27
jui

Fils Rouges à Excellence

Une performance rouge et noire a eu lieu le soir du finissage de l'expo de mon oeil (laquelle n'est toujours pas décrochée car personne n'en a le coeur, ni le corps... donc elle est encore visible à la vidéothèque Excellence même si 4 photos en ont été décrochées pour vente amicale et douce).

Ici, donc, quelques photos pour les laissés sans image devant cette performance (les photos sont sur Facebook).

fils rouges veines @ excellence XI.jpg

fils rouges veines @ excellence III.jpg

fils rouges veines @ excellence II.jpg

 

 

 

 

J'avais 39° de fièvre avec une angine carabinée, finalement, l'état de danse n'en a été que mieux accompli. (suées comprises).

 

fils rouges veines @ excellence VIII.jpgfils rouges veines @ excellence IX.jpgfils rouges veines @ excellence IV.jpgfils rouges veines @ excellence X.jpgfils rouges veines @ excellence I.jpg

fils rouges veines @ excellence V.jpgfils rouges veines @ excellence VI.jpg

Je me sens de plus en plus incarnée dans ces lectures organiques, je reste dans l'improvisation, dans une forme de visualisation par le corps instant et suis délibérément dans l'exubérance pour former un cercle autur de mes introversions. Et je sens l'évolution vers une forme d'art que je n'avais jamais aperçue avec les mots et les papiers. Je suis contente, en somme.

16:27 27/07/2010 | Lien permanent |  Facebook

Presque judéo-chrétienne

Vulgate (Latin): Psalms Chapter 37

1 Psalmus David, in rememorationem de sabbato.

2 [Domine, ne in furore tuo arguas me,
neque in ira tua corripias me:

3 quoniam sagittæ tuæ infixæ sunt mihi,
et confirmasti super me manum tuam.

4 Non est sanitas in carne mea, a facie iræ tuæ;
non est pax ossibus meis, a facie peccatorum meorum:

5 quoniam iniquitates meæ supergressæ sunt caput meum,
et sicut onus grave gravatæ sunt super me.

6 Putruerunt et corruptæ sunt cicatrices meæ,
a facie insipientiæ meæ.

7 Miser factus sum et curvatus sum usque in finem;
tota die contristatus ingrediebar.

8 Quoniam lumbi mei impleti sunt illusionibus,
et non est sanitas in carne mea.

9 Afflictus sum, et humiliatus sum nimis;
rugiebam a gemitu cordis mei.

10 Domine, ante te omne desiderium meum,
et gemitus meus a te non est absconditus.

11 Cor meum conturbatum est;
dereliquit me virtus mea, et lumen oculorum meorum,
et ipsum non est mecum.

12 Amici mei et proximi mei adversum me appropinquaverunt, et steterunt;
et qui juxta me erant, de longe steterunt:
et vim faciebant qui quærebant animam meam.

13 Et qui inquirebant mala mihi, locuti sunt vanitates,
et dolos tota die meditabantur.

14 Ego autem, tamquam surdus, non audiebam;
et sicut mutus non aperiens os suum.

15 Et factus sum sicut homo non audiens,
et non habens in ore suo redargutiones.

16 Quoniam in te, Domine, speravi;
tu exaudies me, Domine Deus meus.

17 Quia dixi: Nequando supergaudeant mihi inimici mei;
et dum commoventur pedes mei, super me magna locuti sunt.

18 Quoniam ego in flagella paratus sum,
et dolor meus in conspectu meo semper.

19 Quoniam iniquitatem meam annuntiabo,
et cogitabo pro peccato meo.

20 Inimici autem mei vivunt, et confirmati sunt super me:
et multiplicati sunt qui oderunt me inique.

21 Qui retribuunt mala pro bonis detrahebant mihi,
quoniam sequebar bonitatem.

22 Ne derelinquas me, Domine Deus meus;
ne discesseris a me.

23 Intende in adjutorium meum,
Domine Deus salutis meæ

trépanation.jpg

16:00 27/07/2010 | Lien permanent |  Facebook

26
jui

Luxe Intérieur - pdf à lire

L'ami Grégory Meurant a co-publié avec sa chérie un texte dans le nouveau PDF des Editions Au Diable Vauvert

voici le lien vers le lecture polymorphe: http://www.luxe-interieur.com/

13:47 26/07/2010 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

FP Mény et facebook

il y a déjà quelques mois, voire un an que FP Mény est mort?

Je pense à lui souvent, je n'efface pas son adresse électronique de mes contacts, je relis parfois quelques textes et je prête souvent son livre.

Il y a quelques jours, sa soeur, Shanti, me contacte. Elle ouvre une page facebook en hommage aux écrits de son frère.

Je ne sais pas ce que FP Mény aurait dit d'une page facebook à son effigie mais je sais que ses écrits doivent être transmis, lus et mangés à la hauteur et vitesse de sa verve, de son verbe, haut et fort.

Je configure actuellement ma nouvelle boîte mail, je passe de yahoo à Gmail vu que ce premier a su effacer quelques dizaines de courriels, professionnels compris et je retrouve un "vieux" mail de FP Mény.

Même mort, il ne m'en voudra pas si ce texte est publié ici (et les Editions Sulliver qui lui ont fait confiance non plus ne m'en voudront pas).

Homme-mage, FP.


"Ma haine aujourd'hui ressemblait davantage à un point noir sur la cible, comme d'autres de l'alchimie, velours ras ou frisé.
Seuls les fous survivront......... Au milieu du gué de ce pays parti en couille, j'explique à la belle Argentine, ils ont viré les pauvres en prétendant les défendre. Des artistes sans oeuvre, du théatre sans auteurs et des faux marginaux en pagaille. Une odeur de tripot a Macao mais que l'odeur.

Un arbre fruitier produit énormément avant de crever, mécanisme de survie.
De nombreux migrateurs ne migrent plus, tandis que des oiseaux font souche.
Il étaie il est mort il se répand. Oups! Si c'est de l'autofiction, collez lui l'étoile jaune. Fessée cul nul sur la place de l'église.
Pendu haut et court ex abrupto Pan bania ne bronche plus. Ceux dont le style colle a la peau tombent a l'eau. Ténor au sud de l'ile de Pancréas. Homard le pipole mange un bar au basilic apres la nuit passée avec une metisse philippo-hollandaise, laquée plissée floquée safran fushia pine chocolat noir.

D'abord j'irai faire de la barque, ensuite je ferai de la radio, c'est parce que j'avais la radio dans ma barque, je me suis entrainée, ensuite, j'irai a pied au ministère où j'ai mes entrées. Mon Dieu mais quelle horreur coucher pour réussir, il suffit d'être bien hydratée ( je taquine de telle sorte que la barque ne se brisât pas)
Putain, on est plus tranquille nulle part, et si on va dans les bois, on va tomber sur le roi du contre ut, parait qu'il a déja un héritier. Ceux qui donnent des tribunes aussi sont ridicules. Les landais, c'est comme l'eau, l'intelligence existe mais faut avoir envie de la trouver, terre d'ovalie sectaire c'est pas du saint Nectaire.

Les signots du rafiot clignotent. Les systèmes d'alarme retentissent. On nous bassine. On va se révolter. Les travellings sur les rails laissent rarement voir le train, juste un typhon de citron, délire de l'extension, chute libre du bla bla de la pierre factice, still life, Zone de dilution initiale. Les caméras de vidéo surveillance n'ont pas de couleur. Allons cueillir les mures pour faire la confiture.

1 lyricomane solaire
1 lyricomane averti en vaut 2
1 lyricomane inverti avec des moufles
Une ombre dans l'embrasure de la porte
Un vrai croissant de lune avec l'angelot
Pas de lumière
Rien de trop
Le long des barrières, les gueux s'accumulent.

Merde, le génie est sorti, un mastodonte au coeur tendre des iles du pacifique. Laurent Outan en emporte le vent.' Les choses les plus humbles échappent à la représentation et obligent à penser autrement.' Full contact management de la pin up au bord de la piscine(ne pas se contenter de paroles creuses, il ne suffit pas d'avoir une belle façade) Les ouvriers de Noeud les mines ont en rien a branler des plasticines. La météo marine. Phil Spector et Lana clarkson en camping car Chausson. Lana, rongée par un cancer du sein ne résiste que par le seul espoir de revoir son fils ( un écrivain Français) T'as des pays où les écrivains sont des rock stars et des pays où ils sont des tocards accrochés aux schèmes, là, où le creux de sa bouche béait, pour de vrai.
Dans le métro du soir, l'insatiable Elodie, vient de mettre au monde son premier enfant. Elle se couche avec sa grosse couette en plume, elle fait sa comtesse au pieds nus. Elle remarque que les bougies ne tiennent pas dans la purée de carotte alors désenchantée, elle retire son top en crochet...........

Les écolos sont un peu comme les cathos, ils font beaucoup d'enfants, mais eux; butinent les fleurs.

Jolies filles en automne, les géraniums n'ont pas dit leur dernier mot, ne jetons pas aux orties nos fleurs dété. Y'en a une qui se fait encore torréfier. Lui, a un truc, quand il marche pieds nus, il croise les doigts de pieds.
- Non mais Bleu d'Auvergne, c'est pas une couleur
Ils sont cool des fois les baba cool.
- Tu sais le point commun entre un rugbyman et un rappeur...... Leur écrivain préféré s'appelle Paulo Coelho. Ils ont pas la tête bien ronde, ils ont bu trop de Pago.
- Je crois que je vais faire une indigestion de valeurs au confit de canard

Loin du tumulte orageux des guitares electriques, dérangements théatraux et théatre dérangeant, gré à gré et pan par pan, partons de ce postulat là.
Tous à la barque!
Avec la navigatrice, nous mouillons. On va atteindre la terre neutre. Il n'est ensuite pas impossible qu'on la viole avec un archet. 1200 hectopascals soit 38000 à l'ouest du cap prévision par zone mer agitée a forte sud extreme devenant variable 2à 4 dans l'aprés midi, mollissant 4à5@la fin avec des averses orageuses....C'est tout pour ce soir.

Les autocars sont de fabrication Française, les rongeurs viennent se régaler quand tombent les pommes.


Le midi, je mange mon risotto fusion avec les vieux. Ginette crie ' m'attachez pas! m'attachez pas!' Elle réclame sa canne pour manger avec des baguettes, elle bouffe à 1 kilomètre de sa table, par la voie rapide. 1 morceau de pain sur 2 est rassis, incognito. Elle va la fermer l'emmerdeuse! Au quatrième age, sous le chèvrefeuille, les hommes sont pas besef, et d'un coup c'est la fête a neu neu. Les mamies l'encouragent. ' Elle va tomber! Elle va tomber!' Jusqu'à ce qu'elle se casse la gueule
- Demande à l'abattoir s'ils gardent le sang pour faire le boudin noir.
A la porte de ce qui est perdu, abstract female au lait de bougresse, où les gallinacées sont plus proches de la perdrix

Lui, est sourd comme un pot, elle est maquillée comme un camion et ils s'aiment
- Tu dors?
- Non, je pense
Au delà de ce fatras, l'aventure commence au hameau délivrance, les créatures aléatoires sucent les héros ordinaires. Ce qui est avant reste idem. C'est surement plus simple, dés que le monde s'organise. Avec toute l'energie des mariages insolites, des choses un peu brouillonnes, je trouve que ce sanglier me regarde bizarre. Des que les kurdes dansent sur laJungle, il est temps de se barrer, les moustaches bougent toutes seules, la moquerie vire a l'aigre, le rire des truies sur leurs aubergines farcies.

Ignorant tout de mes pratiques russes et Bercé par le spleen d'un quotidien grisâtre, En Waterzoï Zapoï, On dit pas Oï bordel!

Quand on était jeunes on était des branleurs et maintenant, pour la même chose tu passes au journal de 20 heures"
FP.MENY/ FAITES ADHERER VOS AMIS
CONQUETE DU DESASTRE Editions sulliver avril 2008

13:40 26/07/2010 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

22
jui

Flash back...

Pergamonmuseum_-_Antikensammlung_-_Pergamonaltar_22.jpgcomme ça.

14:01 22/07/2010 | Lien permanent |  Facebook

17
jui

Fils rouges

merci à ceux qui m'ont été liés (vodkas comprises) jeudi soir lors de ma performance-lecture à la Gougoutte à Pépé (XL) lors de la soirée estivale et douce et belle de la Troupe Poétique Nomade.

ANDREW RAE AnimalMonster.jpg

Un extrait du texte pour ma peau:



"se coller contre soi, contre le sel, pour la peau, faire de soi le lieu propice, virer au rouge, être rouge, seulement le rouge, être la strate en plus, le ciel en moins, être là pour quelque chose, exprimer la contrainte par l’expansion, dire à soi que le temps n’a pas d’odeur, sortir des gonds, pour la peau, pour ce derme fruste, ce pore émoussé, se frotter à l’humeur de la veine, la rogne de l’artère, reconnaître l’adage « le corps est si robuste », abandonner l’idée de lutte, de concurrence, entrer encore, aller loin dans le débat contre soi, se dire qu’après, on verra, que là, il faut y aller, allez, vas-y, pénétrer, foncer, entrer dans le vif, contredire l’instinct de survie, se charrier contre le flux, entre deux diastoles, trouver l’ut majeur, tenter l’Aïon, finir par oublier qu’on est déjà dedans, tout le temps, dans un fond qu’on n’a jamais connu, savoir que le dedans est absolument ce dedans dont tout le monde dit qu’il est le néant, le dedans n’a rien de néant, le dedans a le dedans pour corps, reconnaître qu’aucun extérieur n’est jamais parvenu ici sauf sous la forme d’un vague éclat de verre dans une mémoire fautive, une intuition faussaire, gagner la foi en ce qui n’existe plus, apprécier que le derme, l’hypoderme soient si longs, si tortueux, si escarpés, se persuader que la détention expie, sentir que la chaleur étouffante est l’exutoire pur, être là pour le pore, être là pour la peau,

trouver le tunnel expiatoire sous les plasmas, revêtir la peau interne, celle qui ne s’écorche pas, celle qui ne brûle pas, rire du vide qui s’échappe, rire du vide qui s’enfuit, rire du vide, ah ah ah ah,

comprendre que le manque d’air est naturel, ancestral, comme prévu, on n’a toujours manqué d’air, ozone mon cul, on n’a jamais eu d’air,

flairer le manque, deviner la fondation, apprendre l’avant soi, prendre sa vessie pour la lanterne, pisser dans un violon, chier un salut romain, lever le pouce préhenseur vers le ciel, ce ciel n’a plus d’endroit pour corrompre les terres, attention c’est la nuit, comme une mort, attention cliché de la mort en route, distinguer la musique d’ascenseur au loin, imaginer un pianiste crétin, les jambes d’une danseuse obèse, des murs gris entourent la scène, voir le soi-moi-surmoi-sous-soi filer un mauvais coton, continuer vers le moyeu dermique, flatter le noyau de la peau, être là encore pour elle, pour son pore, tourner en lait caillé, coaguler le rouge avec l’argenté, panser la plaie ointe, l’arrière ne sait plus où il va,


prendre le temps de le perdre, prendre le temps de se perdre,"


en écoutant
ce ça là.


ce texte serait bientôt publié dans un magazine virtuel anarco-capitaliste à l'initiative de David Spailier.

(Illustration by Andrew Rae)

11:06 17/07/2010 | Lien permanent |  Facebook

7
jui

univers

C’est un véritable trésor de données pour les astronomes, et une image fascinante pour tout un chacun : le satellite européen Planck a délivré sa première image de l’ensemble du ciel.

Une première vue d’ensemble de l’univers

AFP

« Cette image de l’ensemble du ciel envoyée par Planck est une véritable caverne d’Ali Baba pour les astronomes en quête de données inédites », a annoncé l’Agence spatiale européenne (Esa). Planck, conçu pour aider à mieux comprendre les débuts et le destin de l’Univers, enregistre le rayonnement de fond cosmologique, vestige de la première lumière échappée dans l’univers quelque 380.000 ans après le Big Bang. Ce rayonnement « fossile » baigne tout l’espace et constitue, selon les scientifiques, « la trace indélébile que l’Univers a laissée de sa jeunesse ».

La carte des fluctuations de ce rayonnement devrait permettre de faire progresser la connaissance sur la géométrie de l’univers, le rythme de son expansion et son avenir prévisible. « Le disque principal de notre galaxie s’étire au centre de l’image. Ce qui frappe immédiatement, ce sont les filaments de poussière froide présents au-dessus et en dessous de la Voie lactée », explique l’agence en commentant l’image. Là se trouve « le lieu de formation des étoiles, et Planck a décelé de nombreuses zones où des étoiles sont sur le point de naître ou entament tout juste leur cycle de développement ». « Moins spectaculaire mais peut-être plus énigmatique, l’aspect moucheté de l’arrière-plan », qui représente le « rayonnement de fond cosmologique hyperfréquence (CMBR), la plus ancienne lumière émise par l’Univers, issue de la grande explosion d’où notre Univers a émergé il y a 13,7 milliards d’années », indique l’Esa. « Le plus spectaculaire, c’est la voie lactée. Mais ce qui nous intéresse le plus, c’est ce qu’on devine derrière, le rayonnement fossile émis aux premiers temps de l’univers », a expliqué Jean-Michel Lamarre, responsable de la

partie instrumentale du projet Planck et directeur de recherches au CNRS.

Les chercheurs veulent enlever l’image de la Voie lactée de façon numérique afin de voir le rayonnement fossile dans son intégralité.

« Nous ouvrons la porte sur un eldorado où les scientifiques vont pouvoir rechercher des fragments de connaissance qui leur permettront de mieux comprendre la genèse de l’Univers et son fonctionnement actuel », explique dans le communiqué David Southwood, Directeur Science et Exploration robotique de l’ESA, qui relève que l’image est « d’une qualité remarquable ». Mis sur orbite en mai 2009, Planck, situé à 1,5 million de kilomètres de la Terre, va continuer à collecter des données jusqu’au début 2012.

13:08 07/07/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

Annie Le Brun

toujours émouvantepower of books

12:50 07/07/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

5
jui

coquilles

Gabriela Fridriksdottir, ex Ouroboros, 2007
"Le vent s'est levé, et a voiture a commencé à se balancer. Des flocons de neige passaient par les fentes et voletaient au-dessus de ma tête. A tâtons, j'ai ramassé le petit crâne d'un pauvre petit oiseau et je l'ai tenu longtemps dans ma main. Il semblait contenir tout ce que j'avais fait dans ma vie, bon et mauvais. Et puis je l'ai glissé, aussi fin et fragile qu'une coquille d'œuf, dans ma bouche."

Donald Ray Pollock, Knockemstiff 

09:06 05/07/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

1
jui

Dieuexiste.com

PIOTR ROSINSKI tool
Je sens le début d'une insomnie. J'alterne depuis quelques semaines entre des siestes peu crapuleuses et des nuits blanchies à la chaux.

Là, tout semble long, étiré et je ne suis pas exténuée malgré les nouvelles "crises" de mon ogre blond, who just turned 2.

et c'est le jeu du googleisme.

Une phrase entendue (télé, radio, plafond, crâne, ...) et Google en dit qqch.

Là, de Landru (le film de Chabrol qui passe sur Arte, j'entends: "vous êtes la preuve que Dieu existe".

ici, Google me donne une piste improbable et presque vénérable...

02:10 01/07/2010 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook