21
jui

demain, à l'aube,

j'irais prendre Pa. & Ph. chez elles, nous aurons quelques Tupperware, une ou deux tentes de camping, des livres (découvrir Barrico & Khadra) et des herbes aromatiques, des pâtes de fruits bio (chères) et des noisettes turques (cheap) et puis des chaussettes, des pantalons confortables et un ou deux Tee-Shirts larges parce que nous allons danser. Nous y allons en voiture, avec DM, Yma Sumac, The Ex., Von Magnet, Bourvil, Billie Holiday et Michael Jackson.
Danser un peu de geste, de mouvement et de position. Danser un peu d'immanence ou d'impermanence. Danser un peu en pensant aux arbres et au bitume. Danser comme des animaux ou des bourgeois. Nous danserons. Je tenterai de danser. Mon corps a subi quelques contusions (chutes, coups involontaires, fatigue, et autres yoyos de la vie) alors c'est presque une revanche sur les mois passés et à venir, un entretien avec moi, une prise de position pour être sûre que je peux encore bouger. Oui, c'est ça, retirer l'aphasie similaire à l'oedème de mon mollet, lui faire sa fête, et dégager l'apathie qui s'est greffée à la première. parasitoses, je vous guette.

Je serai donc en Dordogne, chez Ma. que j'aime comme une siamoise détachée à la naissance.

Je vais rencontrer Claude Magne car c'est lui qui va nous faire bouger. Je voudrais (re-)devenir idiote, simple, humble et possible.

à bientôt.

Peau_d_Ane_11.jpg


dans mon prochain épisode, je vous raconterai comment Eric-Emmanuel Schmidt viendra prendre le thé chez moi le 23 août (et ceci n'est même pas une blague conne d'égo).

23:36 21/07/2011 | Lien permanent | Tags : humoeurs, healfff |  Facebook

encore, c'est que le début, d'accord, d'accord.

"Qui se tient dans l'instant, fait face dans les deux sens opposés : pour lui le passé et l'avenir courent l'un contre l'autre. Qui se tient dans l'instant, laisse se produire en lui-même le choc de cette rencontre du passé et de l'avenir et tout de même n'arrête point leur course, alors qu'il déploie et endure le conflit de ce qui lui est imposé et donné en partage. Discerner l'instant signifie : s'y maintenir."

Martin Heidegger, Nietzsche, T1

 

the-crucifixion-detail-Matthias_Grunewald.jpg

23:13 21/07/2011 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

Un texte martyr(e) dans un(e) Syncope

Un texte en désordre sera publié dans la prochaine édition de la revue ART Syncope. issue de Crimen Amoris

Ont participé ces gens là:

Michel CegarraFlorence DarpierLaurent BouckenoogheManuel DaullJean FabienGaspard GarciaMaël GuesdonCendres LavyMarc DubordG.M.Renaud LouchartRenaud GayteMathieu LefebvreRaphaël DesquilbetAnne LetoréEric MonbelAgathe DananaïJacques CaudaYves GobartPatrick VaretzFabien GranetRaphaël NealChristophe EsnaultAlexandre LejeuneGeoffroy BogaertMilady RenoirAurian Guerard Des LauriersLauren GlaçonLouis-Charles FumeryMartin BarbierBuck BottleneckStéphane ZoulianiJean-Michel AgrainLaurent Jaffier - Nicolas Deprez -Pierre Lippens - Gabrielle LissotMarie DecarninLaurie PotironBulle DesquiensQuentin BouriezLe café L'ÉcartLa librairie L'Harmattan

La galerie Une poussière dans l'œil

Le numéro zéro y est, là.
net40.jpg

 

 

 

22:52 21/07/2011 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

Merci monplaisir...(au hasard des cliques)

"La victoire sur le mal n'en est pas l'élimination, mais la reconnaissance de sa nécessité. Tant que le mal n'est que rejeté par dégoût, tant que le mépris ne se détermine que par le dégoût, le fait de mépriser dépend encore de ce qui est méprisable ; là seulement où le mépris jaillit de l'amour voué à la tâche, à la mission, et de la sorte se convertit en un "passer outre", là même naît le grand calme, là se déploie l'ambiance autour de celui qui est aussi devenu lui-même."

 

Martin Heidegger, Nietzsche T1.

singes3.JPG


22:42 21/07/2011 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

15
jui

Latent - Invado

INVADO Teuk Henri.jpg

Là.

Teuk Henri latent.jpg

13:52 15/07/2011 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

Puissance des mots...

http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre.asp?n_liv_cerf=7615

 

La Puissance des mots - « Virtus verborum » Agrandir l'image La Puissance des mots - « Virtus verborum »
Débats doctrinaux sur le pouvoir des incantations au Moyen Âge

13:04 15/07/2011 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

11
jui

ABC...

http://www.ufunk.net/artistes/eco-arte-alphabet-et-mur%C3%A8nes-par-george-chichinadze/

 

Alphabet-and-Eels-02 R.jpgAlphabet-and-Eels-11 M.jpg

12:22 11/07/2011 | Lien permanent | Tags : ego trip-e |  Facebook

De quoi veux-tu vivre?

d'amours? et de...?

http://www.youtube.com/watch?v=NDjUnrUIIZk&sns=em

Mattotti acqua_1_n.jpg

 

(illustration de Mattotti)

11:59 11/07/2011 | Lien permanent | Tags : place net |  Facebook

Crimen amoris


  • Paul Verlaine (1844-1896)

Crimen amoris

(A Villiers de l'Isle-Adam)

Dans un palais, soie et or, dans Ecbatane,
De beaux démons, des satans adolescents,
Au son d'une musique mahométane,
Font litière aux Sept Péchés de leurs cinq sens.

C'est la fête aux Sept Péchés : ô qu'elle est belle !
Tous les désirs rayonnaient en feux brutaux ;
Les Appétits, pages prompts que l'on harcèle,
Promenaient des vins roses dans des cristaux.

Des danses sur des rhythmes d'épithalames
Bien doucement se pâmaient en longs sanglots
Et de beaux choeurs de voix d'hommes et de femmes
Se déroulaient, palpitaient comme des flots.
i_am_half-sick_of_shadows,_said_the_lady_of_shalott-Sidney Harold Meteyard.jpg

Et la bonté qui s'en allait de ces choses
Était puissante et charmante tellement
Que la campagne autour se fleurit de roses
Et que la nuit paraissait en diamant.

Or, le plus beau d'entre tous ces mauvais anges
Avait seize ans sous sa couronne de fleurs.
Les bras croisés sur les colliers et les franges,
Il rêve, l'oeil plein de flammes et de pleurs.

En vain la fête autour se faisait plus folle,
En vain les Satans, ses frères et ses soeurs,
Pour l'arracher au souci qui le désole,
L'encourageaient d'appels de bras caresseurs :

Il résistait à toutes câlineries,
Et le chagrin mettait un papillon noir
A son cher front tout brûlant d'orfèvreries.
Ô l'immortel et terrible désespoir !

Il leur disait : " Ô vous, laissez-moi tranquille ! "
Puis, les ayant baisés tous bien tendrement,
Il s'évada d'avec eux d'un geste agile,
Leur laissant aux mains des pans de vêtement.

Le voyez-vous sur la tour la plus céleste
Du haut palais avec une torche au poing ?
Il la brandit comme un héros fait d'un ceste,
D'en bas on croit que c'est une aube qui point.

Qu'est-ce qu'il dit de sa voix profonde et tendre
Qui se marie au claquement clair du feu
Et que la lune est extatique d'entendre ?
"Oh ! je serai celui-là qui créera Dieu !

" Nous avons tous trop souffert, anges et hommes,
De ce conflit entre le Pire et le Mieux.
Humilions, misérables que nous sommes,
Tous nos élans dans le plus simple des voeux.

"Ô vous tous, ô nous tous, ô les pécheurs tristes,
Ô les gais Saints, pourquoi ce schisme têtu ?
Que n'avons-nous fait, en habiles artistes,
De nos travaux la seule et même vertu ?

"Assez et trop de ces luttes trop égales !
Il va falloir qu'enfin se rejoignent les
Sept Péchés aux Trois Vertus Théologales !
Assez et trop de ces combats durs et laids !

"Et pour réponse à Jésus qui crut bien faire
En maintenant l'équilibre de ce duel,
Par moi l'enfer dont c'est ici le repaire
Se sacrifie à l'amour universel !"

La torche tombe de sa main éployée,
Et l'incendie alors hurla s'élevant,
Querelle énorme d'aigles rouges noyée
Au remous noir de la fumée et du vent.

L'or fond et coule à flots et le marbre éclate ;
C'est un brasier tout splendeur et tout ardeur ;
La soie en courts frissons comme de l'ouate
Vole à flocons tout ardeur et tout splendeur.

Et les Satans mourants chantaient dans les flammes,
Ayant compris, comme s'ils étaient résignés.
Et de beaux choeurs de voix d'hommes et de femmes
Montaient parmi l'ouragan des bruits ignés.

Et lui, les bras croisés d'une sorte fière,
Les yeux au ciel où le feu monte en léchant,
Il dit tout bas une espèce de prière,
Qui va mourir dans l'allégresse du chant.

Il dit tout bas une espèce de prière,
Les yeux au ciel où le feu monte en léchant...
Quand retentit un affreux coup de tonnerre,
Et c'est la fin de l'allégresse et du chant.

On n'avait pas agréé le sacrifice :
Quelqu'un de fort et de juste assurément
Sans peine avait su démêler la malice
Et l'artifice en un orgueil qui se ment.

Et du palais aux cent tours aucun vestige,
Rien ne resta dans ce désastre inouï,
Afin que par le plus effrayant prodige
Ceci ne fût qu'un vain rêve évanoui...

Et c'est la nuit, la nuit bleue aux mille étoiles ;
Une campagne évangélique s'étend,
Sévère et douce, et, vagues comme des voiles,
Les branches d'arbre ont l'air d'ailes s'agitant.

De froids ruisseaux courent sur un lit de pierre ;
Les doux hiboux nagent vaguement dans l'air
Tout embaumé de mystère et de prière :
Parfois un flot qui saute lance un éclair.

La forme molle au loin monte des collines
Comme un amour encore mal défini,
Et le brouillard qui s'essore des ravines
Semble un effort vers quelque but réuni.

Et tout cela comme un coeur et comme une âme,
Et comme un verbe, et d'un amour virginal
Adore, s'ouvre en une extase et réclame
Le Dieu clément qui nous gardera du mal.

 

(illustration: i_am_half-sick_of_shadows,_said_the_lady_of_shalott-
Sidney Harold Meteyard)

11:53 11/07/2011 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

J'habite pas loin de la gare du Nord mais j'écris gare du Midi.

BELA, Bibliothèque en Ligne des Auteurs (SCAM/SACD), et ONLiT asbl, plateforme d'édition en ligne, s'associent pour proposer, tout l'été durant, 9 textes inédits autour du thème "BRUXELLES MIDI".

Une gare ? En été ? Un meurtre ? À midi ? Un départ en vacances ? Une chaleur suffocante ? Un train en retard ? Où l’ennui guette ? Une arrivée ? Un dernier verre au bar des habitudes ? Le compte à rebours a-t-il commencé ?

Tout est possible cet été, chaque mercredi du 6 juillet au 31 août, sur http://www.bela.be et http://www.onlit.org !

Carte blanche sera donc donnée à 9 auteurs belges de talent : Daniel Adam, Véronique Bergen, Frédéric Bourgeois, Patrick Delperdange, Caroline De Mulder, Christophe Ghislain, Edgar Kosma, Milady Renoir et Régine Vandamme.

Les textes seront publiés simultanément sur les sites BELA et ONLiT pour la plus grande diffusion des auteurs et la plus grande joie des lecteurs.

ONLiT : http://www.onlit.org

BELA : http://www.bela.be

 

 

Mon texte sera publié cet été, vers le 27 juillet, je crois.

10:28 11/07/2011 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook