10
jui

SMDOP - l'après

récit au plus proche du concret, de l'irréel, de l'intangible et de la métamorphose.

chaque fois, un corps.
chaque fois, mon corps.

chaque corps, des indices, des postures, des détails.
rapidement, parce que le contexte l'installe, une cérémonie, une parade.
j'ai pris les mains, parfois les coudes, les avant-bras, les épaules, les cous, les dos, les bustes, les hanches, les omoplates, les os, les peaux, les tissus, les sueurs, les poils, les granulés dermiques, les boutons, les échancrures, les armatures, les quadratures.
squelette sensible / posture graduée.

la playliste jouait ses ringardises, ses mémoires, ses injonctions.

et les pieds tournaient, s'emmêlaient, vrillaient, prenaient appui entre les confettis, la chaleur et le sombre écho d'un slow déjà dansé ou improvisé. 

celui qui a peur de toucher la peau, celle qui cherche à déhancher, celui qui murmure et puis crie pour sortir du murmure, celle qui revient trois fois pour vivre, vivre, vivre, danser, celui qui s'endort dans son costume de super héros ravagé, celle qui porte le masque et la détresse et que je serre, déserrre, celui qui tremble et pleure, amour et peur, celle qui n'en revient pas qui n'en revient pas d'avoir pu faire ça, celle qui écrase le pied droit, chaque fois, chaque fois, celui qui prend Samantha Fox pour Nina Hagen, celui qui dit que les relations amoureuses sont toutes trop sexuelles et pas assez sensuelles, celle qui bande et cherche l'entrejambe, celui qui est grand si grand qu'il se prend le néon et dit pardon, pardon tout le temps parce qu'il ne sait pas danser slowly, celle qui a les seins, les mains, l'odeur rigides, celui qui s'est fait largué hier que je serre comme celle qui ne fera plus, celui qui demande si je suis thérapeute, celle qui demande si je fais comme Amma, celui qui ne connait qu'un poète (Pablo Neruda) et qui trouve toute cette danse étreinte "so poetic", celle qui a découvert un nouveau pan de son désir (récemment et là aussi) et qui remercie, remercie la vie, celui qui danse autour du cocon qui n'entre pas mais qui fout le dispositif en l'air, celui qui ressemble à un Boyz Band tout seul et qui me décoiffe à coup de danse de ballet électrique pas slow très show, celle qui y voit un sacrifice, une putification, un rapport sado-maso-catho, celle qui entre en étant déjà soeur, déjà amie, celle qui danse si lentement que les micros mouvements font tectonique des plaques, celle dont la peau est si abîmée que j'enlace la possible brûlure, celle dont je sais que le sein a été atteint par le crabe et qui simule la symétrie en appuyant fort son buste et son moins-que-bien contre mes seins épais, celui qui caresse l'avant bras en suant, en collant gentiment, vraiment gentiment, celui qui demande s'il peut remercier, s'il peut embrasser (joue-menton-front), s'il peut rester finalement, s'il peut évoquer les slows, l'ado, les sens, celle qui est venue comme ça, avec la curiosité et qui repart comme ça, avec ma curiosité, celui qui dit rien, qui regarde pas, qui tourne pas, qui s'laisse aller à ce que je mène, à ce que j'enveloppe, à ce que j'entame en lui, celle qui rit, qui rit, qui rit parce que quand même danser sur Richard Cocciante à une soirée anar-queer-punk, hein, celle qui cherche les mots pour nommer mon "ça" en termes-concepts, celle qui sent la bergamote et le pollen, celui qui a une chemise repassée comme amidonnée et qui a des mains rêches précises, celle qui plonge son front dans mon creux cou-épaule, collant, plaquant, cherchant, celui qui fait nid-oisillon-aigle, celle qui fait tout péter dans son coeur, celui qui a chaud, celui qui revient sur sa décision de ne pas capituler, celle qui est dressée comme un i d'abord puis lovée comme un s ensuite, celui qui sautille de gêne, celui qui aime bien Sinead O'Connor comme symbole queer même si religieuse, celle qui me connait que je connais qu'on s'aime, celui qui est venu juste pour ça qui pensait pas venir mais qui vient "comme à chaque fois", celle qui pense que c'est simple et pas si simple que ça, celui qui, celle avec, celui pour, celle contre, celui dont, 

et rien de tout ça est aussi précis et clair que ça, 
et rien de tout ça n'est assez subtil pour exprimer les corps, les dons, les appréhensions et leurs dilutions, les bonheurs crus, les variations, les légitimités de l'éphémère, les permissions de l'inconnu.

Je remercie Norma (monteuse-ouvreuse-camériste-rieuse), Cassius, Pierre (régisseur "balèze" (dixit Cassius), Nicolas Marchant (monteur de playliste-ramasseur de confettis-amoureux), Elsa, Virginie, Rebecca, Joëlle, Martine pour les mots doux, Collectif BitchCraft (kiss Vir/Camille) et Barlok pour accueil-hospitalité-amour, TonTon Thom pour les affaires d'ogre, les celleux qui sont venu.e.s danser joue contre épaule, buste contre coeur, peaux contre suées, yeux dans les paupières.

Mi-Lady
Mi-Emue

slow boum.jpg

22:06 10/07/2016 | Lien permanent | Tags : act-u, textes, ego-tripes |  Facebook

Les commentaires sont fermés.