19
nov

qu'est ce que tu deviens?

Ce matin, à la question : « Qu’est ce que tu deviens ? »

J’ai trouvé une réponse chic et pas chère :

 

Je me concentre sur mon bonheur, Bush ou pas, Arafat ou pas, voiture à la fourrière ou pas, je n’arrive malheureusement plus à m’énerver (donc agir conséquemment) plus de 7 minutes et deux poussières de secondes…

Le bonheur me rend improductive et inactive dans le Monde/monde, je profite de mon moment et n’attends rien d’autre que la continuité de mon bonheur.

Ça paraît égoïste – évidemment mais quand on est malheureux et qu’on veut pas le partager, personne ne nous accuse d’individualisme primaire dans ce cas contraire - mais dans ma dynamique de « moi aussi, j’y ai droit » et « j’ai assez souffert » et surtout « merde, c’est trop bon », je calcule les probabilités de plaisir pour chaque citoyen du monde et suite aux faibles statistiques de l’échelle de Richter du bonheur, je croque les instants présents que je-ne-sais-pas-quoi-ni-qui m’offre, à moins que cette félicité et cette accalmie ne soient que le pur résultat d’une vie antérieure passée à me flageller dans un couvent de nonnes muettes ou d’une enfance vengeresse qui prendrait les rênes de ma rédemption affective.

Ma seule « bonne » action caritative est de dire, de répandre, de (dé-)montrer à un maximum de gens que ça arrive quand on ne s’y attend pas, pour qu’ils reprennent espoir. C’est le cliché que tous les névrosés et déprimés détestent entendre pour l’avoir entendu trop souvent sans l’avoir jamais reçu. La vérité n’est pourtant pas dans le désespoir.

C’est donc, malgré la bulle de coton dans laquelle je grandis, une période magnanime, forcément mégalomane à tendance idéaliste qui avale mes angoisses et comble mes creux.

Donc, pour résumer et répondre finalement à la question « qu’est ce que tu deviens ? », je pourrais répondre « une femme amour’heureuse »

(Et les Autres peuvent bien se moquer et chanter Barbera Streissante ou Mireille Mondieu, ça ne changera rien…)

(illustration de Stephen Fabian http://www.die-einherjar.de/comics/fabian.htm)


09:23 19/11/2004 | Lien permanent |  Facebook

Commentaires

Egoiste dans tous les mots en -eur bonheur, malheur, labeur, pleur, aigreur, râleur, peur...
Mais rien à foutre des thèses sur l'égoïsme, la théologie ou la reproduction des mantes orchidées dans la forêt amazonienne.

Mil' a dit tout haut..........................

Écrit par : Abs | 19/11/2004

... Parfait... Rien à ajouter, je partage :)

Écrit par : Shane | 19/11/2004

plouf Moi ça me fait rêver... Je l'attraperais ma bulle de bonheur... Un jour...

Écrit par : Nemhain | 19/11/2004

Love... Is a song on the first album of the Twilight Singers.

une chanson qui irait bien avec ton humeur... Love is blind, Love is good...

Écrit par : Esterelle | 19/11/2004

homme-lambda.skynetblogs.be "C’est le cliché que tous les névrosés et déprimés détestent entendre pour l’avoir entendu trop souvent sans l’avoir jamais reçu. La vérité n’est pourtant pas dans le désespoir."

suis pas si sûr que ça. La vérité, c'est justement le désespoir. C'est sans doute pour ça qu'on se plait à mentir et à se mentir, histoire de ne pas se crever les yeux.

Écrit par : HL | 21/11/2004

Seule ombre au tableau : ce gloussement si caractéristique qui traverse les murs et résonne jusqu'au premier rayon de soleil de la rue d'en face, à vol d'oiseau

Écrit par : Julie-tte | 22/11/2004

le bonheur est dans le pré et t'as raison de te concentrer!

Écrit par : salomé | 24/11/2004

Les commentaires sont fermés.