14
déc

Hier nuit, texte 2/3 lu entre 2 autrices/72

 

 

IMG_8413.JPGPrétérition.

Ne m’embrasse pas m’enlace pas me rase campagne pas
Ne me baise pas pied malléole métacarpe
Ne me dis pas d’amour et d’eau et de fraîche comme si c’était le temps au beau fixe accalmie et anticyclone et anti-anxiolytique
Ne me remercie pas d’exister de respirer de vivre d’être là d’être là pour toi d’être à moi au monde d’être à toi d’être en moi
Ne me fige pas sans dégât ni complexe sans scrupule ni pute ni soumise
Ne me souhaite pas de me rétablir de ce dont personne ne guérit
de prendre soin de moi de mon corps brassé blasé cassé mal rasé
Ne me sexe pas tout de suite
Ne m’idôlattrines parabolises trépanéises pas
Ne me souhaite pas joyeuses fêtes quand les messies les enculés les premiers les derniers
Ne me prends pas dans tes bras entre tes cuisses contre tes joues dans ta bouche
contre ta queue même dure, même lavée, même seule, même gymnote même cobra
Ne me donne pas à voir du pays du sens du calme du grand écran du sur mesure
Ne me demande pas si je vais bien ou pire ou mieux ou tant pis
Ne trouve pas que j’ai un grand cœur pour aimer tout le comble que tu es n’es pas
n’es plus ne seras pas
Ne salue pas
ne garde à vous pas ne saut de l’ange pas mon cul trop lourd trop lourd trop lourd
ad libitum allegro legato crescendo avec ton bout bien érigé bien bien bien debout
Ne souris pas comme si nous étions heureux matin soir brunch aube
Ne te masque pas sous démon de midi on verra demain on s’rappelle
Ne t’avance pas sur l’avenir ni sur maintenant ni sur avant après surtout
N’avance pas d’un seul pas que si tu sais où tu viens d’où tu vas

Ne m’aime pas
Ne m’aime pas, c’est pourtant pas compliqué de ne pas m’aimer
y en a eu plein d’autres qui ont réussi, alors fais pas le malin

Ne me déborde pas d’indulgence de bienveillance d’intransigeance d’engeance  de diligence
Ne me populise pas le territoire l’espace le temps le ciel
Ne me randomly shuffle pas les poils
Ne me bonneannéebonnesantéise pas - tandis que les feux éclatent en ville -
Ne me rends pas chèvre chienne chatte bonobo levrette méduse
Ne joue pas avec mes pieds mes lèvres mes élans mes contrefaçons
Ne donne pas le change monnaie fretin friture
Ne viole pas mes airs vents bourrasques bruines brumes
Ne me destrier chevalier gentilhomme pas tant
Ne me percute pas l’utérus - comme la Comète de Halley la terre dans vingt-quatre ans -
Ne me raconte pas de balivernes sornettes foutaises carabistouilles des couilles
Ne vide pas ton sac dans mon vrac trac truc toc tiques
Ne dis pas tes regards ta langue ta voix ta vision comme ça - là
Ne répands pas tes sucs jus pus le long de mes veines apparentes saillantes jaillissantes vrombissantes
Ne prends donc pas mon mal en patience résilience ambiance
Ne me République de Weimarise
Ne me Kim Jung-inise ne me Pol Potise pas pas pas
Ne me BPM pas le corps sang cyprine diastole bile
Ne danse pas sur mes orteils oreillers envoyé c’est pesé
Ne me tiens pas la jambe le poteau l’amarre la bite
Ne me rappelle pas que je suis née que j’ai grandi que je vis
Ne m’intéresse pas qui es-tu que veux-tu loup y es-tu
Ne me rencontre pas dans le hall de gare la salle d’attente la réception le comptoir le sofa
le trottoir d’en face
Ne te confronte pas à mes tempes mes nerfs mes inconvenances
N’invite pas ce que tu dois dire de ta grande bouche dans la mienne
Ne me crois pas en Déesse Dieu Devin guess what Madame Soleil
Ne me jauge pas avec ta tirette ouverte cash converter bancontact 24 heures sur 7
Ne me comble pas de cadeaux comme si j’étais les Houris les Parques les Grâces en plein dans le mille tendance floue cible mouvante
Ne me Shivaise pas ton air Ganeshien Tantrique Zen New Age Lâcher prise
Ne me tue pas à petits feux foyers braises cendres fumées
Ne me tape pas Ne me tape pas sur le système matrice schéma effigie
Ne me tape tape tape pas même si c’est ta façon d’aimer
Ne me lève pas le lièvre le perdreau et l’épagneul en même temps
Ne m’aime pas comme si tu m’aimais voyais savais qu’en fait je suis la seule

Ne me virevolte pas la face
ne me rends pas la vie facile belle heureuse souriante jouissive imperfectible
Ne crois pas ce que tu crois
ne m’aime pas ce que tu crois
ne crois pas ce que tu m’aimes
non, non, tu n’as pas le choix, non, non, tu n’as pas le droit, c’est vraiment mais vraiment pas possible…
vraiment ! OK ?

 

© Milady Renoir, entre autre(s).
Texte écrit pour la revue sans-titres, revisité pour l'occasion de l'oralité de l'exercice du marathon.
Photo prise par Ce Lui.

20:53 14/12/2013 | Lien permanent | Tags : textes, act-u |  Facebook

Les commentaires sont fermés.