12
fév

interstices - pauses - da coda - gouffres - et autres lieux d'absences.

Capture d’écran 2016-02-11 à 14.43.34

L'amour est pour les hommes quelque chose de tout à fait différent de ce qu'entendent les femmes

"Lou Andréas Salomé (12 février 1861-5 février 1937), grande femme de lettres, est la figure même de l’égérie, déchaînant de nombreuses passions amoureuses sur son passage. Lorsque Nietzsche la rencontre à Rome, alors qu’elle n’avait que 21 ans, il en tombe littéralement fou amoureux : il la demande en mariage par deux fois mais Lou le quittera pour Rée, leur ami commun. C’est plus tard qu’elle deviendra la muse de Rilke puis de Freud. Dans cette lettre, datée de l’année de leur rencontre, Nietzsche dresse la liste des différences fondamentales entre l’homme et la femme en ce qui concerne l’amour…" (in deslettres.com)
 

[8/24 août 1882]

 

1. Les hommes qui aspirent à la grandeur sont habituellement des gens méchants ; c’est la seule manière qu’ils ont de se supporter.

2. Qui ne trouve plus la grandeur en Dieu ne la rencontre plus et ne peut alors que la nier ou — la créer (contribuer à la créer).

3. [+++]

4. L’immense attente en matière d’amour sexuel pervertit, chez les femmes, leur vision de toutes les perspectives plus lointaines.

5. Héroïsme — c’est la disproportion où se trouve un homme qui vise un but par rapport auquel lui-même n’entre plus du tout en ligne de compte. L’héroïsme est la bonne volonté de la disparition de soi.

6. Le contraire de l’idéal héroïque est l’idéal de l’harmonieux développement universel — un beau contraire est très souhaitable ! Mais c’est un idéal qui ne vaut que pour des êtres fondamentaux bons (Goethe, par ex.)

L’amour est pour les hommes quelque chose de tout à fait différent de ce qu’entendent les femmes.

Pour la plupart, l’amour est sans doute une forme d’avidité ; pour le reste des hommes, c’est le culte d’une divinité souffrante et masquée.

Si l’ami Rée lisait cela, il me tiendrait pour fou.

Comment allez-vous ? Il n’y a jamais eu, à Tautenbourg, une journée plus belle que celle-là. L’air épuré, doux, puissant : comme il faudrait que nous soyons tous.
Cordialement,

F.N.

09:21 12/02/2016 | Lien permanent |  Facebook

Les commentaires sont fermés.