26
mai

Sauter en l'air

La pataugeoire est jalouse du plongeoir. Avec sa boue, ses marais et ses vastes ombres, elle envie le ciel et l’air libre. Elle aurait bien voulu que les autres ne la craignent que pour sa grandeur et non pour son obscure opacité.

Quand elle aperçoit les plongeurs aux muscles raffermis, avec leur allure altière et leur sérénité de hauteur, elle fulmine. Mais ses invectives font des bulles dans la gadoue et seul le fond l’entend. La pataugeoire maudit les grands, les arrivés, ceux qui préfèrent regarder au dessus. Parfois, elle décrasse son amertume en lissant un sourire, en cirant une bonne action. Mais tout en elle est rancœur et gelée. Son intumescence inutile perpétue les gaz malodorants qui troublent sa poitrine.

Pendant qu’elle creuse son trou un peu plus grand, le plongeoir jaillit au creux des rais de la grande lanterne, donnant au blanc salvateur un air obsolète.

 

Le monde tourne pendant qu’elle stagne. Les corps sèchent pendant qu’elle s’inonde.

 

Et je la connais trop bien pour l’avoir absorbée, pour m’être roulée dans ses ondes noires, pour avoir été sa source et sa fontaine, pour avoir caressé son fond et attisé sa moiteur.

Ce matin, j’ai tué. Ignorer l’angoisse sera le radeau, plutôt que le nénu-pharE.

 

Moi aussi, je veux sauter de plus haut que ma piètre tête et tomber là où je désire. S’il m’arrive encore d’éclabousser mes jambes, c’est que la leçon sera lourde mais efficace. Boire la goutte plutôt que le bol. Grignoter la haie plutôt qu’ingurgiter les épines. Avancer devant et pas de côté. Petite pataugeoire restera l’alcôve de l’adolescence, comme un instant fugace entre deux jolies éternités. Et c’est aujourd’hui qu’on distribue les bons soins.

 

© Milady Renoir

 

 

(Art by Herbert List: http://www.glbtq.com/arts/list_h.html )


09:54 26/05/2005 | Lien permanent |  Facebook

Les commentaires sont fermés.