6
jui

Pour la peau (extrait)

 

cuculisation fritzthecat216.jpg(...) bientôt le corps dira je suis perdu, bientôt,

en fait, en effet, il aura perdu la guerre et le temps de la faire,

sans superbe, ce corps et son état, son écrin,
sa peau, ses pores, tous en périphérie de lui, instruments circonflexes, pliés sous le poids de cette pénétration infinitésimale,

après, après après, ah non, on avait dit plus d’après,

imaginons, tout s’inverserait,

le soi passerait inaperçu,

éviction complète du sel, du sang à travers ce petit pore, corps de ruines, corps de l’ennui retrouvé,

les membres sans vie, indigents,

des organes sans écrits, des veines sans mots,

l’encre rouge viendrait à manquer,

le soi-moi-sur-soi-sous-moi éjecté,

tout serait sorti par ce pore,

un pore trop pénétré, trahi, tout sortirait en désordre tout devrait sortir, tout est désordre,

un pore parmi les autres ne suffirait plus,

la peau craquellerait, sous le coup du prurit,

le corps lieu dégorgerait d’une rage primale,

le corps dieu se viderait de celui qui était là avant,

ce serait le corps sans peau avant l’esprit,

avant l’intention,

et si l’on ne croit qu’au sang, on survivrait ?

ne croyons qu’au sang,

ne faisons corps qu’avec le sang,

parce que la peau est une conne,

parce que la peau est une conne ??

parce que la peau est une conne !

sinon, après,

il faudrait,

il faudrait,

il faudrait,

caresser la peau comme la neige, au début,

certains ne savent pas qu’il y a du sang dessous la peau, ne savent pas que les os sont blancs,

en rire, rire du vide, ride de la chute, rire du sang, rire du soi, rire de rire, de rire, rire comme un dadais, être sans la peau, sans sang, faire semblant

choisir le rêve, n’être que quelques os branchés sur le secteur, rire machinalement, rire mécaniquement, systématiquement, rire à en perdre la bouche, rire à en perdre le temps et sa notion,

rire de rien, rire de tout,

que le sang n’ait plus de sens,

placer sa bouche rieuse juste au dessus d’un pore, pénétrer ce pore,

rire là,

être pour la peau, faire rire la peau, grassement,

être là pour elle. Cette vieille peau.

 

© Milady Renoir – mai 2011 – revisite du texte du Marathon pour le Salon Gamberra.

 

20:34 06/06/2011 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

Les commentaires sont fermés.