3
avr

ces fleurs

 

Blueback WOUNDCes fleurs donnent envie, elles offrent leurs sexes ouverts, balançant leurs effluves

Autrui peut croire qu'elles estiment

 

Pourtant, calomnies sous-jacentes, elles giclent d'amertume, de leur colère sécateur, à la face de celui qui les enveloppe de sollicitude

 

Elles enrobent les jeunes poitrines de tiges saillantes, pratiquent ce shibari aliénant, comme des pygmalions avariés, des aigles affamés

 

Elles étouffent les femmes qui les hument, contaminent les hommes qui les offrent aux amantes, empuantissent les enfants dans les espaces verts

 

Leurs épines, pointées vers les corps vierges, lacèrent l'eau transparente de ces jeunes acteurs, le liquide coulera, les nourrira

ces fleurs, petites harpies vivides, resteront à observer la fuite des  liqueurs corporelles, leur pistil nerveux

Ces fleurs tressaillent de leurs membranes indociles, elles hurlent de rage sous la caresse des souffles

Ces fleurs rugissent devant l'orgueil du sexe brandi, elles violent le regard du peintre mâle, pourtant aguerri, elles découpent l'endurance de la brise avec leurs barbelés gemmes

 

Les cris des insectes ingérés ne traversent plus la masse terreuse qui les féconde

Les feuilles étouffent nos aspirations, nos quintessences

 

Les fleurs, angoisses propres, marais fragiles, influences banales, flagrantes visions d'un monde blêmi dont elles sont les limites malades

10:11 03/04/2007 Publié dans Général | Lien permanent |  Facebook

Commentaires

Hello Ces fleurs qui hurlent plus fort que des suppliciés, et qui supplient et donnent l'amour plus fort que tous les coeurs émaciés. Très belle prose poétique, bravo.

Écrit par : Edouard | 22/04/2007

Hello Ces fleurs qui hurlent plus fort que des suppliciés, et qui supplient et donnent l'amour plus fort que tous les coeurs émaciés. Très belle prose poétique, bravo.

Écrit par : Edouard | 22/04/2007

Les commentaires sont fermés.