10
mar

Tomassenko - bon trio, bon trio

"Une musique vivante, singulière, intime, où la fête est à l’honneur, la poésie aussi, le calme et l’humour bien sûr, avec des musiciens dont le plaisir de jouer ensemble s’affiche sur les visages.
Un son original et personnel au service de la narration, de la suggestion, avec des arrangements et associations d’instruments, inventés ou réels, qui invitent au spectacle : Grelots, plaquàpieds, clarinettes, likembés, organetta, cor de basset, capteur dentaire, scie, guitares, chant, onomatopées, français dissonant, mini chorale, rythmes et mélodies. Laurent Rousseau, Catherine Delaunay et Olivier Thomas croisent les sons et les mots.
Troglodyte onomatopiste, monoglotte borborythmicien, auteur de langues imaginaires, amateur du recyclage par la culture de l’imparfait, créateur d’espaces intersti-ciels et de lecture en biais, Olivier Thomas chante et raconte le sens et le non sens.
Un pouce de solitude, un doigt de sel, et puis on prend le tout, on secoue un bon coup. Comme une fresque peinte ou l’on mélange les couleurs pour en esquisser de nouvelles."


www.tomassenkoproduction.bevignette trio tomassenko.jpg


Je suis allée voir le trio Tomassenko un soir, au Varia.
J'ai aimé le trio Tomassenko.
J'ai vraiment ri et presque pleuré en écoutant/voyant le trio Tomassenko.
Faut dire que c'est beau ce le trio Tomassenko. C'est pas que beau, en plus, parce que ça serait que beau le trio Tomassenko, ça serait pas forcément facile à décrire, le trio Tomassenko et puis inutile à dire. Le beau, c'est à voir, pas à détourer, n'est-ce pas?
Bon, donc, si on doit comparer, comme ces critiques dessinant des cases et des croix sur les courbes et les nuages, disons donc que le trio Tomassenko, c'est comme Raymond Queneau + Nosfell + (Gherasim) Luca (soit Laurent Rousseau, Catherine Delaunay et Olivier Thomas) mais le trio Tomassenko, c'est d'abord un Trio puis c'est Tomassenko, pur jus et jus pur. Comparer c'est diminuer, c'est restreindre, c'est retirer l'essence, c'est con, le trio Tomassenko est le trio Tomassenko, un point c'est pas de trop.
Mais dire que pendant le spectacle (pas concert, pas théâtre, pas fanfare, pas cabaret, pas one man show, pas performance, pas piqué des vers, pas la der des der, ...), j'ai entendu les fameuses onomatopées borborythmiques, ces évidences non récalcitrantes non-exhaustives et les invitations aux ailleurs.
J'ai pioché entre les lignes leurs néologismes et leurs poétismes à ce trium verra verra pas, oui, le trio Tomassenko.
J'ai regardé le piano rouge qui n'a pas été joué. J'ai attendu des objets entendus, j'ai été sur-prise avec d'autres, dont des choses que je n'ai pas encore comprises.
Et aussi, j'ai bien maté ausculté les corps du trio Tomassenko. Ils sont des jeux de mains, des maladresses volubiles, des volutes subtiles et autres bouches babiles pour outils/ustensiles/moyens. Et leurs instruments, qui jouent avec leurs mains, sont comme les mains des musiciens du trio Tomassenko.
Ah mais ils n'ont pas que des mains, ces gens-là, des mains oui, je vous le dis mais aussi des faciès et des profils, des têtes comédiennes qui servent des histoires en apérodessert.
Ah le trio Tomassenko, c'est une histoire d'histoires qui prend des mots pour des lanternes, des vessies pour des badernes et des récits pour des balivernes.
Enfin, voilà, ça du Trio Tomassenko, je peux dire et faire saliver.

***PUB***
Le trio Tomassenko, c'est aussi un CD qui vient de sortir

Titre: organetta - (factice) - Igloo recodes - 2013

***PUB***

Ce que vous pouvez faire pour vous donner une bonne idée, c'est de démarrer toutes les vidéos de le trio Tomassenko en même temps, de là, commencer à vous dire que ça se passe là, que c'est eux qui sont bons dans ce moment, là, pas vous.

Bref, après Bruxelles, Le Trio Tomassenko visite le Limousin en mars, puis après... ?
Le Boutan? L'Azerbaïdjan? L'Arménie? La Wallonie? Qui sait ce qu'ils savent. Qui sait ce qu'ils y feront. Mais loupez les que si vous êtes morts.

Postulat de cette chronique:

Je crois que chaque enfant libre et chaque enfant con doit écouter le trio Tomassenko.
Je crois que chaque femme libérée ou chaque femme cloîtrée doit cuisiner et baiser en savourant le trio Tomassenko.
Je crois que chaque homme chevalier ou chaque homme cavalier doit reprendre sa vie en mains en appréhendant le trio Tomassenko.
Je crois que les vieux dans les homes ou dans les prisons, que les écclésiastes, les enthousiastes et les Bouriates du nord doivent inviter le trio Tomassenko à venir jouer entre leurs murs.
Ah mais vraiment, le trio Tomassenko change le monde, ad libitum.

Et encore, je suis objective. Imaginez si j'avais été dans l'émotion...

20:32 10/03/2013 | Lien permanent | Tags : muse-hic |  Facebook

Les commentaires sont fermés.