4
déc

à force de petits rien, on créé notre petit tout

Un homme pour mille nous double à contresens.

L'iode nous cristallise dans nos excès de désir.

Nous ne sommes qu'un rien satellite pour lui, 

Sa connaissance d'un ailleurs perverti ou pur nous écrase.

Nous sommes les enfants dans un bac à sable immense.

Les châteaux sont ridicules, leurs poutres, couvertes de mousse, craquent à chacun de nos soupirs feutrés. Les clés de voute s'affaissent.

Je crois qu'il va pleuvoir longtemps,

C’est parfait.

20:53 04/12/2005 | Lien permanent |  Facebook

Les commentaires sont fermés.