4
sep

limites de l'entendement.

"De même que par ce monde qui est le mien (putain, charogne, misère, menace du massacre, etc.) je retourne à l'élémentaire, à la faim, au désir, à la défense du territoire, à l'animalité et à ce qui, dans l'homme, ne peut se résoudre à la seule animalité ou à la seule humanité, à la souffrance métaphysique en somme, de même s'est imposée à moi, musicalement, et logiquement, cette langue rapide (élision du e muet, disparition de prépositions de lieu, de temps inutiles, etc.), expressive (accentuation renforcée, désaccentuation, etc.), essentielle (contraction des mouvements, du temps, de l'espace, etc.). En quelque sorte, j'efface de la langue tout ce qui m'y paraît inutile, tout ce qui n'est pas expressif."

 

Pierre Guyotat

 

 

(art by Anaïs Boudot)

Anaïs Boudot - Sans titre, Série “ Fêlures “, 2014.jpg

15:53 04/09/2015 | Lien permanent | Tags : act-u, lis tes ratures |  Facebook

Les commentaires sont fermés.