25
oct

2 x 2 mains avec Novocaïne

4 mains, 4 seins, (pas si loin) pour une ode à la Sitophilie:

 

 ""
Pendant qu’il détermine les cibles.
Éros et Potatoes, les rouges visibles
Elle lève ses jupes
Qu'il voit Vénus en guerre et en ose,
Des épées suspendues par la prose
Avec, toute une armée de singes blonds
Et quand elle dit ses quatre perversions,
C'est comme un chapelet aux couilles,
Comme un pieu dans un rein

De chairs bides en Priscilla
De parmentier en charabia
Quand elle parle de cuisine
C'est de ventre four ou de sein braisé,
Une invitation aux délices ouverts
Gloutonnerie de vices rôts amers
Jouissiez jusqu’à l’écoeurement
Couverts de choix, avidement
-la petite ploie dans les grands-

C’est en avalant que vient l’appétit
Il dîne d’elle à l’huile, doigts salsifis
Mais va finir par s'enfuir avant l'heure
Il balbutie, voudrait répondre, tousse à la fois
"Donnez, donnez c’est l’odieux qui vous l’rendra
Ouvrez les sésames, la folie ne s’égraine pas
Dans un élan de friandise, ta langue déliée
Fille de joies, c’est pour mieux te dévorer"

Puis la pince entre les cuisses froissées,
Les genoux de tant d'autres, ses jouets par millier.
Macaques plumés au citron caramel
À deux corps chauds, bain d’hydromel
Il est assis il est debout, la chandelle
D'un diable teint en vierge idole
Et le suc accroché à sa berge frivole
Il cède un pas contre un suçon au cou
Bêcheuse de houx dans ses peaux sucre roux
Dans la boîte à fraises, son cœur Tupperware
Toute salive mielleuse est toujours bonne à boire

Elle, lui offre tout et du rouge sur les jours
Parce que çà, elle sait faire, mais pas dire l'amour
Donnez, donnez c’est l’odieux qui vous l’rendra
Ouvrez les sésames, la folie ne s’égraine pas.
Dans les pipe Line de son moteur à déduction
Elle terre l'Essence, comme une révolution,
Elle condamne, sa porte de Marianne
Qu’il soit à jamais son homme à lianes.

""

 

Novocaïne & Miladyction



10:58 25/10/2005 | Lien permanent |  Facebook

Les commentaires sont fermés.