12
jan

 

Des païens se restauraient au jardin des Délices. Les fausses Gaïa trempaient leur derrière dans l’éther. Les raisins éclataient sur les tétons, les vins inondaient les sexes creux.

Et la pestilence engagea bientôt les hostiles invasions des cerveaux tièdes.

 

 

15:14 12/01/2006 | Lien permanent |  Facebook

Les commentaires sont fermés.