7
jui

(ré)Création

Par la porte, tous ne passent pas le corps fugitif

Pas les plus évasés, ni les plus éminents

Leur cire dermique ne glisse pas contre le plastique d’entrée

Ils butent contre l’armature, épinglés sous un compas

Ce sont les plus tannés, les plus meurtris qui croisent l’espace,
s’engouffrant dans l’Entonnoir

 

Par la rivière, tous ne nagent pas, ni ne flottent

Ni les riches barges, ni les convictions rehaussées

N’allongent les cœurs sur le limon

La coque goudronnée craquelle à la moindre houle

Le fond ne se renverse pas pour sauver les anémiés,

Au contraire, il les rassemble, les malaxe

La vase et les boues font marais d’hospice pour ces mal nés

 

Par le ciel, tous ne survivent pas

Pas les visages gondolés au sourire mercure, ni les faciès étiques

Le portier de la noble cause refuse du monde

Les fardeaux silencieux percent les rangs des nuées

En crevant des anges hurleurs au dessus des toits

Personne ne croit plus à l’horizon

Ni même le bleu du ciel, vagabond.

 

 

© Milady Renoir

 

Art by Laurie Lipton (kindly reminded by I.AM qui danse le MIA)

16:25 07/07/2006 | Lien permanent |  Facebook

Les commentaires sont fermés.