21
déc

une phrase de Frédéric Berthet & une photo de Tuen Hocks pour une pensée d'avant No-ël

Tuen Hocks man on ice"Alors je ne sais pas ce qui arriva, mais je fus saisi soudain de désespoir, et, chose étrange, d'étonnement également. Ces deux sentiments étaient aussi violents l'un que l'autre, et intimement mêlés. Je ne sais pas si je fus d'abord près du désespoir, puis submergé par l'étonnement ­ par l'étonnement d'avoir accès si brièvement à un désespoir d'une telle qualité ­ ou bien si l'étonnement vint à moi d'abord, que quelque chose ou quelqu'un, une pensée ou une révélation, me plongèrent dans la stupéfaction, et qu'immédiatement après le désespoir lui succéda. Je ne sais pas. J'aurais peut-être dû mourir ainsi, à ce moment précis : j'aurais gardé sur mon visage quelques indices de mon état, qui seraient devenus autant d'énigmes."

 

Frédéric Berthet

16:08 21/12/2006 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : ego trip-e |  Facebook

Les commentaires sont fermés.