18
nov

et je découvre, là, entre mes tempes...

http://www.zolajesus.com/

20:33 18/11/2010 | Lien permanent |  Facebook

Jean-Jacques Rousseau en 78 lettres – Un parcours intellectuel et humain le jeudi 2 décembre à 19h00 au Cercle des Voyageurs

« 78 lettres où les sentiments profonds de l’homme excellent sur l’éloquence de l’écrivain. Remarquable ! »

Anne-Marie Mitchell, La Marseillaise, 07.11.10

 

Raymond Trousson présentera le recueil de lettres Jean-Jacques Rousseau en 78 lettres – Un parcours intellectuel et humain le jeudi 2 décembre à 19h00 au Cercle des Voyageurs à Bruxelles

 

L’universitaire spécialiste du siècle des Lumières et préfacier du recueil de lettres de Jean-Jacques Rousseau partagera son intérêt et ses connaissances sur le philosophe. Il expliquera aussi de quelle manière il a sélectionné et organisé le recueil de lettres.

 

Raymond Trousson, professeur émérite de l'Université Libre de Bruxelles et membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, est l'auteur de nombreux ouvrages consacrés à l'histoire littéraire et à l'histoire des idées au XVIIIe siècle, et particulièrement à l'œuvre de J.-J. Rousseau.

 

Le Cercle des Voyageurs

Rue des Grands Carmes, 18

1000 Bruxelles

Tél. : (32) 2/514.39.49 / http://www.lecercledesvoyageurs.com info@lecercledesvoyageurs.com

20:31 18/11/2010 | Lien permanent |  Facebook

Le mythe de la grotte... virtuelle

creusons... http://www.lascaux.culture.fr/#/fr/02_00.xml

Visita Interiora Terrae Rectificandoque Invenies Occultum Lapidem.

20:29 18/11/2010 | Lien permanent |  Facebook

Expo de vies palestiniennes, des bulles vues par un oeil engagé

Maria a été une participante d'atelier d'écriture, une voisine, elle est aussi une photographe et une femme engagée.

L'expo photo qu'elle a préparée avec Marco Perolini. ce sera à MicroMarché, une chouette place publique et ouverte...

son message ici:

hello all,
the expo of our little photo project in Palestine (Bubbles of Beings) will be from 9-20 Dec at Micro Marche, near St Catherine, Brussels. Flyer is attached....
if you happen to be around Brussels, you're interested in the middle east, photography, identity and politics...you might find it interesting...or not...
anyway, feel free to pass around!
cheers,
maria
www.bubblesofbeings.net
http://mlyuste.weebly.com

bubbles_black_web.jpgclic on pic

 

 

20:26 18/11/2010 | Lien permanent |  Facebook

pendant qu'on est là, à la Place Forte (Paris), il y a...

19:33 18/11/2010 | Lien permanent |  Facebook

16
nov

Expo « tu ne vois pas, alors regarde… » de Véronique Vercheval


Voir sans être vu. Un vieux rêve. Être au milieu de yeux noirs, de cannes blanches, de chiens jaunes, de nappes bleues. Couleurs, formes, voix au pays des paupières creuses. Ici, c’est l’expo photo « tu ne vois pas, alors regarde… », regarde un peu [1]. Véronique boit du vin rouge. Je sais qu’il y a du thon dans le sandwich mou plutôt que du mou de chaton. Je peux éviter de marcher sur la queue de quelqu’un.

J’ai de la chance.

Là. Devant nos yeux, des drames dédramatisés ? Pas vraiment.

Une scénographie sobre, oui, aucun pointillés en relief jusqu’aux murs, comme ceux dans le métro pour éviter de s’envoyer en rail. Le parcours n’est pas fléché. Demmerde toi si t’as pas d’yeux.  Allez, c’est quand même pas drôle d’être aveugle, surtout quand on n’a pas le chien qui va avec. Remarque, j'ai appris que statistiquement, les Golden retrievers sont les chiens qui mordent le plus (parce que c'est le chien que tout le monde a, normal... je veux dire, statistiquement). 

La dame à la rétinite pigmentaire s’appelle Eliane Wouters, elle pose devant son portrait. 

-         Dis-moi où je dois regarder !

Elle lance en l’air.

-         Où tu veux !

Répond l’autre œil, celui qui clique, son élastique vocal dans l’espace. Au-delà d’un réel connu. Dialogue de sourds.

 

Moi, j’ai les questions qu’on se pose. J’ai d’la chance. J’écris, je lis, je mate, je reluque, je zyeute, je voyeuse, je vole un regard, je dissimule, je plisse les paupières, je cligne, je fais la biche, le bisou d’papillons, j’ouvre grand… eux ? 

-         Vous êtes voyante?

-         Oui, moi, je suis voyante. 

 

Mais pas médium hein. Je réponds à Célestin Makeu, l’aveugle écrivain noir qui dit qu’il est dans le noir total. On papote. Je fixe ses lunettes noires des années 80, je tente de mesurer un regard, une réponse en plus du sourire et de ses poils de nez qui frémissent quand il cause ce nez en l’air. Il ne sait pas que je mate ses poils de nez instamment. Si le Vivre Ensemble est un but ultime, inabordé, que faire d’un Ecrire Ensemble. Voilà, je suis animatrice d’ateliers d’écriture pour super-voyants et j’aimerais réfléchir à un atelier d’écriture mixe.

Je cherche une piste illustrant l’envie. Ecrire dans le noir, les yeux bandés, avec une presse en braille, dans le sable blanc ? Célestin a ma carte de visite, j’ai son numéro de portable. Il ajoute quand on cause projets en coure qu'ill a dit à la dame du CPAS le mois dernier :

 

-         Vous ne me reverrez plus !

 

Il n’est pas ici pour chômer. Chômeur et aveugle et noir, c’est pas de cul.

Allez, je me rattrape de ma boutade made in Coluche ringard avec une phrase sympathique ?

Au royaume des borgnes, les aveugles sont rois. 

Tu vois ?

Allez, je le dis. L’émergence d’un atelier aussi fortement, aussi précipitamment arrive souvent. Là, j’aborde une crainte intense, profonde, ancrée face au manque, à l’handicap.

 

Elevée par une-qui-marche-plus-ni-ne-respire-plus-seule, entourée d’un-qui-n’a-plus-toute-sa-tête-sauf-le-jour-du-seigneur, aimée souvent d’un-qui-ne-va-pas-mieux-un-jour-sur-deux, adoptée par une-qui-a-perdu-un-sein-mais-qui-le-vaut-bien, je dois être celle avec les maux « normaux », les maux "allô maman bobos"; une séance psy, un massage aux pierres chaudes, un gommage à l'huile d'argan, un chocolat 89% et hop, ça repart.Je me dis ça, comme ça. Ah si, juste une malformation génétique aux yeux, justement, mon épicanthus à tendance télécanthus, j’en suis si fière que j’en ai remercié mes parents dans une lettre, surtout que mon fils en a hérité. C’est mon défaut qui trompe les apparences. On me croit Eurasienne quand je suis Bourguignonne à tendance Banlieusarde. 

J’ai x fois rêvé de perdre quelque chose, quelqu’un, la face. Ai-je déjà rêvé que je perdais la vue ? Comment deviennent les rêves quand les images s’emmêlent ? Se brouillent ? Les aveugles perdent la face de l’autre ? Du monde ? C’est être ivre sans lumière ? Saoul sans répit. Sophie Calle a demandé ce qu'était le bleu à un aveugle de naissance. Il a répondu, lui.

 

Et ceux qui sont là… d’où leur vient cette forme de compensation ? De vie revisitée ? Emilio Messina, obturé du nerf optique s’est ‘récupéré’ quand il a perdu le 2ème œil, comme si la certitude du manque, de l’absence ne pouvait que créer le remplissage, l’invasion salvatrice (même si j’imagine là un manque de choix, presque, une évidence pleine, sûrement). Quand on a plus rien, on descend pas plus rien.

 

Je reviens à mes yeux. L’empathie ou la trouille ou la curiosité ou l’incompréhension ou la naïveté ou le désir, tous là, à la sortie de ce centre de la jeunesse, digne des outrages urbains de Ceauşescu. Un lieu perdu en plein Bruxelles. Personne n’a jamais vu cet immeuble, une dizaine de personnes cherchait l’endroit quand je suis arrivée.

 

Je suis au Monk, j’écris dans les rabats du livre de l’expo (15€). Tout le monde fume dans ce bar. Je vois le brouillard persistant, son possible, une brume sur la rétine, son possible, un filtre dans l’iris, son possible. Si je perdais ma vue me resterait-il ma vision ? Apprendrais-je à danser le long d’une barre de pompiers? Serais-je ‘enfin’ tactile avec mon fils avec toute sa peau qui pousse et avec ses yeux bleu gemme ? Pourrais-je reconnaître l’empreinte d’un chevreuil juste en plaçant mes doigts dans la boue ? Y a t’il un Braille des horizons ? Une loupe des paysages ? Le shakra du front peut-il s’ouvrir à répétition ?

Ok, je ferme les yeux quelques secondes. Je joue à l’aveugle.

Seulement, je me souviens que mon sac est ouvert. Et si on me pique mon portefeuille. Et si on me verse du Rohypnol dans mon Bailey’s on ice ?

Si je perdais les yeux, je courrais vers la méfiance ? La perméabilité ? L’idée d’un monde extensible ? D’un moi malléable ?

Tout est ouvert.


S’offrir un costume d’aveugle pour Noël mais récupérer ses visions sans dommage au nouvel an. Une obturation d’emprunt.

Comment ça fait ? Comment ça se fait ? Comment fait-on quand on …

La page blanche est couverte, reste la place pour une phrase. Faudrait qu’elle soit dramatique, théâtrale, pimpante, presque étincelante (on approche Noël et ses guirlandes).

Une morale ?

Du genre, y aurait bien dans le monde plus d’aveugles que de non-voyants.

Ouais, pas mal.

 

 

[1] Copyright P. Bruel

 

 

kimberley par véronique v.jpg

Expo: Tu ne vois pas, alors regarde...

30 Portraits de personnes non ou malvoyantes.
Salle de la Jeunesse, Place Sainte-Catherine à Bruxelles
www.v
eroniquevercheval.net
http://veroniquevercheval.blogspot.com/2010/11/tu-ne-vois-pas-alors-regarde.html

20:52 16/11/2010 | Lien permanent | Tags : arts, humoeurs |  Facebook

4
nov

Résumé de la XXIXème soirée filles avec un cerveau (chacune) chez Suzy un soir d’octobre.

Prochaine soirée filles, la 30ème – lieu à définir, date à convenir… mi-décembre, apparemment.

Tout ce est rougi se lit (clic)

Sandrine Kiki

BOOK: “courir avec des ciseaux” de Augusten Burroughs

 Sandra M.

MUSIK : Jazz manouche – Tchavolo Schmitt

 Suzy C.

SONG : maman a capella flamenco voix douce et rocher

 Camille S.

DANSE à venir, de pays d’ailleurs… une autre fois, bientôt.

 Christel V.

SMELL LIKE TIN SPIRIT : Diffuseur d’huiles essentielles pour des volutes, vapeurs sempiternelles, adoucissantes.

 Marjolin R.

TEEN BOX : boîte à futurs souvenirs de souhaits intérieurs depuis enterrée dans un parc proche, entre l’urine, la mousse et les racines.

 Patricia  M.

MEN AT WORK : Un plan d’enfer, un plan drague pour ceux et celles qui osent enfin.
Ode à Sébastien Night – Ex. : Comment créer une connexion avec une femme

Evelyne S.

EROS : « les carnets d’Alexandra » de Dominique Simon - J’étais démasquée. Alors, comme si c’était une chose entendue entre nous, je demandai : « Quand avez-vous compris que j’avais du goût pour mon genre ? A votre façon de détailler les clientes. Vous regardiez leurs fesses comme le font les hommes… Et, croyez-moi, je m’y connais. »

 Marion  C.

RINGS OF FIRE: des colliers, des sautoirs, des mallas, des runes, des ramilles, des ramifications, des perles de pluie venues d’un pays (chaux) où il ne pl… extases du fil et de ses obstacles.

 Christine Z.

GODe : baguette magique entre Bretagne et Belgique. Un morceau fétiche chargé d’embruns et de vœux.

 Sandrine Elea E.

VIEUX DOSSIERS : classeur amoureux, années 80, jours heureux, correspondances sans frontière linguistique.

SALADE : Litchi-ez moi oui mais pas tout de suite, pas trop vite.

 Octavie P.

DESS(e)INs : « la petite femme » de Maya Mihindou

 Caroline D.

CAROLO : Mochélan et sa ville

 Marie-Andrée D.

CONTE : cornet à pistons, Lucie, Roberte, avions, Marthe, Marguerite, trouble, mensonges, virages, maisons, fantasque, Ghislaine, paroles, paroles, paroles, toujours des mots, rien que des mots…

 Paloma G.

K7 : musiques d’un monde qui en comprend mille (Exotica, New Wave, jukebox, jazz tropical, taperecorder… clic)

 Anne Skoliad F.

BODY & SOUL : un MUAC usagé, d’Afrique, d’un autre monde ? Lisons bien, mieux ce qui nous entoure. Lire les 8 objectifs de l’Organisation Mondiale de la Santé. - éliminer l'extrême pauvreté et la faim, Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle, Combattre le VIH / sida, le paludisme et autres maladies, Assurer un environnement durable, Mettre en place un partenariat mondial pour le développement. Y a du pain sur la planche mais pas du pain pour tout le monde.

 Brigitte A.

Sounds of silence but look of love.

 Milady R.

VIOLENT FEMMES: où cachons-nous notre violence primale? Où vont les cris ? de quels médias subterfuges usons-nous pour survivre ? quels jurons ne prononçons-nous qu’avec le bout des dents ? quand mordons-nous ? quelles Diane sommes-nous ? Sommes-nous des Athéna ? quand disons-nous FUCK ? … Tour de table et tours d’ivoire.

birds dogs.jpg

 Et y avait aussi, des trucs au fromage, des trucs verts, des trucs roses, des cerises, des pêches, du pain gris, du vin de vierge, du Montbazillac, des pralines, des douceurs et des tendresses… autour et sur la table.

 

barbie Vs Ken.jpg

Et puis?

N’aviez qu’à en être. (ici smiley en encre invisible)
Prochaine mi décembre. Si vous êtes une femme et que vous voulez y participer, écrivez à miladyrenoir@yahoo.co.uk 

15:17 04/11/2010 | Lien permanent |  Facebook

états du lieu

Ma comparaison.

Ma litote.

Ma métaphore.

 

Extérieures, sensibles, latentes, en devenir aussi.

merci de votre patience, Milady et son double espèrent être de retour sur nos petits écrans avant le prochain débourrement.

23-25 août 2010 107 small.JPG

 

(ce vert n'est qu'une image, à peine un portrait).

12:51 04/11/2010 | Lien permanent |  Facebook

3
nov

Syndicat Potentiel... activités du coeur du monde.

carton-kufatena-image.jpg
Jusqu'au au 06 nov 2010 : KUFA TENA ! RENACIMIENTO ! BORN AGAIN ! RENAISSANCE ! 艺复兴 ! - Jack Ringele (Derniers jours)  
En swahili, KUFA TENA signifie littéralement «Né à nouveau» et dans le langage courant «recyclé». L’exposition présente une série de photographies ayant pour sujet la dérive planétaire des déchets et leurs appropriations locales, ainsi qu’une installation participative*. 
KUFA  TENA est aussi le nom d’une coopérative du village de Bwejuu sur l’île de Zanzibar, où les femmes de pêcheurs recyclent les sachets plastiques collectés par les écoliers.
festnef.jpg
le 7 nov 2010 : FEST’NEF 2010, journée découverte de la finance éthique - La NEF, Cie Artotusi, Delphine Schmoderer, Jim Petit, Jack Ringele & Kufa Tena 
Les sociétaires alsaciens de la Nef sont heureux de vous convier à une journée découverte de la finance éthique. 
Dimanche 7 novembre dès 14 h 30, participez à une conférence-débat sur le thème «Vers la création de Banca Etica Europa : un pas dans l’international, deux pas dans le local». Surprises artistico-ludiques de la Compagnie Artotusi et exposition de peinture et de collage vous seront proposées dans l’après-midi sur des airs de musique du monde pour fêter tous ensemble l’Économie Sociale et Solidaire. Venez nombreux !
pochette.jpg
du 10 au 28 nov 2010 : Lud(d)isme - Philippe Felix-Geoffray 
Philippe Felix-Geoffray expose deux œuvres de la série modèles dérivés. Des peintures, dessins et broderies conçues comme prototypes hors d'échelle en vue de la fabrication, en petite série, d'objets manufacturés (écusson brodé et disque vinyle). Le dispositif est complété par l'exposition de ces objets au statut équivoque à la fois modèle et produit dérivé, inspiration et copie mécanique de l'œuvre.
Exposition du 10 au 28 novembre 2010, de 15h à 19h, sauf les dim. et lundi - Entrée libre 
Vernissage le mercredi 10 novembre 2010 à partir de 18h , avec concert de The John Merricks
Ouverture les 27 et 28 nov. de 10h30 à 19h - Finissage le samedi 27 nov. à 16h - Ouvert le 11 novembre
+d'informations :
Capture-d-ecran-2010-11-02-a-23-45-29.jpg
du 2 au 12 déc 2010 : ÉTABLISSEMENT NÉO-LIBÉRÉ / Kinshasa 2010 - Collectif EZAOKUP
A Kinshasa, les petits commerces portent le nom d’Établissement. Ce pousse-pousse métamorphosé est notre «marché», tel que nous le qualifions par rapport aux analogies et aux contraires que nous cherchons entre l’art et le néolibéralisme. Il permet de déplacer notre établissement artistique à but non lucratif dans les rues du quartier. On sort de son antre la matière à faire parler, échanger, autrement dit notre fond de commerce artistique.
Exposition du 2 au 12 décembre 2010, tous les jours de 15h à 19h - Entrée libre 
Vernissage le jeudi 2 décembre 2010 à partir de 18h 
+d'informations :
Au Syndicat Potentiel
13 rue des couples, Strasbourg - Tél. 03 88 37 08 72 
Accès : Tram A et D, Porte de l’hôpital - Ligne 10, Arrêt Corbeau
Avec le Soutien de la Ville de Strasbourg, du Ministère de la Culture - DRAC Alsace et du Conseil Général du Bas-Rhin

16:56 03/11/2010 | Lien permanent |  Facebook