7
nov

la Marina

Je te raconterai- la grande duperie :
Je te raconterai le brouillard, quand il tombe
Sur les jeunes arbres et sur les vieilles souches.
Je te raconterai les lumières qui s’éteignent
Dans les petites maisons –et le tzigane- étranger
Venu des lointains égyptiens-qui souffle dans son roseau ;
Je te raconterai-le grand mensonge :
Je te raconterai le couteau, serré entre des doigts
Étroits, -les boucles des jeunes et la barbe des vieux,
Soulevées par le vent des siècles.
Et la rumeur du siècle.
Et les bruits des fers, sous les sabots.

Marina Tsvétaïeva, Comment ça va la vie ? Marina Tsvétaïeva/Linda Lê, Jean-Michel Place /Poésie, 2002, pp47/48

 

et l'Anne.

23:51 07/11/2011 | Lien permanent |  Facebook

Les commentaires sont fermés.