16
nov

Chanson pour la fin d'un monde...

D’après Serge Gainsbourg et son « poinçonneur des lilas », ode aux prostiputes des bas quartiers…

J'suis la serveuse de scélérats,
La fille qu'on baise et qu'on n' regarde pas,
Y a pas d'soleil sous la terre,
Drôle de misère
Pour tuer l'ennui je suis une peste,
J’exploite mon joli corps funeste
Et dans les rues y a écrit,
Que des filles s'la coulent douce à Rue Saint D’nis,
Pendant c'temps que je fais l’esclave,
Au fond d'la cave,
Paraît qu'y a pas d'sot métier,
Moi j’me fais trouer pour des billets

On m’fait des trous, des p'tits trous, encor des p'tits trous
Des p'tits trous, des p'tits trous, toujours des p'tits trous
Des trous d'seconde classe,
Des trous d'première classe,
On m’fait des trous, des p'tits trous, encor des p'tits trous,
Des p'tits trous, des p'tits trous, toujours des p'tits trous...

J'suis la suceuse de verrats,
Pour "Invalides" changer à pas d’bras
Je vis au cœur d'la planète,
J'ai dans la tête,
Un carnaval de p'tits zizis
J'en amène jusque dans mon lit,
Et sous mon ciel de défaillance,
Je n'vois briller que les correspondances,
Parfois je rêve je divague
Je vois des vagues,
Et dans la brume au bout d’mes plaies,
J'vois un badaud qui vient m'chercher.

Pour m'sortir de ce trou où on m’fait des trous,
Des p'tits trous, des p'tits trous, toujours des p'tits trous,
Mais l'homme fort se taille
Et j'vois qu'je déraille,
Et je reste dans leur trou
à m’faire faire des trous,
Des p'tits trous, des p'tits trous, toujours des p'tits trous
Des petits trous...

J'suis la chanceuse des débarras,
Art ou Métier, ici ou là, y a pas d’loi
J'en ai marre j'en ai ma claque,
De ce cloaque,
Je voudrais jouer la fill' de l'air,
Lancer ma jupette au bestiaire,
Un jour viendra j'en suis sûr,
Où j'pourrais m'évader dans la nature,
J'partirai sur la grand'route
Et coûte que coûte,
Et si pour moi il n'est plus temps,
Je partirai les pieds devant.

On m’fait des trous, des p'tits trous, encor des p'tits trous
Des p'tits trous, des p'tits trous, toujours des p'tits trous
Y a d'quoi d'venir dingue,
De quoi prendre un flingue,
S'faire un trou, un p'tit trou, un dernier p'tit trou,
Un p'tit trou, un p'tit trou, un dernier p'tit trou,
Et on m'mettra dans un grand trou,
Où j'n'entendrai plus parler d'trou plus jamais d'trou,
De petits trous; de petits trous, de petits trous...

(photo de Man Ray)



08:03 16/11/2004 | Lien permanent |  Facebook

Commentaires

wouaw J'aime ta noirceur, et la verracité de tes fantasmes ...

Écrit par : Nola | 16/11/2004

Serge RIP

Écrit par : Blodhorn | 16/11/2004

Les commentaires sont fermés.