30
oct

aïe, eux...

Octobre 06 067

Photo de famille prise du cimetière où sont enterrés mes aïeux, sur le chemin des Bruyères avant d'aller chercher du lait à la ferme des Coulées... et la Une est là aussi.

11:25 30/10/2006 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : ego trip-e |  Facebook

25
oct

Pylône, Festival d'octobre en cours

pylone Alexandre CausinPhoto © Alexandre Causin
 

Mille-feuilles#17 - Pylône, festival d'octobre

Bernard Heidsieck, Daniel Franco, Bernard Wallet & Arnaud Cathrine
Pylône, festival d'octobre, première ! Vérifiez ailleurs encore, plusieurs dates, plusieurs lieux!

Promenade littéraire et sensorielle, émanant de la revue PYLÔNE, ce nouveau festival se pose tout naturellement dans le cycle et l’esprit des Mille-feuilles.
Au programme de cette soirée : une lecture musicale à deux voix du texte Répétition générale, chronique de la guerre au Liban, par l’auteur et éditeur Bernard Wallet et l’écrivain Arnaud Cathrine, une lecture-performance de Bernard Heidsieck, père de la poésie sonore, qui nous fait partager des extraits de Derviche/Le Robert et de Poème-Partition ‘A’ de 1959, et une lecture du philosophe Daniel Franco Autopsie de l’enfant reporté.
 
A suivre également : le programme du Festival Pylône -
pylonefestivaldoctobre.blogspot.com
 
Une production des Halles en collaboration avec Gilles Collard (Faber ASBL) et Anne-Laure Chamboissier. Avec le soutien de l'Ambassade de France et de l'hôtel Vendôme.

13:42 25/10/2006 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

24
oct

Lumière Incidente

AdaCette lumière-ci veille sur mes moi(s),

elle dit vent quand je dis vague

mais nous sommes amies avec valeurs, labeurs et humeurs convergents

 

Ada (aka Diane Saudek) est (aussi) ma copine star, celle qui se fait lécher par les pages de magazines jolis,

mais d'abord, elle m'apprend (des) beau(x)coup(s), et je ne lui dois rien, ce qui est si sain

et les parenthèses sont des fausses limites!

 

Elle, une lumière incidente, je vous le lisais.

 

http://lumiereincidente.skynetblogs.be/

13:37 24/10/2006 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts, place net, girlz |  Facebook

23
oct

Invitation à la récriture du monde

gilbert_garcin_home_straightau cas où vous n'auriez rien de mieux à faire...

 

suivez la contrainte du Méga Atelier Kalame sur le blog de l'Atelier Milady: http://atelier-milady.skynetblogs.be/

13:04 23/10/2006 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : atelier |  Facebook

20
oct

adage chinois de pacotille

Maya Pindyck BEAR

 

"tu me tires dans les pieds, je te tire la gueule!"

 

variation minimale:

 

"tu me tires un poil, je te tire la gueule"

 

(zeugma primaire illustré par Maya Pindyck)

09:49 20/10/2006 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : ego trip-e |  Facebook

19
oct

petite lettre à Virginie Despentes (via Grasset)

virginie-despentes-king-kong-theorieÉditions Grasset

61 rue des Saint-Pères

F-75006 Paris

 

 

Chères Editions Grasset

 

Pourriez vous transLettre ceci à Virginie Despentes ?

 

http://www.rapestop.net/

 

Ceci est une référence/question à une page des premières de King Kong Theory. Rien de bien tranchant à ce préservatif, mais une idée dans la création (petit ‘c’) qui amène des revers de Médor.

 

Mes remarques sur le livre sont encore inadéquates, puisque j’oscille entre vague extase et incarnation féminine, entre choc thermique et divagation existentielle…

(Et ceci n’est presque pas un éloge puisque je ne suis flatteuse que dans la crainte (et oui, pauvre (femme) de moi).

 

Bien à vous et à Virginie, bien évidemment

et dans un certain désordre affectif, je l’avoue.

 

Milady Renoir

 

 

Là, j’existe en peaux.

E-mail Perso: miladyrenoir@yahoo.co.uk

18:48 19/10/2006 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

17
oct

Pénétrations (4 mains, deux corps, deux âmes et des pénétrations)

Pénétrations RECYCLARTPénétration, fiction rouge.
(Texte premier)

 

Je suis le blanc.

Je suis le rouge.
Je suis le noir.

 

Mes poils grondent. Ma culotte fond. Mes lèvres s’éraflent le long du mur. Mes os s’étiolent. Ma vulve est trop lourde. La matière s’échappera. Cher, compagnon inouï… Reste là ! Pantelant, atterré, vibrant comme un nourrisson écarlate, trop vivant.

 

Je te pénètre de ce qu’il me reste de corps. Nos touts, licenciés de notre droit de regard, sont vindicatifs. Ils subissent l’évacuation de notre appétit.
L’effondrement est mon emballement. La pénétration est mon écorchage.

Le vide est un Graal tout autant qu’un leurre.
Rien n’existe mieux que le vide, et pourtant, la chute reste son accessoire favori.

 

Je place mon doigt dans ton engrenage. J’observe le grouillement avec l’extase d’une bombe sagace. Le tuyau spinal forme un cylindre parfait. Le rachis dévie lorsque je le presse sous mon envie. L’apnée rigoureuse à bras le corps, je plonge dans l’antre ténébreux. Je suis avec toi.

 

L’incidence est palpable, j’existe en lui. Je suis une belle entorse. L’arc osseux s’affale, je lèche sa courbure décadente. Je crache sur ma peau pour délester sa triste logique. Je cherche encore. Je foule son ordinaire. Il doit rester un passage, au milieu de ces chairs. Un tunnel entre quelques viscères, un filet d’eau rougie par l’envie doit couler pas loin. Peut-être y entend-on un morceau de rage jaune sous des rapides de sucs. Sol amoureux, je touche ta braise.

 

Ce chemin, jonché de balises harpies, moqueuses, ce chemin, survolé de fausses sternes, éjacule de frayeur… des percées de bile, des stries se creusent dans la viande, des scories rouges éthérées enrobent ma fabrique. Tu es dans moi. Nous serons calcinés. Petite alchimie féconde.

 

Je vois le blanc.

Je vois le rouge.
Je vois le noir.

 

Ce qui parvient ici est adorable et tout autant friable, telle la voix stridente d’une mère cherchant son enfant éparpillé sous des ruines, telle une femelle louve qui invoque celui qui féconde son bas ventre, tel un hélianthe grillant sous un astre machiavélique. L’envie, le besoin et l’inconnu se mélangent. Je suis là, avec toi.

L’instinct amène le pas qui devance l’évidence. Près d’une orée, entre branchements et ciments, le passage, étriqué à sa gorge, demande grâce. Le piment fétide se languit près de la main pieuvre. Je chine un morceau à croquer, à pincer, à étirer. Le caprice racole. Je suis une dragée poivrée dans un œsophage gourmand. Une bûche froide dans un foyer brûlant. L’ivresse s’aveugle de ma griffe. La névralgique arrogance n’a pas d’usage à ce moment ci. Je suis là, avec toi. Je suis là, en toi.

 

Je noie le blanc.

Je noie le rouge.
Je noie le noir.

 

Nous sommes deux rythmes joués par un seul corps. Le temps est acide puisqu’il balise l’épreuve. La fissure humide. Repenties d’alcools sanguins, mes veines ignées touche en fin son noyau palpitant. L’hymen immigré, dénoyauté s’étale sur mes lèvres. Les disques de son anus mundi ne résistent plus. Je ne veux pas d’une cible, mais d’un dessein. La nuit se fait sueur. Les soles plantaires gravent le drap.

 

Viens, mon aimant, sois digéré. Ma tranchée est un lien, franchissons le débit. Le spasme est un hoquet vital, une diastole venimeuse, amoureuse. Je ronge ma faim. Je garde ton corps pour d’autres brûlures. Mes seins claquent le long de nos cuisses enlacées. Le paroxysme est une pute, laissons la rire au coin de sa rue. Mon talon s’ancre au creux de ton épine. Je me couche sur mon corps, comme un foie trop frais sur une table lisse.

Je bois le blanc.

Je bois le rouge.
Je bois le noir.

Tes flots sont ces serres d’oiseau noctambule qui crèvent mes parois. Je suis avec toi, les yeux clôturés. Il est interdit d’interdire, disent les murs des villes muettes. N’écoutons pas le grondement. Foutons nous de ceux qui parlent.

 

Paralysées dans la pente, nos soles plantaires gravent le drap. Nos nerfs tissent un filet noir. Nous nous recouvrirons de ce piège plus tard. Embrassons nous dans notre brume moelleuse. Il reste encore de l’orage à avaler. Corps sous tensions, nous dérivons sur ce que nous voulons lire. Notre mue s’accomplit. Tu es avec moi. Tu es en moi.

 

Blanc.

Rouge.

Noir.

 

© Milady Renoir


Pénétrations RECYCLART IIFantaisie interprétative

 « L’intelligence prostatique n’est pas une histoire d’hormone »
(Texte dernier)

 

 

Occurrence « pénétration » sur le moteur de recherche Google : 43 200 000.

 

En priorité : SODOMIE, DOUBLE PENETRATION ou DB (terme acronyme à la justification surprenante), FELLATION ; mais également

« Politique de pénétration en mercatique.

 

 

Voilà de quoi bien plus nous intriguer que les multiples interprétations européennes kama-grotresques consultables sur des sites tels que Q.BE, ou Doctissimo...

 

La « politique de pénétration en mercatique » n’est pas une tendance morale instituée par un état proche de la mer Adriatique sur les techniques de procréation locale. Non, la mercatique est en fait le terme francophone traduisant la notion de Marketing.

 

Pour rappel : « Le marketing (ou plus rarement donc, la mercatique) est une discipline qui cherche à déterminer ses offres de biens et services en fonction des attitudes des consommateurs et à favoriser leur commercialisation. Il comporte un ensemble de méthodes et de moyens dont dispose une organisation pour s'adapter aux publics auxquels elle s'intéresse, et pour utiliser, voire susciter, des comportements favorables à la réalisation de ses propres objectifs. »

 

Et il se  trouve qu’en Marketing comme en pratique sexuelle entre adultes consentants, l’on pénètre. Il s’agit chez l’un de  « marché », et chez l’autre d’anus, de vulves ou de bouches, bref, d’orifices.

Je cite un explicatif concernant la pénétration de marché dans le domaine mercatique:

« Dans le cas d’une politique de pénétration (…) le produit est introduit à un prix intentionnellement bas, voire agressif, afin de conquérir rapidement une part importante du marché. Cette politique doit s'appuyer sur une bonne maîtrise des coûts et la capacité de l'entreprise à baisser encore ceux-ci en exploitant la courbe d'expérience et les économies d'échelle, notamment si le marché est en croissance rapide.

Elle a pour principal avantage de dissuader l'apparition de nouveaux concurrents qui seront découragés devant la faiblesse des marges possibles.

« Produit – introduit – de manière agressive ;  conquérir - exploitation de la courbe d’expérience. »

Ce champ lexical utilisé, belliqueux et guerrier, n’est pas sans me rappeler des termes que l’on pourrait appliquer à l’étude du « viol à destination eugéniste », rencontré en temps de guerre, de tous temps et sous toutes les bannières (Chine au Tibet, Gengis Kahn au Japon et  plus terriblement récemment dans la toute proche Europe de l’Est.)

Il en va ainsi également  des viols de civils, par exemple Irakiens ou Japonais par les soldats Américains (encore très récemment près des bases militaires sur le sol Japonais), à la différence près que ces actes n’ont là aucune justification raciale, mais ont uniquement pour vocation d’avilir, d’humilier, bref, de dominer.

 

Il semblerait que le concept de pénétration représente,  au moins pour les théoriciens de la mercatique (théoriciens pour lesquels je ne place aucun doute au sujet de leur masculinité car je n’imagine aucune femme assez stupide pour se laisser aller à de telles violences conceptuelles), ce concept de pénétration représente donc une notion belliqueuse et agressive alors que les définitions suivantes ne laissent point transparaître ce fait.

 

> pénétrer
(verbe transitif, intransitif et pronominal)


Passer à travers, entrer.

[Sens figuré] Saisir par l'intelligence.

Se pénétrer: remplir son esprit: se pénétrer d'une idée.

 

> pénétration
(nom féminin)
Action de pénétrer. Perspicacité, lucidité d'esprit.

 

Féminin, esprit, perspicacité, intelligence.

 

Il se pourrait, si l’on me permet une interprétation toute personnelle n’ayant comme prétention que celle d’exister, que La pénétration se révèle être, dans le domaine féminin, un acte d’intelligence, décidé en toute lucidité d’esprit ; acte qui se transforme dans le domaine du type lambda à gonades comme une expression violente de domination et de supériorité.

 

Cela nous amène finalement à considérer l’homme sodomite comme plus intelligent et perspicace que le représentant mâle habituel, ignorant et refusant les bienfaits des massages prostatiques.

 

C’est là la fin de ma démonstration, je vous remercie de votre attention ;

Au revoir.

 

© MozHorus – Octobre 2006

 

Pénétrations RECYCLART IIITextes interprétés par MozHorus & Milady Renoir de la Soirée Lecture(s) de la Dolce Vita samedi soir dernier, vers 21h13.

Photos prises dans les couloirs de Recyclart.

12:48 17/10/2006 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts, ego trip-e, love |  Facebook

16
oct

prochains rendez-vous, RENDEZ VOUS!!! (comme un gentil matraquage)

LunettesSepiaDimanche 22 octobre: Méga atelier d'écritures - KALAME

Genre : Quatrième après-midi festive des ateliers d'écriture, dans le cadre de la Fureur de Lire - Vous vous intéressez aux ateliers d'écriture, vous n'y avez jamais participé et désirez vous y essayer, ou vous aimeriez élargir votre palette, découvrir de nouveaux styles, de nouveaux genres, retrouver d'autres partcicipants, de nombreux animateurs, découvrir des livres sur l'écriture, échanger avec des écrivains... le tout gratuitement et dans une mabiance conviviale.
Ouverture des portes de la Tentation (un grand café, avec de nombreuses grandes tables, en plein centre ville) à 13 heures.
A 14 heures précises, chacun reçoit la consigne d’écriture, originale et accessible à tous, écrivants débutants ou chevronnés. Elle a été concoctée cette année par deux animatrices, membres de kalame : Marie-Eve Palin et Milady Renoir.
Vous écrivez selon cette proposition, sur place, pendant deux heures...
A 16 heures, nous vous présentons, via de courtes lectures par Danièle Walgraeve, les écrivains invités : Franz Bartelt, Alain Bertrand, Benoît Coppée, François Emmanuel (à confirmer), Caroline Lamarche, Michel lambert, Ariane Le Fort, Agathe Gosse, Lucien Noullez, Françoise Pirart, Foulek Ringelheim et Régine Vandamme.
Vous participez ensuite à une rencontre, par petits groupes, avec un des ces auteurs. Pendant une heure, vous vous entretenez avec eux à propos de l'expérience du jour, mais aussi de lecture, d’écriture, de littérature... 
&
 

Festival Au Bord Elle


Samedi 18 novembre 06 de 13h à 18h30 :

Après-midi littéraire : «Au tour d'Elles»

De 13h à 15h30 : «Secrets de femmes» - Atelier d'écritures ludiques autour des mots de l'Amour. Pour Elles. Animé par Laurence Oussov.
Inscriptions sur place ou Laurence Oussov 0486 07 79 12 
De 16h à 18h30 : Atelier d'écriture créative autour des auteur(e)s Chloé Delaume, Violette Leduc, Joyce Mansour. Pour tous, hommes, femmes ou autres genres. Animé par Milady Renoir.

Inscriptions sur place ou par SMS : 0494 58 13 04
Participation aux frais : 7 eur / atelier ou 12 eur pour les deux


EMMI tattoo by KOSTEK smallJeudi 23 novembre 06 à 20h :
«Eros, Tattoos, Thanatos ou l'autoérotisation de MON corps à travers le tatouage» Lecture/Performance de Milady Renoir tattouée en live par Kostek de la Boucherie Moderne.


Et d'autres, mais une envie de faire court me prend, j'en profite, c'est rare.

12:55 16/10/2006 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts, atelier, ego trip-e |  Facebook

13
oct

Aujourd'hui, je sais qui je suis... (air de la Compagnie Créole: Le Bal Masqué)

Suehiro Maruo riotPuisque d'autres se mêlent de mon regard sur moi, j'ai découvert pour vous, façon snack asiatique, sur le menu des humeurs & des genres, que je suis sûrement le numéro 94, c'est à dire une GRATIOLA (Séné Des Prés).

GÉNÉRALITÉS : Les femmes de type Nux vomica sont des Gratiola. Tristes. Moroses. Orgueil. Dysphagie pour les liquides. Sensation d'estomac vide après le repas. Les hémorroïdes s'accompagnent de tristesse.

GÉNIE DU REMÈDE

LOCALISATIONS ÉLECTIVES : Estomac. Intestins. Génito-urinaire. Coccyx. Sciatique. Front. Occiput. Nerfs. Anus. Lèvres.

SENSATIONS ÉLECTIVES : Atone. Lourd. En jet. Distendu. Contracté. Brûlure. Comme une pierre. Battement. Vert.

MODALITÉS ÉLECTIVES : < avant 0 heure. Miction. Excès alimentaires. Café. Été.

> Repos. En se levant. Grand air.

Testez votre âme sur http://www.homeoint.org/seror/genie/index.htm

 

Art by Suehiro Maruo

14:14 13/10/2006 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : ego trip-e, arts |  Facebook

12
oct

tiens, des liens...

grandmother5

 

clic au hasard, rien au placard!

 

www.brocantesonore.be

http://www.corpsindice.com/

http://www.estuaire.be/

http://tapin.free.fr/

http://teenmachine.free.fr/

http://laptitemaison.com/ (Bonjour Jérôme!!)

http://www.diphtong-marseille.com/

http://www.wayney.pwp.blueyonder.co.uk/surreal.htm

10:38 12/10/2006 Publié dans Général | Lien permanent | Tags : arts, place net |  Facebook