8
nov

Droit de réponse…(message personne ailes)

http://julie-tteboussart.skynetblogs.be/

 

demie Lady à Julie-tte…

 

Attention séquence champêtre :

Julie-tte, reinette des pailles dévorant des bucoliques coquelicots aux teintes de tournesol grillé au pain d’épice sous le soleil d’España…

 

En vrai,

elle ne sombre que dans un joli verre (de) blanc qu’elle casse à coups d’éclats de sourire. Elle écrit comme elle respire, entre deux soubresauts d’asthme poétique et un soupir d’amour qu’elle offre à un grand tatoué, qui lui a percé l’arcade sorcière…

Mais aussi,

Julie-tte, c’est la petite bergère à talons anguilles que vous enfermeriez dans une boule de neige (à ne secouer qu’en été…), c’est la sœur que vous laisseriez gagner aux petits étalons sur un échiquier doré pour qu’elle cesse de pleurer (même si elle triche en leur coupant les ‘cojones’), c’est la fille que vous marieriez au prince charmant en tuant les nains aux sept mains, c’est la voisine que vous inviteriez pour un thé sur un dos d’éléphant entre deux séjours en thalasso-parapluie, c’est la veine que vous laisseriez gonfler pour que le cœur se souvienne qu’il est là, c’est la claque au mauvais goût et l’œil de versets sataniques qu’on jette aux filles de petite tenue qui courent les organes sur les genoux dans nos rues pavées…

 

Croire que ses jambes sont de chair est une erreur, elle a volé ici bas pour détendre l’atmosph_air en tendant ses cuisses de coton cartonné vers les nuages. Hier encore, je lui disais qu’il n’y a qu’elle pour pré-dire le bonheur.

 

J’écoute et je lis. J’entends et je ris. Je l’aime depuis l’été, depuis les toros, depuis le premier churros, depuis la première révérence, depuis la première lettre, depuis la première pomme de terre en robe des champs, depuis le premier lézard, depuis le premier pas de danse eurovisionel, et quand je pense à nous, j’ai même pas peur…

 

(Klimt - Les amies)

20:29 08/11/2004 | Lien permanent |  Facebook

Commentaires

... Malheur qu'on est belle !

Écrit par : Julie-tte | 09/11/2004

Les commentaires sont fermés.