10
déc

Le pire du sexe dans les romans édition 2012 : les meilleurs extraits

 

 

 


Des mains

« Mon sexe baignant dans la joie comme un poisson dans l’eau... » Grâce à ce type d’images, Nancy Huston a décroché le « Bad Sex in Fiction Award » 2012, avec son livre « Infrarouge » (éd. Actes Sud, 2010).

Le prix, décerné mardi par le magazine britannique le Literary Review, récompense « les passages grossiers, mal écrits, souvent superficiels et redondants, de scènes de sexe dans les romans contemporains, et les décourag[e] ». Extraits des huit prétendants au titre de Bad Sex in Fiction.

Lecture d’extraits (en anglais)

(Ces extraits proviennent du Guardian (traduits ci-dessous par l’auteure de l’article) et de Bibliobs.)

1

Nancy Huston, « Infrarouge »

« Mon sexe baignant dans la joie comme un poisson dans l’eau »

 

« C’est là que je prends ma photo. De l’intérieur de l’amant. Le Canon fait partie de mon corps. C’est moi, la pellicule ultrasensible. Capturant l’invisible, capturant la chaleur. [...]

Je ne me fatiguerai jamais de cette fluidité argentée, mon sexe baignant dans la joie comme un poisson dans l’eau. [...]

Ils avaient fait l’amour ce matin avant la sonnerie du réveil et elle avait voulu qu’il vienne sur son visage, c’était si fort le moment où, tenant son sexe dans ses deux mains, elle sentait soudain la semence traverser puis jaillir, crème de jouvence tiède et merveilleuse, elle l’avait étalée sur sa figure, son cou, ses seins, l’avait sentie sécher et se rafraîchir ; en se lavant ce matin elle avait tenu à garder, fine et transparente sous la mâchoire, à la naissance du cou, un peu de cette trace invisible de son amant : masque léger pour la protéger, l’aider à affronter l’épreuve... »

2

Ben Masters, « Noughties »

« Chacun a fouillé le corps de l’autre »

 

« Nous nous sommes levés de la chaise et elle m’a conduit à sa grotte féerique, parmi les oreillers et les draps frais. Chacun a fouillé le corps de l’autre pour chaque centimètre de l’histoire. J’ai fouillé ce que j’avais toujours imaginé et j’ai trouvé encore plus. »

3

Tom Wolfe, « Back to Blood »

« Il lui enfonça son gros membre reproducteur entre les jambes »

 

« Puis les bouts de ses seins se dressèrent tout seuls, et la crue de ses reins lava les morales, le désespoir, et tous ces autres jugements abstraits, dans un nuage de divine Cologne qu’est la sienne.

Et voilà que d’un coup de bassin qui rappelait celui du jockey sur sa selle, il lui enfonça son gros membre reproducteur entre les jambes, et il se mit à la chevaucher, à la chevaucher plus vite, plus fort et elle l’avalait, l’avalait, l’avalait avec ses propres lèvres de la selle – le tout sans un mot. »

4

Paul Mason, « Rare Earth »

« Il passa à des langages des anciennes steppes alors qu’il éjaculait »

 

« Il passa à des langages des anciennes steppes alors qu’il éjaculait, sanglotant et incohérent. Chun-li simula un orgasme, gardant son esprit concentré sur la tristesse des paroles du VIIIe siècle, et son visage restait tel un lac en hiver.

Khünbish s’effondra sous le cou du cheval, où il s’accrochait désormais, comme un triste cavalier de cirque, alors que la cacophonie de la steppe enchaînait doucement dans une sorte de musique ruisseau-filant-plus-chant-d’oiseau qu’ils jouent dans les hôpitaux psychiatriques pour calmer les choses. »

5

Nicola Barker, « The Yips »

« Il connaît son corps maintenant, même fermement gainé et glissant qu’il était »

 

« Il connaît son corps maintenant, même fermement gainé et glissant qu’il était ; une prune mûre, rouge, sa chair jaune pressant contre le doux arc de sa peau fraîche, parfumée. Il comprenait les fondations basiques, avait visité les vergers comme un fringillidé affamé, s’était gorgé de fruit et rejetait les pépins, avait exploré la géographie. »

6

Craig Raine, « The Divine Comedy »

« Et il a joui. Tel un trampoline hurlant. »

 

« Et il a joui. Tel un trampoline hurlant. Sa giclée a dépassé la longueur de son bras. Huit gouttes décroissantes. La première trop haute pour qu’elle puisse la lécher. Juste sur l’épaule. »

7

Nicholas Coleridge, « The Adventures : The Irresistible Rise of Miss Cath Fox »

« Mettez-la de toutes vos forces »

 

« En quelques secondes, le Duc avait baissé son pantalon et son caleçon, et s’était placé en face d’une malle en cuir, arborant les armoiries royales du château de Hohenzollern. “Pas de quartier”, ordonna-t-il. “Mettez-la de toutes vos forces”. Cath fit ce qu’il lui avait été ordonné, chuintant durement la brindille dans le derrière royal. »

8

Sam Mills, « The Quiddity of Will Self »

« Will Notre Bite est Epuisée »

 

« Clic-clac-clic Will Notre Bite est Epuisée hurlant aimant Will est ravi Will est sauvé je l’ai fait j’ai fait je suis l’Elu je suis son Elu oh Will pour toujours je suis tien pour toujours je suis tien pour toujours je suis. »

10:27 10/12/2012 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

Les commentaires sont fermés.