5
sep

Police des succulences (avis, réponse)

Cannon Max REDMEAT Puppy crash
il a écrit:
"Toute affaire de plaisir désormais est devenue l'opprobre d'un procès verbal ou d'une illustration de la vie par l'aboutissement de vertus. Chaque sensation, aussi futile et désuète, on lui prête une foule d'explications ; on l'habille de mots de chair ou de bouquets, enfin de toutes choses vagabondes ou périssables.Certes, on la loue à bras-le-corps, on l'eau-à-la-bouche, on l'avale même toute entière ! Mais il n'est également pas moins rare d'assister quelques froids plus tard à ses funérailles.Toute affaire de plaisir aujourd'hui s'ignore communément, et d'une cigarette nous ne partageons plus que la fumée, d'une conversation l'addition et d'un repas la liqueur. Les pieds dans le plat, disait-on, c'est l'affaire des grandes bouches ! Quoi de plus normal alors qu'une grande bouche vide.Les plus grands monuments font le plus de poussière, disait-il. De cela, je crois, nous n'avons conservé qu'un souvenir poussiéreux. Et dans chaque nouvelle tentative de nous divertir, c'est un peu de cette commémoration chatouilleuse que nous respirons, que nous goûtons et qu'enfin nous décidons fade."


j'ai répondu: Le plaisir sera un trou dans lequel aucun suc ne nidifiera. La mélancolie des avertis encensera le creux de la vague. A lame, le juron des saisons bouclera les naissances. Le rire importunera ceux qui ouvrent tous la même bouche. Le savon noir fera fortune dans les arènes d'orgies blanches. Le futur postérieur, conjugué à tous les taons, perpétué par l'envie d'envie, sans sentir l'essence. Nous n'aurons qu'un demain pour combler le jour dû, il faudra attendre sans espoir. Le désir, laminé en feuilles de calque, transformé en teckel à poil ras. La motte des ciels, tondue comme une collabo. Rations doubles de pain et eau pour les horizons castrés. Libéllés et logos pour chaque case d'amour inconnu, classification des éléments perturbateurs. L'orgasme individuel banni des trottoirs, interdit des chambres. Toute impulsion ne sera qu'un gigantesque tsunami d'ondes diluviennes communes (banales), recyclées en une énergie technologique utile.
Nous serons des pions sans sexe, ni mains, sur un échiquier à la verticale...
 

14:24 05/09/2007 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : texte |  Facebook

Commentaires

De la prise de tête,parce qu'on a peur de se prendre le sexe.


Less.

Écrit par : Slavomir | 05/09/2007

Par la présente
Je cède

esprit critique
et
grasse matinée

A l'Etat de droit.

Écrit par : Æmeth | 05/09/2007

Réaction à vos délires mercatiques De retour d'Amérique latine, un vilain rouget, coincé dans la nasse vaginocratique occidentale, vous fait savoir que sous d'autres cieux où les gars sifflent les filles en rue, glorifient la madre (hijo de puta!) et méprisent los trolos (va a te matar el culo, loca!), on fait reculer un peu plus chaque jour l'emprise de l'oncle sam et les rêts de l'affreuse pauvreté séculaire. Ici, c'est tout l'inverse. Rapport de cause à effet?
PS : remplacez l'intelligence par intellect. Et vous pourrez pénétrer ce monde que vous avez laissé aux plus puissants que vous. Désolé pour l'allusion phallique.

Écrit par : VICTORPOLEMIX | 06/09/2007

Les commentaires sont fermés.