19
oct

La métaphysique de la putain, causerie de Laurent de Sutter à PassaPorta

Dans le cadre de la semaine de la Pop Philosophie, Laurent de Sutter (LdS) a donné une causerie sur son propos tenu dans un livre à sortir intitulé "La métaphysique de la putain". J'ai surtout apprécié et compris la méthodologie et le chemin de pensée de LdS pour expliquer comment il est arrivé à ce "titre" / travail, j'ai encore aimé la précision de son regard à travers des rencontres qu'il a faites avec des "images" de la putain (dans le cinéma, la littérature, peut-être aussi dans d'autres lieux de cultures et de symboliques) et aussi la forme d'humilité qu'il a adopté tout le long de ce parcours sulfureux, autant parce qu'il est homme, parce qu'il est philosophe (penseur), parce qu'il n'est pas putain.

Au milieu des références qu'il faut saisir ou laisser derrière (je n'apprécie pas l'intertextualité, l'inter-référentiel, le name-dropping), j'ai entendu une parole qui replace le corps, l'image, le sujet de la putain dans un cadre social, politique, économique et conceptuel (et analytique).

Surtout, aussi, quand même, à la fin, une intervention de Sonia Verstappen, ex-pute et anthropologue, putain et amie d'autres, qui replace des contextes, des vérités (au contraire d'une seule), qui renie tout réglementarisme ou tout abolitionnisme à pensée unique. Une ouverture du regard, des yeux, de la vision du métier et de la corporalité de ces femmes... (quand on ne parle évidemment pas de traite d'êtres humains et d'esclavage, ce qui n'est pas de la prostitution).

On l'entend, la voit là: http://www.dailymotion.com/video/xa6rsr_la-lecon-d-amour-de-sonia-la-pute-d_people?start=4 + http://www.keek.fr/article/2263-36-ans-de-prostitution-thesarde-en-anthropologie

merci à Laurent de Sutter d'en être venu là... et d'ouvrir un pan de l'humanité souvent détérioré.

A stripper visits the trading floor of the Toronto Stock Exchange. Late 1970s..jpg A stripper visits the trading floor of the Toronto Stock Exchange.
Late 1970s.

16:00 19/10/2013 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

Les commentaires sont fermés.