10
nov

Livre Ouvert - "Anthologie des apparitions" de Simon Liberati

« Claude est SDF. Il se rappelle son enfance dans les années 70, de sa petite soeur Marina qui se prostituait, de son mariage avec Nikki, une call-girl qui s'est enfuie. Aujourd'hui, Claude touche le RMI et Marina a disparu depuis 1987. Il évoque alors le seul pouvoir supérieur à l'argent : la beauté malheureusement éphémère. »

 

Ça, c’est la version vulgarisée et résumée d’un livre (premier roman de l’auteur) qui émeut quand même beaucoup plus qu’une version huppée de « une époque formidable » (de Gérard Jugnot) ou un ersatz d’une nuit dans « clubbed to death » (de Yolande Zauberman). Ce livre dérive à la fois entre milieux de joie et de mort, comme une écorce d’adolescence

 

Simon Liberati d-écrit aussi des filles qui jouent les hommes triviaux, des vieux qui touchent des pré pubères, des gamines qui baisent pour une tournée en Maserati, l’ambiance post-libéralisation du sexe décorée d’odeurs putrides et de couleurs fluos, les icônes d’un jour, les égéries d’une nuit, les baltringues de toujours, les clowns noirs, des adolescentes tristes, les branlettes sur la piste de danse sur de la musique de boîte, des échangistes fatalistes, les cramés du fond de slip, les rameurs invertébrés, les dealers sans garantie, les junkies de minuit, les incestes tourmentés, les relations love/hate des espèces et des couleurs de peaux tannées, la nostalgie de la jouvence, la perte d’identité, l’amour vénal, les passeurs de SIDA…

 

Le désenchantement enchanteur d’une génération élitiste à tendance parisienne, comme une étude sur les ancêtres des Bobos (sans leur mondialisation de l’orgueil), ce livre est un coup de corps dans le cœur et  il donne la parole aux enfants morts nés d’idéalistes censurés par leur propre frustration…

 

L’écriture est partagée entre l’émotion intérieure et la chronique psycho-sociologique, l’ironie des sorts et une tendresse cannibale, quelques passages à vide malgré une finalité reconnue, un bouquin à (é-)lire, même si on habite la Creuse !

 

(Illustration de David Wojnarowicz – Junkie Rimbaud)


10:10 10/11/2004 | Lien permanent |  Facebook

Commentaires

,,, Il y à des habitants dans la creuse ?

Écrit par : Moz | 10/11/2004

tu aimes Jodorowsky ?

Écrit par : Nola | 10/11/2004

Jodor, j'adore... je dois recommencer L'Arbre du Dieu Pendu parce que j'ai lu (enfin commencé) la tête ailleurs et je ne me souviens que de trop peu... prochain sur la longue liste...

Écrit par : Milady Noirre | 10/11/2004

dans cas si tu aimes l'humour noir, remplie de décrépitude et de déchéances, il faut que tu lises cette BD, en noir et blanc. Très crues en cruauté
http://www.bulledair.com/index.php?rubrique=album&album=gihamesh

Écrit par : Nola | 10/11/2004

Les commentaires sont fermés.