1
oct

latente l'attente...

ici, juste là, maintenant...
 
en comblant le vide avec l'impatience
en perpétuant des instants présents
en égrainant les secondes immobiles
en me postant en fille d'attente
en écrivant le passé avec un effaceur
en transformant les "contre" pour des "pour"
en coinçant mes doigts dans ma bouche
en troublant le temps avec la ferveur
en me trouvant sale d'attente
en jonglant avec les rêves

en étouffant mes soupirs sous les draps
en visant la porte de chaque regard
en retournant les aiguilles en ancres
en sifflant des airs de rien
en creusant la terre pour la tente
en vibrant dans ma culotte
en arrangeant mes figures
en m'agrippant aux rideaux
en gênant les faux-semblants
en maintenant la maintenance

en courrant d'ici à ici
en parfumant mes voiles
en berçant mes mains tremblantes
en effaçant les mots de trop
en dansant avec les marches de l'escalier
en soufflant sur les minutes insolentes
en épinglant des heures à (é)tendre
en hurlant au balcon
en gisant dans l'euphorie
en bavardant avec les choses
 
j'attends, j'attends, j'attends
je sais, je sais, je sais

je suis une femme de marin, la mer est une pute, il re-vient...
 
j'attends, j'attends, j'attends
je sais, je sais, je...
 
 
(illustration d'Alexandre Gagne "la Ménagère Docile")

19:20 01/10/2004 | Lien permanent |  Facebook

Commentaires

sans oublier "la tente" et "la tante".

"l'attente de la tante dans la tente latente" donc...

Écrit par : Somebaudy | 03/10/2004

Les commentaires sont fermés.