31
déc

allez, hein, c'est qu'un mauvais moment à penser...

là, https://archive.org/details/LuisAnteroJay-deaLopez-TimePa..., des ondes captant le temps qui passe...
avec toi et/ou toi, cette année, j'ai:

aimé traverser un pont, pris le temps de mater un lynx, joui, été tatouée, appris une option de sérendipité, écrit un morceau de texte inabouti, détesté un aéroport, mangé un pastei de nata de dieu, changé la litière des chats, changé une serrure, serré une main douce entre les miennes, cru en l'avenir, mangé des boulettes à la marocaine épicées, reçu des biscuits russes, fait rire trois enfants dont deux blonds dont trois aux yeux bleus, écouté de la musique qui fait bouger le cul sans  cesse, animé un débat sur l'entrée en écriture, gardé mon sang froid, vibré de la culotte, senti un degré supplémentaire de culpabilité ancestrale, pêté une durite et un plomb, amplifié une colère juste, allumé mon feu intérieur avec le souffle de Colin http://www.blogotheque.net/2013/04/30/colin-stetson-3/, écouté un sublime moment de silence, subi un concert mort, dansé devant des lesbiennes metalliques, bouffé une pizza démente, dit oui, répondu non par principe, assimilé le mal, rencontré Lily La Tigresse, vu le diable dans des détails, appris un truc, mâché un chewing gum fraise menthe, franchi un cap, débouché un évier, raconté des conneries de filles écervelées, ri en Alsace, grignoté un sentier, visité une bonneterie, appréhendé la douleur des retours, vécu mieux, su ce que je ne voulais pas devenir, écouté ça http://www.subrosa.net/en/catalogue/electronics/alireza-m... et cru en l'impermanence, comparé HEMA à Monoprix, parlé de la chance d'être noir/black, adoré Pigalle, combattu un moulin, mangé un grillon gaumais, viré mes écoutilles, perdu le sens de ma voix, pleuré comme jamais, revêtu mon habit de bile noire, trempé mon séant dans une baignoire à pieds de lion, bu trop de mojitos dans un bar à salsa (comme quoi), senti mes seins comme des volcans, figuré que tout était vain, mis une culotte sans penser au soir, épilé mes sourcils au fil rouge, vagabondé un creux de nuit, vu un ragondin enflé d'eau flotter sur son dos, visité un château de cartes, compris la notion d'Apocalypse rédemptrice, fugué, subi une crise d'angoisse de premier ordre, pêché ou péché, eu envie de fuir, cru que j'allais te quitter pour de bon, vérifié qui était derrière tous ces complots, applati mon ego, longé le cours d'eau qui n'était plus que ru, abattu des parois, rêvé de retirer du quickstep, projeté y vivre, bronzé sur ta terrasse de rotin, senti la poussière, observé comment on isole un grenier, senti la main de ton nouveau né contre ma glotte, pris un billet d'avion pour le Burkina Faso, animé un autre et un autre atelier, envoyé tout chambouler, regardé comment tu faisais pour être naïf, utilisé l'huile de tournesol plutôt que l'huile de colza, gémi de gêne, énoncé un projet sans me confondre, embrassé ta calvitie, goûté à ton foie gras trop cuit, collectionné des natugraphies, menti pour ma bonne cause, pas répondu à ton SMS qui disait la mort de ta mère, écouté la symphonie des grillons (pas mangés eux), fêté mes 38 ans, lesté ma perte, vrillé ma cellulite, donné du temps pour se dire, dit pardon, pensé à revenir à l'enfance, usurpé une identité, signé un arrêt d'épagneule bretonne, juré de ne plus m'y attarder, joué avec la suprématie du monde, rigolé de mes ventres, écrit, écrit un peu plus, lu Lettre à Helga, humé le jus de ton corps, sali mes draps, filé doux, durci mes yeux, bordé tes tempes contre mes lèvres, senti le roussi, saigné, pissé du haut des marches d'une roulotte, cuit des potirons comme des citrouilles, brûlé l'intérieur de mes cuisses en marchant sous le chaud, charmé un vieux con, cassé un ongle rouge, estimé le temps de pause, compris, vécu, aimé, perdu, appris...

merci.

à bientôt

Emmeline

juillet 2012 02.jpg

20:31 31/12/2013 | Lien permanent | Tags : humoeurs, textes |  Facebook

Les commentaires sont fermés.