13
jan

T'y es fou...

lis tes ratures, humoeurs

(...)" Au monde il y a les crétins, les imbéciles, les stupides et les fous.
-Il ne va pas rester grand-chose !
-Si, nous deux par exemple. Ou au moins, sans vouloir vous offenser, moi. Mais en somme, quiconque, à y regarder de près, participe de l'une de ces catégories.Chacun de nous de temps à autre est crétin, imbécile, stupide ou fou. Disons que la personne normale est celle qui mêle en une mesure raisonnable toutes ces composantes, ces types idéaux. (...)  J'espère que vous n'avez pas pris ma théorie pour argent comptant. Je ne suis pas en train de mettre l'univers en ordre. Je m'explique sur ce qu'est un fou pour une maison d'édition. La théorie est ad hoc, d'accord ? Alors.
 -Le crétin ne parle même pas, il bave, il est spastique. Il plante son sorbet sur son front, par manque de coordination. Il prend la porte-tambour à contre-sens. 
-Comment fait-il ?
-Lui y arrive. Raison pourquoi il est crétin. Laissons-le à son sort.
-Laissons-le.
-Etre imbécile est plus complexe. C'est un comportement social. L'imbécile est celui qui parle toujours hors de son verre. (...) Lui il veut parler de ce qu'il y a dans son verre, mais sans savoir ni comment ni pourquoi, il parle en dehors.  Si vous voulez, en termes communs, c'est celui qui fait des gaffes, qui demande des nouvelles de sa charmante épouse au type que sa femme vient de larguer. Je rends l'idée ?
- Vous la rendez. J'en connais.
- L'imbécile est fort demandé, surtout dans les occasions mondaines. Il met tout le monde dans l'embarras, mais ensuite il offre matière à commentaires. Dans sa forme positive, il devient diplomate. Il parle hors de son verre quand ce sont les autres qui ont fait une gaffe, il fait dévier le propos. Mais il ne nous intéresse pas, il n'est jamais créatif, c'est du rapporté. L'imbécile ne dit pas que le chat aboie, il parle du chat quand les autres parlent du chien. Il se mêle les pinceaux dans les règles de la conversation, et quand il se les mêle bien il est sublime. (...)
-Et le stupide ?
-Ah. Le stupide ne se trompe pas dans son comportement. Il se trompe dans son raisonnement. C'est celui qui dit que tous les chiens sont des animaux domestiques et que tous les chiens aboient, mais que tous les chats sont aussi des animaux domestiques et donc qu'ils aboient. Ou encore, que tous les Athéniens sont mortels, tous les habitants du Pirée sont mortels, donc que tous les habitants du Pirée sont Athéniens.
-Ce qui est vrai. 
- Oui, mais par hasard. Le stupide peut même dire une chose juste, mais pour des raisons erronées. (...) Le stupide est plus insidieux. L'imbécile, on le reconnaît tout de suite (sans parler du crétin), tandis que le stupide raisonne presque comme vous et moi, sauf un écart infinitésimal. C'est un maître ès paralogismes. (...) On publie beaucoup de livres de stupides, parce que, de prime abord, ils nous convainquent. Le lecteur d'une maison d'édition n'est pas tenu de reconnaître le stupide. L'Académie des Sciences ne le fait pas, pourquoi l'édition devrait-elle le faire ? (...)
- Nous ne sommes pas encore arrivés aux fous. 
-J'y viens. Le fou, on le reconnaît tout de suite. C'est un stupide qui ne connaît pas les trucs.Le stupide, sa thèse il cherche à la démontrer, il a une logique biscornue mais il en a une. Le fou par contre ne se soucie pas d'avoir une logique, il procède par court-circuits. Tout pour lui démontre tout. Le fou a une idée fixe, et tout ce qu'il trouve lui va pour la confirmer.Le fou, on le reconnaît à la liberté qu'il prend par rapport au devoir de preuve, à sa disponibilité à trouver des illuminations. Et ça va vous paraître bizarre, mais le fou, tôt ou tard, met les Templiers sur le tapis.
-Toujours ?
-Il y a aussi les fous sans Templiers, mais les fous à Templiers sont les plus insidieux. Au début vous ne les reconnaissez pas, ils ont l'air de parler normalement, et puis tout à coup..."

Umberto Eco.  Le Pendule de Foucault.

(Merci M.)

15:15 13/01/2012 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures, humoeurs |  Facebook

Les commentaires sont fermés.