelles (Voix SP Bruxelles),
SOS Migrants, pour les droits des migrants en Belgique et partout ailleurs,
MRAX asbl, MOC National, FGTB, BXI: Bruxelles Initiatives, 100Pap.be, Coordination Crer,
MOC Bruxelles, Marche des migrants de la région du Centre, Coordination des sans-papiers de Belgique,
Comité des travailleurs avec et sans papiers de la CSC, Groupe de soutien aux sans papiers de Mons,
Front d'Actions des Migrants - Migranten Actie Front, Jsp Jsp le Journal des sans papiers,
Sans-Papiers TV, Théâtre des rues, Editions du Cerisier, Coalition internationale des sans papiers
et migrants, Ecran d'Eveil asbl, Association des Familles et Amis de Prisonniers, Bruxelles Panthère,
Coec (Cellule d'Observation et d'Écoute Citoyenne), Comité des parents contre les violences policières
à Molenbeek, Comité Free Ali Aarrass, La petite Maison du Peuple, Woningen 123 Logements,
Le Village du Monde (asbl Le Coron), Pigment vzw Brussel, Maison du Peuple d'Europe,
Moc Hainaut Centre, Rencontre des Continents asbl, Tout Autre Chose - Hart Boven Hard,
La Petite Citoyenneté Nomade, Théâtre du Copion, Cercle Antispéciste ULB, L'Université des Femmes,
PTB PVDA Molenbeek, Médecine pour le Peuple Molenbeek, KALAME (réseau),
Cercle Amnesty International ULB, Maison médicale Le Renfort de Molenbeek,
JOC Bruxelles, Mémoire Coloniale, …

++

Cécile BULENS, citoyenne, Chantal BEAUPORT, Gil COLMANT, Hélène DIONKRE, Germaine
RAMPELBERGH, Cécile RUGIRA, Rose BEKAERT, citoyenne, Eric HULSENS, auteur et professeur
d'honneur de l'enseignement supérieur, Christine PIERARD, citoyenne, Daniel ALLIET - curé du
Béguinage et l’équipe de la Paroisse du Béguinage, Michael VERBAUWHEDE - député bruxellois PTB,
Valérie CARDINAL, Anne CARLIER, Marie-Claire COUTURIAUX, Sarra LATRECHE,
Anne LOUVRAIN, juriste solidaire, Annick LOUVET, Freddy MATHIEU, Barbara MOURIN,
Sandra NAZE, Patricia NOEL, Angelo PITZUS, Marie-Christine SCREVE, Nathalie VAN ASSCHE,
Myriam VAN SINOY, Isabelle VANDEN BERGHE, Albert MARTENS, Coline FOUQUET,
Clémentine DELAHAUT, Donia ADDAD, John BEUGNIES, Hubert CROIX, Martine DELCOURT,
Anne-Marie DELSAUT, Odile DEPUYDT, Anne DUBOIS, Marie-Paule GIUNTA, Françoise GUFFENS,
Claire HOUART, Vincent HUBERT, Anaïs LEFRERE, Elke MAES, Alice PERRET, artiste musicienne,
Aliette GRIZ, écrivaine, citoyenne, Amandine RIMBERT, Anaïs LEFRERE, Anne DENIS,
Anne-Marie MOLENBERG, Aya KASASA, citoyenne, Dominique COSTERMANS écrivaine,
Caroline GODART, Justine PASSINO, journaliste, Saïd EL AHMIR, citoyen révolté,
Gérard DE SELYS, journaliste, écrivain, Bernard MULLIEZ, Carine DEMANGE, citoyenne,
Caroline SORDIA, citoyenne, Célestin DE MEEÛS, poète, revuiste, Jean-Michel LECLERCQ, journaliste,
Amélie CHARCOSSET, Luc MALGHEM, auteur, Charlotte LIMODIN, Christiane MAIGRE,
Edith BARBIEUX, Fabienne LORGEAU, Emmeline Milady DOLLEANS RENOIR, voisine solidaire VSP,
Eugenia FANO, Gioia FROLLI, slammeuse, citoyenne, Vinciane GEERINCKX, Eveline DAL, CRER Visites,
Fabienne SEVEILLAC, Claire FANSOU, citoyenne économiste atterrée, Valérie VANHOUTVINCK - RougiR asbl, Florent LEDUC, citoyen, Cassius Gautier-Dolléans, jeune soutien VSP, Anissa Rouas, soutien VSP,
Marjolein SCHEPERS, soutien VSP, François LAURENT alias l'Ami Terrien, Christine AVENTIN,
Gaspard GUINON, politologue, Catherine LE GOFF, citoyenne, Frédérique MAWET, citoyenne,
Geneviève DAMAS, écrivaine, citoyenne, Maggie THECAT, soutien VSP, Pascale LASSABLIERE
des ateliers Mots’Art, Germaine RAMPELBERGH, Gilles KINGHEERS de Médecins Sans Frontières,
Dominique REGNIER du Service de la culture de la Province de Namur, Jean-Pierre DUPONT,
Jean-Pierre GRIEZ, Jean-pol NICOLAY, Jeep NOVAK & Vincent PATIGNY de la Petite Maison du Peuple,
Joaquim DA FONSECA pour le PTB Molenbeek, John BEUGNIES, John NEVE, Doctorant pour la Paix
& Piment rouge des temps présents, Julien GORDENNE, citoyen indigné, Kathleen VOSSEN,
Laurence VIELLE, poétesse nationale, Laurence VRAY, Laurette PREVOT, Laurie STAQUET soutien VSP,
Louise DUPUIS, Lucie GIUNTA, Magali PAQUOT, Mahe BO de Rencontre des Continents,
Maryvonne MAES, citoyenne solidaire, Maxime LÊ HùNG, Soutien VSP,
Michel VANDEN BOSSCHE-MARQUETTE, citoyen, Michèle MATON, Milena PATUELLI, citoyenne
bruxelloise solidaire et révoltée, Régine Vandamme, citoyenne, Rose-May LIEBAERT, soutien VSP,
Mouna IMADEDDINE, citoyenne, Nathalie CAPART, soutien VSP, Salimata SAMBA, citoyenne,
Mieriën Coppens, étudiant en Cinéma et soutien de la lutte des sans papiers, Nathalie MELIS,
Nathalie VAN ASSCHE, Nicolas ANKOUDINOFF, musicien, Odile DEPUYDT, Pascale MISTIAEN,
Patricia NOËL, Patricia OPSOMER, Paul HERMANT, Acteurs des Temps Présents et chroniqueur,
Pietro EMILI de la Maison du Peuple d’Europe, Sabine PANET d'Axelle magazine, Marie-Madeleine
GADEYNE, étudiante et citoyenne, Pascale FONTENEAU, romancière, Sarah FOULQUIER, citoyenne,
Claire Frédéric, Sarah PIALEPRAT du Centre du Film sur l'Art, Sophie DRUART, citoyenne,
Stephan Dubrana de La fausse parole production, Teresa BIZZANELLI, Thérèse MICHELS,
Thibault CARION, citoyen, Thomas BURION, Bibliothécaire - caricaturiste pour Même pas Peur,
Stephane LAGASSE, citoyen, Anne GROSJEAN, Tom MACDONALD, citoyen, Tom NISSE, écrivain,
Vanessa CRASSET, Vincent HUBERT, Virginie DELATTRE, Louise DE COSTER, Norma BERARDI,
Valérie BRIXHE du Centre du Monde, Augusta LINDBERG, présidente du cercle Amnesty International
ULB, Philippe GRANJEAN, reporter et citoyen, LODICO PIETRINA, Jean-Gauthier HEYMANS, citoyen,
Mehdi KASSOU, Joëlle BAUMERDER, Maison du livre de St Gilles, Chloé SALMON, Sylvie-Anne GOFFINET,
Felipe VAN KEIRSBLICK, Francesca BADIN, Veronika MABARDI, Khadija SENHADJI, anthropologue -
ESG asbl, Manu SCORDIA, dessinateur, Miguel DECLEIRE, Mathias DECLEIRE,
Nordine SAÏDI, militant décolonial, Patricia POLANCO de Médecine pour le Peuple Molenbeek,
Felipe Van Keirsblick, Poupette CHOQUE, …

Illus reprises du site de Bruxelles Panthère (signataire de ce communiqué)

15:20 09/06/2017 | Lien permanent | Tags : poly-tiques |  Facebook

conte antenne parabolique pour l'ami Médoune Ndiaye

désert.jpgun grand désert, il a marché des jours, des années. l'homme pense à ce grain de sable envolé dans sa paupière comme le milieu de sa vie. le chemin parcouru, les traces dans les dunes. le vent qui souffle les grains devant lui. il a amassé quelques pierres et roses sablées formées d'un peu d'eau, de sel d'une mer éloignée et de sable. il construit un cairn, garantissant la baraka des bornes du chemin à encore parcourir. chaque étape sera douleur, rire et pensée. en plantant son bâton de marcheur, il se blesse au pied. une douleur morsure lui crispe le visage, craquelle le masque de sa solitude. une tagat des jnoun locaux! il vacille un peu, voit devant lui l'ombre d'un arganier. pourtant, aucun arbre ne peut résister à l'horizon et son plomb solaire, au vent témoin du lointain. il se rend compte que son corps entier ne résiste plus au soleil qu'il a pourtant apprivoisé tout ce temps. il se rend compte que son coeur entier ne résiste plus à la solitude qu'il a pourtant apprivoisée tout ce temps. de nouveau, des ombres couvrent son oeil. qui le guette? qui l'attire dans l'obscurité? il doute, il craint, il virevolte mais ne sait plus avancer. sa tête ou son coeur ne tient plus? ce grain blessant sa cornée comme le sésame de son mausolée? cet homme est-il banni du reste des hommes? comment pourra t-il retrouver l'honnêteté de sa destinée s'il succombe au désespoir? il tente de se remémorer son origine. il ne voit que ce grain de sable frontière entre son savoir et le néant. aurait-il atteint le khalwa? il frotte l'oeil jusqu'à griffer l'intérieur de sa paupière, jusqu'à ne plus pouvoir ouvrir l'oeil. il reprend son bâton, le plante à nouveau vers l'après et marche les deux yeux fermés en attendant que les ombres, les griffes, la douleur puissent fondre dans une larme, dans un bras de mer. il le sait, c'est déjà arrivé, le désert sème le trouble mais le désert est toujours encerclé d'un océan.

15:17 09/06/2017 | Lien permanent | Tags : texte |  Facebook

4
jui

C'est aujourd'hui le 8 mars (IV) - Sorcières #25 - 8juin17@LaBellone

18194723_1387386451307136_5784830254910176113_n.jpgEn partenariat avec la RainbowHouse, Les Midis de la Poésie et la librairie Tulitu, la Bellone invite le collectif non-exhaustif de Sorcières#25 à jouer.

"NOUS, Sorcières, avons hérité des pires et des meilleures.
NOUS, Sorcières, nous sommes emparées de ce qui nous était dû et su et pu et tu.
NOUS, Sorcières, avons fabriqué des espaces de papiers et d’écran à la gloire de LaMonstre.
La revue auto-produite célèbre ce qui est aujourd’hui, venant d’hier et de demain, déjà.
La revue #25 de Sorcières, les femmes vivent, arrive dans les chaumières, les tanières, les taupières, les hémisphères (droit ou gauche).
Des autrices/artistes féministes présentent le numéro 25 de la revue ‘Sorcières’, intitulé La Monstre.
Sorcières?
Ce magazine littéraire et non mixte, datant des années 70-80, en était resté au numéro 24.
Pour ce tout nouveau numéro, celles qui l’ont aujourd’hui ressuscitée, ont voulu l’ouvrir à plus de diversité. Toujours uniquement des femmes, mais pas que blanches, pas que hétérosexuelles ou cisgenres, pas que trentenaires et issues de la même classe sociale.

Le 8 juin de 17h00 à 19h01 aura lieu une rencontre performative dans la cour de la Bellone : les autrices/artistes présentes mettront en voix des textes déjà publiés (avec peut-être ceux qui auront vu le jour durant l’atelier du 11 mai qui a eu lieu pendant la Pride).
Elles raconteront cette aventure d’écriture collective sur la définition de la / des féminité/s, en quête de plus d’inclusivité culturelle, générationnelle et artistique et des performances, des lectures auront lieu pour envisager LaMonstre sous des angles variés.

Ce 08 juin est conçu comme un autre ‘08 mars’. Cette année, La Bellone a choisi à la fois de célébrer et de remettre en question la Journée Des droits des Femmes souvent nommée La journée de LA femme dans les médias... Qui est cette femme ? Et pourquoi une seule journée ? Répondant à cette absurdité par une autre, nous avons décidé de donner suite à cet évènement-accordéon que nous avions entamé les 08, 15 et 22 mars. Pourquoi le 08 juin ne serait-il pas aussi la journée des femmes : nous pouvons dire 'C’est aujourd’hui le 8 mars!' comme nous pourrions dire 'C’est elle, c’est la Femme!'.

Avec Christine Aventin, Pascale Barret, Aya Kasasa, El Mougine Landerloupe, Maro, Milady Renoir, Joëlle Sambi, Snoeg Snoedal et Volte, entre autres.

22:56 04/06/2017 | Lien permanent | Tags : girlz, act-u |  Facebook

Sérendipités - une semaine d'atelier d'écriture, de sténopé et... - fin juillet 2017

 
  • plume laurie.jpgEté 2017 - Soit du 23 au 30 juillet à l'AKDT
    Soit du 24 au 28 juillet à Bruxelles (Schaerbeek).
    En cas de jauge minimale de participant.e.s non atteinte à l'AKDT,
    Laurie Staquet et moi l'animerons à Bruxelles.
    Envoyez un mail si vous êtes intéressé.e par cet atelier mais sur Bruxelles. (lire ci-dessous)
Description
Les deux animatrices amèneront les participant(e)s à écrire via les mécaniques du récit (invention de lieux, construction de personnages, élaboration de climats... ) et à expérimenter des espaces imaginaires et physiques à partir d’expériences artistiques, corporelles multiples.
Chaque proposition ajoutant une couche aux autres.
Chacun.e questionnera les intersections entre l’écriture et les autres processus sans forcément rechercher un résultat, sans hiérarchie de pratiques et d’esthétiques, sans scrupule aussi.
Les sollicitations et les pistes inductrices seront plurielles, souvent ludiques... les empreintes des expériences guidées par le désir et l'intuition traceront des chemins de traverse.
Les pratiques naissantes ou aguerries des animatrices et des participant(e)s feront terreau des propositions.
A la fin de la semaine, chaque stagiaire aura écrit, aura improvisé, aura testé la technique du sténopé, aura revêtu un habit de fiction, aura marché sur la lune, aura dessiné, aura rencontré des œuvres d’arts et des univers de création singuliers. Qui sait?
 
« L'attendu n'arrive point, mais l'inattendu »
Euripide
Niveau
Atelier ouvert à toute personne désireuse d'explorer l’écriture créative en traversant des ponts, franchissant des seuils, et sautant des haies, mêmes intérieures.
Aucun pré-requis nécessaire dans aucune pratique. L’atelier s’adaptera à toute corporéité, à tout âge, à toute capacité.
Chacun.e peut apporter ses outils, ses désirs, ses matériaux, ses ressources pour alimenter l’atelier ou arriver vierge de tout dessein.
Une petite note d’intention avant l’atelier est bienvenue, mais non obligatoire.
Matériel
Petites choses utiles pour la semaine :
- Tapis de sol, de yoga ou couverture épaisse
- Vêtements confortables pour l’une ou l’autre activité
- Baskets ou chaussures de marche pour un peu de marche
- Tout matériel support de pratique artistique personnelle (couture, photographie, aquarelle, collage, cuisine, ... etc.)
- De quoi écrire, feutres couleur, crayons couleur..
- Scotch, agrafeuse, punaises, ciseaux, cutter, craies, fusains, pastels.
- Désir de créer, désir d’essayer, désir de bifurquer, désir de jouer.
 
Conditions AKDT:
Prix du stage : 255.00 €
Prix de l'hébergement si AKDT: 205,00 €
 
///
 
Autres conditions si à Bruxelles (hors AKDT):
200 € du lundi 24 au vendredi 28 juillet (Schaerbeek) - contactez moi par MP pour intention
possibilité d'échelonner le paiement si besoin.
 
Illustration de Laurie Staquet - co-animatrice de l'atelier

22:47 04/06/2017 | Lien permanent | Tags : atelier |  Facebook

"femmes savantes" - Une semaine d'atelier d'écriture (soit à Neufchâteau (AKDT) soit à Bruxelles

akdt femmes savantes.jpgSi cette proposition faite pour l'AKDT vous intéresse mais à Bruxelles (et plutôt du lundi 17 au vendredi 21 juillet (avec d'autres conditions aussi), merci de m'aviser par MP.
En cas de jauge minimale de participant.e.s non atteinte à l'AKDT, je l'animerai à Bruxelles (Schaerbeek).

Enoncé:
Cet atelier d'écriture s’imprègne des figures féminines (de la littérature, des arts, de la politique, de l’histoire, des histoires...), des luttes, débâcles, retors, revers, sangs versés, poings levés. Il s’irrigue des fils cousus et des fleuves exaltés que certain(e)s ont traversés, traverseront.

Les participant(e)s de tout genre, de toute symbolique, pourront re-découvrir quelques noms de proues et poupes créatrices mais aussi une série d’œuvres d’art et de travaux inspirés d’entités féminines (qu’elles soient d’hommes ou de femmes) croisées sur la route par Milady Renoir (dont Annie Sprinkle, Violette Leduc, Camille Ducellier, Hildegarde de Bingen, Olympe de Gouges, Julien Clerc, Annette Messager, Ishtar, Pina Bausch, Gilles Deleuze, Toni Morrison, Annie Leclerc...).

De nombreuses lectures, créations, idées, des approches contemporaines et moins feront terreau et prétexte/s à l’écriture créative, à l’expérimentation de styles multiples, à des mises en voix-et-corps-et-langues et à des réflexions libérées de contraintes sociétales mais pas littéraires.

Niveau
Toute entité mortelle et sensible est bienvenue pour écrire, lire, évoquer, déconstruire, chercher, s’autoriser. En aucun cas, cet atelier ne se veut prosélyte ou convaincant, il se veut espace ouvert et enthousiaste.

Une courte présentation de soi et de son intention pour l’atelier est bienvenue mais non obligatoire

Matériel
Agrafeuse, scotch, punaises, ciseaux, cutter, esprit, corps, ...

Infos pratiques et inscriptions pour l'AKDT: http://www.akdt.be/index.php/stages/arts-du-spectacle/516

Si pour Bruxelles, contactez-moi par mail.
Atelier à Schaerbeek.
5 jours plutôt que 6.
200 euros la semaine
payables en plusieurs fois si souci.

22:27 04/06/2017 | Lien permanent | Tags : atelier, girlz |  Facebook