23
jui

Rappel du baiser

Parce que sans baiser, on meurt, voici un simple et humble texte sur une non-demande en amour...

Petits instants présents offerts à Mélanie qui se souhaite ses 19 ans et à Maïa que je n’oublie pas, malgré le silence, pour son premier anniversaire, tout ça juste aujourd’hui.

 

Principe du partage en partance pour les fonds. La chute fut jouissive, l’atterrissage ne fut que casse.

Ce baiser que tu ne m’as pas donné.

 

Nous avions la valse et l’amour, les trois temps et le public, la scène et l’orchestre. C’était tout le temps de l’été, les champs sans bataille, les rues sans peine, non, ce n’était pas le souvenir d’un petit bal perdu. Nos petits riens formaient un tout et nous faisaient, nous.

Ce baiser que tu n’as qu’esquivé.

 

Les autres, même eux, nous enviaient. Souriant ou miaulant, nous étions reconnus. Torturant les nuages, scindant le ciel, nous sommes un couple aujourd’hui découpé, les chairs moroses sur le pavé.

Un seul baiser que je te demandais.

 

Ton offrande; le silence. Ton autel; ma torture. Ton baptême; mon ignorance. Il n’y a bien plus que la mémoire qui brûle sur ces photos, car depuis ce maudit instant, nos âmes, par là, se sont perdues.

Ce baiser que nous n’avons jamais consommé.

 

Un jour, je reviendrais vivante, festoyant. Attablée autour de nouveaux convives, je serrerais mes dents salées et pétrirais de ma langue tordue le bout de peau que je t’ai ôtée. Je l’avalerais crûe et l’ingèrerais dans mon estomac poreux. Tout ça pour ça. Tout ça pour…

Ce baiser que tu n’aurais pas dû refuser.

 

CLIC: (Art by Jenni Tapalina Also Known As Suzy9mm)


14:26 23/06/2005 | Lien permanent |  Facebook

Les commentaires sont fermés.