22
jui

Yeux que c'est "beau"!

Les yeux de Giuseppe Penone

Les yeux de Giuseppe Penone

"En marge des rencontres d’Arles, on peut voir  des travaux de Giuseppe Penone datant des années 1970 — l’artiste italien prolifique, associé à l’Arte Povera. Pour cette série qui s’appelle Rovesciare i propri occhi » (“Retourner ses propres yeux.”) il a photographié son propre visage, dévitalisé. Il y apparaît comme aveuglé, porte des verres de contact miroitants. Mais ce qu’il regarde, nous le voyons pas : aucun objet ne s’y reflète.

Retourner ses yeux, c’est envisager “le regard pensif” comme l’écrivait Régis Durand. Et regarder en dedans de soi, c’est s’abstraire du monde.  Dans cette série fascinante, Penone incarne ce regard fantôme avec les stigmates de la possession. Yeux révulsés, extatiques, sortis du temps, et privés de la contemplation de l’espace. Ce n’est pourtant pas encore le visage d’un mort que nous regardons  : la surface de la peau, par son contraste, sa vibrance, nous offre plutôt la vision d’un veilleur  en plein milieu du jour.

Ce geste qui a évidemment une profonde résonance esthétique n’est pas seulement une expérimentation plastique. Dans ces images, Penone matérialise le refus de voir.  Quelle est la nature de cette résistance ? Daniela Lancioni, auteur d’un livre consacré à l’artiste explique que Penone «cherche une identité retrouvée dans une société qui préférait l’apparence à l’être. »  Cette recherche de soi passe sans doute par une phase d’absentement. Qui suis-je ?  Ou plutôt “qui je hante ?” comme l’écrivait André Breton. Dans cette attente, c’est le regard primitif d’un loup qui semble s’être emparé d’un homme."

15:42 22/07/2013 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

Les commentaires sont fermés.